Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Rex Sabbati Gratia [tous sabbatiques présents et à venir ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phosphoros
avatar



Messages : 161
Date d'inscription : 01/09/2013

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Rex Sabbati Gratia [tous sabbatiques présents et à venir ]   Mar 2 Sep - 11:01

La lettre reçu par les Soeurs et Frères leur avait été déposée par un individu étrange et changeant, un clochard, une toxicomane, un prêtre, un policier, un mannequin, un vendeur à la sauvette... Mais tous avaient affiché ce même rictus moqueur et malade en laissant dans leurs mains un papier sec et corné, une peau gravée de ces divins mots : 

Rex Sabbati Gratia (Roi par la grâce du Sabbat)
Sic (c'est ainsi)
Sic itur ad astra (c'est ainsi qu'on s'élève vers les étoiles)
Simila similibus curantur (les semblables se guérissent par les semblables)
Sine anno (sans année)
Sine die (sans jour)
Sine loco (sans lieu)
Sine nome (sans nom)
Tuus, surge et ambula (toi, lève-toi et marche)

Puis chaque meute par le biais de son Ductus, chaque indépendant, chaque évêque, chaque prêtre avait reçu à la fin de la lettre une suite de nombres. Chacun citant un passage apocryphe de l'Apocalypse. 
Seuls ces indépendants et ces leaders du Sabbat pouvaient comprendre car au terme du concile, Phosphoros leur avait donné à chacun un livret de chair  noire où étