Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 De "Lux et veritas" à "Fiat lux"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Molyn Koudenia
avatar



Messages : 63
Date d'inscription : 07/10/2014

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: De "Lux et veritas" à "Fiat lux"   Mer 22 Oct - 20:34


Ces dernières années :

Glaner les morceaux du Rêve, probablement la tache la plus mystique et la plus incompréhensible pour les autres semblables que Molyn avait à accomplir. Depuis que le sabbat avait prit le contrôle d'une bonne partie de la coté est - à l'exception détestable de New-York - certain ancien de la secte dont Myca avaient jeté leur dévolu sur les universités et en particulier leurs bibliothèques. Pour le moment, la collection comprenait Princeton, l'université de Pennsylvanie, Harvard et Yale; soit la moitié de l'Ivy League. Un bon début, mais la frange érudite du sabbat ne comptait pas s'arrêter en si bon chemin. Et bien sur la bibliothèque Powell était dans le collimateur.

Bien sur, le clan s'attendait à ce que les Tremeres, les Nosferatus ou éventuellement les Brujhas soient déjà dans la place; c'est pourquoi par le truchement des arrangements entre Rakoczy, Velya, Clay et Vykos ; les influences des 4 universités furent mobilisées. L'affaire eu lieu en plusieurs étapes : tout d'abord une lente et sournoise injection de capitaux au niveau de la maison mère de Berkeley qui avait débuté à la veille du passage du millénaire pour permettre au lierre de prendre racine. D'aucun pourraient se demander comment 4 dragons bourricots de cette envergure aient bien put s'entendre... la raison tenait à ce que chacun y trouvait son compte : laboratoires pour l'un, société étudiante intégriste pour un autre, futures recrues ou bibliothèque pour un quatrième.

Puis les racines du lierre se scindèrent pour divers protocoles d'accords, d'échanges d'étudiants ou de fond de livres; touches subtiles promettant au lierre de fleurir sous le soleil de Californie. Une fois n'était pas coutume, le sabbat faisait dans la finesse, sans remous; s'immiscent dans les interstices sans chercher à chasser les éventuels hôtes déjà présents.




Une journée à la bibliothèque Powell...

Le dernier élément du rameau "livres" avait enfin été placé en la personne de Grīgórios en guise de nouveau bibliothécaire. Le précédent avait miraculeusement gagné à une loterie à laquelle il n'avait jamais joué et profitait à présent d'une confortable retraite dans une île des caraïbes. De quoi ne pas attirer l'attention des ennemis de la secte. Mais peut être qu'une fois encore le Dragon avait été arrogant en laçant ouvertement un Obertus à cette place. La question pouvait se poser quand l'ancien moine sentit une présence différente...

Souvent les vampires avaient tendance à l'oublier; mais leur puissante vitae infusait un peu de leur clan à leur serviteur; et dans des cas comme les rois, les ombres ou la rose; la prestance nouvelle faisait ressortir l'humain de la foule de ses semblables. De manière subtile... un autre humain n'y verrait que charme ou charisme... mais Grīgórios n'était pas un humain ( il ne l'avait jamais été ), et encore moins un ignorant. Le soir venu, son Seigneur recevrait  complet avec capture des vidéos de surveillance qu'il pourrait parcourir tout en prenant sa collation de sortie de torpeur. En attendant, le moine poursuivait son analyse stylistique des autres batiments de la ville; car à sa grande surprise; deux autre bibliothèques empruntaient également à l'architecture byzantine même si chacune avec une humeur bien à elles. En discutant avec le vampire; ils en étaient venu à se demander si il n'y avait pas un lien avec le Rêve. Grīgórios était d'avis que la Richard Riordan Central Library était teinté de la richesse artistique de l'Archange; là où la Doheny Memorial Library semblait imprégnée de la rigueur d'Antonius et Powell ne pouvait qu'évoquer un nid douillet pour un Obertus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ismahel Lucilius
avatar



Messages : 197
Date d'inscription : 03/08/2013

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: De "Lux et veritas" à "Fiat lux"   Lun 27 Oct - 17:55



De sa vie "humaine" car Tysha Paulsen ne se considérait plus humaine depuis qu'elle avait goutté au sang de son Domitor et ami Ismahel Lucilius de la Gens Gaebii. "Ghoul" était le nom qui s'y rapprocherait le mieux quoique "Calice" n'était en aucun cas un offense du fait de la justesse du terme. Elle avait rencontré Ismahel à la fin des années 90 alors qu'il venait d'arriver à New-York.
Elle en était tombée éperdument amoureuse, étrangement le sang et leur période en tant qu'amants avait transformé cet amour en une amitié et une dévotion sans pareil.
Elle bénissait cette période où elle avait partagé sa couche mais désormais elle en serait par trop gênée. Elle savait qu'il s'était ennuyé de son corps mais il semblait toujours apprécier sa conversation et son esprit ce qui en définitive était bien plus important. Pour rien au monde, elle n'échangerait cet amour de l'esprit pour reprendre celui de la chair.

Si la Ghoul Vladimir était un garde du corps pour le Toréador, elle était son assistante complice qui permettait au Primogène à comprendre le monde nouveau de l'humanité contemporaine.
Anciennement mannequin pour gagner sa vie et payer ses études d'économie, elle s'était très vite habituée à sa charge d'administratrice des secteurs d'influences du monde humain de son Domitor.
Le Primogène avait profondément œuvré au sein de Los Angeles avant même son installation dans la ville. Il s'était profondément immiscé au sein de la Haute Société de la ville, ses fonds avait fait de lui l'un des principaux actionnaires des Collèges de Californie du Sud ainsi que des édifices culturels. Tysha était membre du conseil d'administration de l'UCLA avait de garder un œil direct sur les actions de potentiels concurrents. Elle était férue à la guerre de l'ombre qu'était la politique humaine comme caïnite.

Habituellement ses ennemis étaient liés aux Brujah européens ou à d'étranges Tremere dont elle n'avait que vaguement compris leur rôle au sein de l'organisation nommée "Camarilla" dont les Vampires ou Caïnites dont son Domitor faisaient partis.
Cependant, par le biais d'actions financières, un nouvel acteur était arrivé au sein de l'université, un certain Grïgorios Obertus catapulté d'on en sait quel pays de l'Est en tant que bibliothécaire.
Il fallut à Tysha quelques jours pour qu'elle réalise en quoi ce nom l'avait étonné.
Elle était sure de n'avoir jamais rencontré d'hommes de ce nom pourtant cet étrange patronyme lui rappelait quelque chose. Et cette chose, elle l'avait apprise dans la section secrète de la bibliothèque où Ismahel gardait ses ouvrages les plus précieux.

Elle se dirigea donc cette après-midi vers la zone sécurisée et hyper-protégée des sous-bassement de la bibliothèque Powell. Elle n'en sortit que le soir tard avec une idée claire : un Tzimisce des Balkans tentait une infiltration en règle de la bibliothèque. Les ouvrages grecs de son maître traitaient en effet de cette lignée de "féaux" ou familles de ghouls vivant dans les monastères des Balkans et servant les Infants d'un certain "Dracon" ou était-ce Dragon ? Elle savait dire. En tout cas, aucun doute selon les écrits que c'étaient des serviteurs du Clan Tzimisce que son maître lui avait décrit comme démons des Carpates ennemis de l'humanité et de la Camarilla.

Coïncidence ou attaque intellectuelle, elle se devait de prévenir son maître immédiatement.
Quelques documents photocopiés dans sa mallette, elle verrouilla la zone et traversa en vitesse les sous-sols jusqu'à ce qu'elle tombe nez à nez avec le nouveau bibliothécaire aux allures sobres, austères et à vrai dire fort orthodoxe. Oui, orthodoxe était le terme précis qu'elle utiliserait car cela permettait de transcrire dans sa totalité son impression. Impression qui ne faisait que renforçait son idée sur les découvertes qu'elle venait de faire.
Mais surtout ce qui confirmait sa théorie était l'étrange présence qu'il exhalait. Une présence identique aux ghouls croisées en Elyseum avec son Domitor.
Tysha avait obtenu certains dons du fait de la vitae de son puissant maître. En outre, elle pouvait lire les auras des individus. Sans tarder, elle scruta celle du bibliothécaire alors qu'elle passait à son niveau en souriant.

Bonsoir, Monsieur le nouveau bibliothécaire. je me nomme Tysha Paulsen, membre du CA de l'UCLA. C'est un plaisir de faire votre rencontre.
Bien, je vous laisse, il est tard mais je suis sure que nous nous reverrons fort vite.
Pensez à bien fermer les salles avant de partir.
Au revoir.


Puis elle s'éloigna lentement, aucune crainte n'avait traversé son esprit, seule une profonde détermination, elle devait prévenir son maître le plus vite possible.

_________________
ARDA PARA SUBIRE / Odi et amo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Molyn Koudenia
avatar



Messages : 63
Date d'inscription : 07/10/2014

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: De "Lux et veritas" à "Fiat lux"   Mer 29 Oct - 16:06



- Bonsoir, Monsieur le nouveau bibliothécaire. je me nomme Tysha Paulsen, membre du CA de l'UCLA. C'est un plaisir de faire votre rencontre.
Bien, je vous laisse, il est tard mais je suis sure que nous nous reverrons fort vite.
Pensez à bien fermer les salles avant de partir.
Au revoir.


Le féal l'avait scruté un instant avant de sourire aimable et d'un ton courtois :

- Ce sera avec plaisir mademoiselle, tant que vous et les vôtres viendrez en ce lieu dans un esprit de paix.

Puis Grïgorios partit vaquer à ses occupations, préparant entre autre le rapport pour le réveil de son maître.



Deux jours plus tard.

Si depuis l'arrivé du tzimisce dans les murs, les horaires avaient subits de subtils changements; telle que la clôture de l'étage le plus élevé dès 18h et non plus 23 h heure; le reste semblait être resté égale à lui même. En semaine, les trois quart de l'établissement fermaient à 23h, quelques heures plus tôt les vendredi, samedi et dimanche. Les étudiants étaient alors cornaqués vers l'une des absides latérales du bâtiment, dans la section "Night Powell" qui restait ouverte toute la nuit.  Rien n'attirant l'attention. Quand aux travaux touchant subtilement à l'architecture intérieur et à sa sécurité; les samedis nocturnes avaient été des plus utiles.

Et comme tout les jours depuis le déménagement, une fois les derniers étudiants chassés poliment de l'étage, la cohorte de femmes de ménage agissaient avec diligence avant que les féaux ne verrouillent la majorité des accès et aménagent les lieux pour la nuit. De chauds tapis orientaux étaient installés sur le damier de porphyre et d'onyx. Une table de bois massif était installée au centre de la rotonde, agrémentée de quatre chaises curules. Un peu plus loin, un nid de coussins, et de fourrures tenaient compagnie à une table basse en bois de rose supportant un samovar, un assortiment de coupelles et un encensoir. Une douce odeur de storax et de bergamote se mêlait à celle plus âcre du cyano-acrylate*, mais les sens aiguisés de certains clans pouvaient aussi détecter de senteurs plus diffuses : vitae, fleurs de tilleul, encre fero-tannique; et plus subtile encore des odeurs d'épices, de poussière, de miel... comme un lointain fantôme de ruelles d'orient.

En ce début de nuit, le Veneur venait de rejoindre Alexei et Molyn devant l'écran d'ordinateur:

- Mais c'est quoi ce type ? et c'est quoi cet accoutrement ?

Le Veneur ne devait pas être le seul à se poser la question au vue de la tête des étudiants croisant la route d'Ismahel. Mais la Présence fascinante du toréador lui épargnait les comportement agressifs (et disons le, "con" ) des jeunes. La présence d'humains libres de leurs mouvements dans la tanière d'un dragon pouvait sembler surprenant mais Molyn savait que c'était encore le meilleur moyen de contraindre les membres de la Tour à rester civilisés; en plus d'offrir un potentiel cheptel sur lequel prélever discrètement l'or rouge. Zoom de camera sur la tenue du vampire :

- Toréador à vue de nez, pas de chez nous. *activant le micro relié aux oreillettes des féaux* Grïgorios, tu l'as en visuel ? Bien, va à sa rencontre et applique la procédure.

Alors que le vampire posa son regard sur la table encombrée d'une contenu d'une des caisses ramenées des dernières fouilles; une céramique brisée depuis des lustres était en train d'être assemblée; un fragment d'icône traînait à coté d'une pile d'ouvrage de typologie de l'art byzantin. Alexei armé de son Sako et le Veneur prirent positions, le première dans la rotonde; l'autre dans l'étage avec les deux jumeaux szlatcha. Et un étage plus bas ...






Le moine Obertus trottina en direction du vampire, lui coupant sa trajectoire. Les mortels à proximité n'étaient néanmoins pas assez près pour pouvoir entendre l'échange :

- Dominus ... *profonde inclination du féal* Mon stăpân m'envoie vous avertir que ce bâtiment est à présent sous sa protection et souhaiterai connaître votre identité et la raison de votre visite. Si vos intentions sont pacifiques et sous la tradition de l'hospitalité, vous êtes le bienvenu en cet endroit ...

Se redressant, le moine scruta l'aura du vampire... observant les inflexions de son humeur. Le ton était resté des plus courtois mais emprunt de cette fermeté propre aux bibliothécaires devant faire régner bon ordre dans le Saint des saints.

- ... néanmoins si vous êtes venu chercher querelle ou vous servir sur les étudiants; il vous demande de quitter les lieux afin de ne troubler ni la quiétude de la bibliothèque, ni votre première tradition. Vous pourrez toujours envoyer en journée votre servante me rencontrer afin de servir d'interface.




*super glue
Molyn
L'obertus
Le veneur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ismahel Lucilius
avatar



Messages : 197
Date d'inscription : 03/08/2013

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: De "Lux et veritas" à "Fiat lux"   Mer 5 Nov - 9:29

La goule avait eu une excellente intuition. Le nom Obertus n'était pas inconnu au Maître des Harpies qui l'ayant à peine entendu, disparut dans la bibliothèque du manoir.
Pendant une nuit entière il n'en sortit pas, relisant ses notes et celles de ses ancêtres, reprenant méticuleusement son journal traquant une erreur dans ses recherches.
A l'aube, il était sur d'une chose, l'aura décrite par Tysha, l'impression donnée par le bibliothécaire, le choix de la Bibliothèque Powell... tout concordait.
L'Orthodoxie du Dracon était venue s'installer en Amérique et se faisant sous le nez du Toréador.
Insulte ou main tendue ? Il ne savait dire.
Il était cependant sur d'une chose, les descendants du Dracon en particulier les infantes de Myca/Sacha Vykos étaient d'immondes sabbatiques plus enclin à la torture et à l'horreur qu'à l'oeuvre instaurée par la Trinité.
En tant que Domaine Toréador, la Bibliothèque devait être nettoyée...

La bibliothèque Powell faisait partie de ce l'Ancienne Nosfératu Flamina Adams, Ladre de Constantinople, Enfant de la Cloaca Maxima, aimait appelé "la Trinité des étudiants".
Pour beaucoup ce n'était qu'une allusion au fait que la Richard Riordan Central Library, la Doheny Memorial Library et la Powell rassemblaient la majorité des étudiants de la ville.
Pour un natif de La Byzantine, la notion de Trinité rappelait un passé glorieux et triste, ces mots reflétaient une évidence ; Richard, Doheny, Powell : Mikael, Antonius, Dracon.
Ce n'était pas anodin que le Primogène avait mis une bonne part de sa fortune à la gloire de l'ensemble universitaire de la ville. Il avait dans chacune des bibliothèques dissimulé une partie de ses ouvrages.
L'invasion du Tzimisce sur ses terres de recherches étaient non seulement un sacrilège mais encore une véritable agression mettant en danger son travail intellectuel.

Il arriva aux premières heures de la nuit suivante à la bibliothèque.
La première chose qui le surprit fut la modification des horaires de fermetures de la partie diurne de la bibliothèque. Il hâta le pas.
Les regards interloqués des élèves glissaient sur lui, il y était habitué et nombreux étaient les élèves des cours du soir qui avait vu l'étrange personnage en conférence.
Plusieurs professeurs le ralentirent en venant lui serrer la main et échanger des banalités sur les avancements de telle ou telle thèse, de tel mémoire particulièrement intéressant ou encore sur le nouveau bouquin à la mode dans le cercle des universitaires spécialistes de l'art baroque maniériste entre 1507 et 1516. Perte de temps, qu'il accusa avec sourire, politesse et quelques traits d'esprit afin de contenter les gênants professeurs. Il devait se garder ces humains dans la poche, sans quoi il perdrait des pions de choix dans son oeuvre instructrice.

Il arriva plus tard que prévu proche de la porte des sous-sols de la bibliothèque mais il fut arrêté cette fois par le bibliothécaire. Une goule de toute évidence, un féal même selon ses propres dires.
Ainsi l'Obertus ne cachait en rien qu'un Tzimisce avait pris le contrôle de la bibliothèque. Audacieux.
Il hésita un instant entre prendre le contrôle du féal à l'aide sa présence et le retourner contre son maître, mais une chose l'intriguait : la discrétion et le désir de faire de la bibliothèque un terrain neutre. Il était rare que les Démons s'encombrent de tels désagréments.
Celui-ci voulait que son antre soit sous la protection de la Mascarade et acceptait la présence du camariste. Un traquenard ? Une invitation ?
Il connaissait la bibliothèque mieux que personne et si quoique ce soit lui arrivait ses goules savaient où il se trouverait et comment prévenir Her Freinder, Professeur émérite de l'UCLA en économie et surtout Ancilla du Clan des Usurpateurs. La cavalerie était prévenue de rester sur ses gardes...

Il posa un regard doux sur la goule affichant un étrange sourire de sympathie puis tourna son regard vers l'une des caméras de sécurité avec cette fois un air plus dur et strict.
- Apprenez, Monsieur le bibliothécaire, (alors que de toute évidence, il s'énonçait au maître auto-proclamé des lieux) que vous êtes sur mon Domaine. En ce genre de conflit territorial, il est de tradition que les deux belligérants se rencontrassent afin d'étouffer dans l’œuf un futur conflit. J'ai du mal à imaginer que vous soyez du genre à "usurper" ce qui appartient aux autres.

Les mots sont plus tranchants qu'un sabre. Insinuer qu'en prenant ainsi contrôle de la bibliothèque, le Tzimisce était un Usurpateur, devrait pousser ce dernier à réagir.
Plus qu'une insulte c'était un ultimatum et l'unique proposition diplomatique que le Toréador ferait.
En cas de refus, il lèverait les fonds nécessaires afin que l'inconscient soit jeté manu militari hors de ses terres avec à la clé si possible une rencontre soudaine avec Hélios.
Une entrevue, une seule... voilà ce qu'il offrait au Démon.
Unique main tendue en mémoire de l'amour de Mikael pour Dracon.

_________________
ARDA PARA SUBIRE / Odi et amo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Molyn Koudenia
avatar



Messages : 63
Date d'inscription : 07/10/2014

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: De "Lux et veritas" à "Fiat lux"   Sam 8 Nov - 23:19



Haec studia adulescentiam alunt, senectutem oblectant.

Réaction il y eu; mais pas forcément le style auquel l'enfant de la Rose aurait pu s'attendre. Avec ses sens aiguisés, il pu percevoir un léger rire cristallin dans l'oreillette; apparemment l'allusion Ususrpateurs semblait l'amuser. Puis la consigne de faire monter avec les égares leur charmant visiteur. Le moine regarda le vampire, s'inclinant légèrement avant de redresser le buste :

- Mon Stăpân va vous recevoir. Si vous voulez bien me suivre...

Grïgorios le guida en direction de l'escalier principal. Dans ce secteur seules les veilleuses étiraient les ombres des deux créatures, plus loin le bruits rassurant des étudiants circulant dans la section ouverte de la bibliothèque.


Pendant ce temps à l'étage...

- Stăpân, dois-je faire venir la meute refourguée par Cel Macelar qui squatte dans les logements étudiants ?
- Pas pour le moment Alexeï, je n'ai pas envie que cet endroit se transforme en épisode d'X files... On va essayer de régler cela de façon diplomatique; mais si l'affaire tourne au aigre; tu les fait débarquer.
- Cela étant, j'ai du mal a comprendre comment on peut se revendiquer maître d'un domaine sans y vivre...

Le vampire jeta un coup d'oeil en direction de la zone d'embuscade du féal, lui offrant un sourire semblant dire qu'elle n'en pensait pas moins. Mais pour le moment, les jeunes étaient encore en train de bosser sur la problématique de la terre du secteur et l'affaire ne semblait pas avancer bien vite.


Du coté d'Ismahel...

Un seul étage à monter; mais les ténèbres des escaliers bruissaient de sons étranges. Reptation, grognements, chuintement semblaient provenir de plus haut... ou peut être de derrière; les sons ricochant sur les murs de briques. ... Oui quelque chose grouillait dans l'obscurité, le genre de choses qui pendant des siècles sur les Terres au delà des forets avaient rappelé aux humains pourquoi craindre la nuit.
Arrivé sur le pallier, les entités semblaient se faire plus présentes, plus concrètes. Quelque chose dans la nappe obscure cliquetait sur le porphyre... des griffes peut être ? dans une autre direction un son moite, visqueux... et rien ne semblait pour autant visible.





Fiat Lux...

La lumière provenant de la rotonde et le contraste entre l'ambiance de cauchemars poisseux de l'anti-chambre et le "nid" oriental, chaleureux qui avait été installé pour la nuit.  Le sol réchauffé par les tapis, la teinte flamboyante de l'acajou de la table, le moelleux des coussins, la senteur de storax et de fleurs de tilleul pouvant évoquer l'atmosphère régnant chez un antique apothicaire. En bout de table un démon céruléen, le menton reposant sur les griffes croisées d'obsidienne. Un visage d'une parfaite symétrie, introuvable dans la nature et orné de fines arabesques; deux orbes lunaires fixant sans émotions apparentes le Toréador. Puis elle se leva, dévoilant une houppelande bleu nuit au col montant - astuce de démon pour camoufler un cou sous Forme de Sang -, une interminable chevelure marmoréenne tressée de soie assortie et cerclée à intervalle régulier de bagues d'os finement sculptées. Plus bas, un baudrier d'orfroi soutenait un cimeterre d'os. L'allure générale était très élancée, presque saturnienne. Une aura presque chaotique... le fond reflétait l'Inhumanité sereine et tranquille d'un suivant assez assez sur la Via Mutationis et un reste Séducteur; mais en surface on pouvait lire la curiosité, la détermination et quelque chose qui pouvez s'approcher de la plénitude. Pas une trace de peur, d'agressivité ou de colère. Juste un serein chaos bouillonnant.

Alors que la table les séparait toujours, Molyn s'inclina  :

- Je suis Molyn Koudenia syn Vykonov syn Simeonov Gesudin syn Draconov; Zhupan et archéologue noddiste du clan Tzimisce. Et si nous trouvons accord, protecteur de ce lieu. A qui ai-je à faire ?

Un ton poli et emprunt de joie de vivre, un accent slave mais pour une oreille exercée, la nuance riche et orné de Byzance et peut être en arrière plan; très lointain (HJ si ton perso est versé dans les langues); un très léger reste d'accent de la région d'Orléans. Une titulature masculine alors que la créature avait indéniablement des attraits féminins. Autre point surprenant : aucun titre en lien avec le Sabbat, la Camarilla ou une autre faction. Se redressant, elle observa la Rose qui lui faisait face; attendant sa réaction. Tout comme Alexei attendait.

Ismahel Lucilius de la gens Gaebii, Infant de Severus Lucilius Gaebius, progéniture de Lucilius Gaebius pater familias et descendant direct de Mikael-Beshter Patriarche du Clan de la Rose Infant d'Arikel, Archange et Seigneur de Constantinopolis.
Vous êtes, Mademoiselle Koudenia, en Domaine Toréador et in extenso sur mon domaine, le titre de protecteur du lieu est mien et aucun accord ne pourra revenir dessus.
Pour autant... en cette idibus novembribus, la tradition veut que le sang ne coule pas.


Tirant une chaise il s’assoit à l'opposé de Molyn.

Ne violons pas le désir du Divin Père et discutons donc. En tant qu'invité je ne peux que vous demandez ceci : qu'est-ce qui peut bien vous faire croire que je vais prendre le risque de vous laisser vivre dans mon domaine ? Qu'est-ce qui pourrait me rendre suffisamment sot pour mettre en péril mon existence en abritant un Dragon sur une terre Camariste ?

Echange de regard entre la vampire et l'Obertus qu'on pouvait sentir à deux doigts de sauter sur le toréador pour l'assaillir de questions. Afin d'éviter tout incident, Molyn fit signe au féal de leur servir à boire. Ce dernier trottina vers le samovar ...

- Un descendant du Patriarche...

Molyn connaissait un vieux démon qui serait très intéressé de l'apprendre ... Grïgorios apporta un plateau qu'il posa a mi-distance des deux vampires. Deux coupes en cristal de Bohème remplies d'une riche vitae féale; quelques petites carafes contenant des liqueurs confectionnées selon d'antiques recettes et des coupelles offrant un assortiment d'épices et de résines aromatiques :

- Je vous souhaite la bienvenue descendant de Mi-Ka-Il, au nom de mon sire, au nom de la lignée où se trouve le Sang de ceux qui m’ont fait, en mon propre nom. En cette nuit placée sous le signe de la discussion; vous trouverez paix et protection parmi notre zadruga. Qu'il en soit ainsi au nom du Ciel et de la Terre, et sur les eaux de la Vie et de la Mort.

Molyn prit une des coupes et en bue une gorgée avant de s'asseoir, attendant que son invité fasse de même et compose son petit mélange de liqueurs et d'épices.

- Comme vous vous en doutez Monsieur Lucilius; la notion de "Domaine Toréador" dans son acceptation moderniste ne saurait être reconnue que par les membres de la Camarilla. Je ne vous apprend rien en vous disant que les Sabbatiques, les Indépendants, Autarkis ou Anarch's ne reconnaissent pas ce genre de notion; ce qui rassemble in fine la majorité des caïnittes. Mon propos n'a pas pour but de heurter votre idéologie, ni de vous froisser mais la seule notion sur laquelle tout le monde s'accorde peu ou prou en terme de territoire c'est uniquement celle qu'on retrouve dans le droit coutumier antérieur à la Convention de Thorns...

Le ton était courtois, aimable, tel celui que deux politiciens "civilisés " de la Camarilla auraient pu user en Elyséeum. Aucun point commun avec l'image que pouvait avoir la Tour au sujet des meutes hurlantes de jeunes. Néanmoins la détermination était présente et par "droit coutumier"; le dragon évoquait le fait que le Seigneur des lieux devait être en mesure de défendre le bétail présent sur les terres mais être aussi en partit résident pour pouvoir appliquer le droit de passage et la Tradition de l'Hospitalité. Ce qui permettait dans le passé d'éviter une bonne partie des conflits territoriaux.
S'aidant d'un stylo pour ne pas y toucher, Molyn écarta la coupe de céramique qu'elle était en train de restaurer. Une pièce provenant des thermes d'Arcadius. Puis les griffes piochèrent délicatement dans les épices et les liqueurs. D'un geste gracieux elle fit tourner un instant la vitae de la coupe; son regard se perdant brièvement sur les filigranes d'ivoire qui avaient été piégé dans le cristal en fusion. Sûrement un des plus jolis secret artisanal qui avait été ramené de mission un siècle plus tôt.

- ... néanmoins, nous n'avions pas prévu dans nos projections la présence d'un descendant du Triumvirat, surtout de l'Archange. Nous avions eu vent d'une très grosse purge par Marie la Noire... vous êtes chanceux de vous en êtes sortit.

Aucune ironie, le ton et l'aura étaient sincères.


Molyn
L'obertus
Le veneur
Alexei
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De "Lux et veritas" à "Fiat lux"   

Revenir en haut Aller en bas
 

De "Lux et veritas" à "Fiat lux"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ✤ LE TOP SITE DE MAGNA VERITAS
» Après la fête, à "Veritas Alibi"
» Veritas odium parit, obsequium amicos.
» Invocations du moment Final Fantasy Brave Exvius - Les Veritas de la Lumières, des Cieux, des Mers, Charlotte et Hayate - du 25/08 au 08/09
» ✤ Le Guide du Joueur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire la Mascarade :: Hors Jeu :: Archives :: Rp terminés (V1 du forum)-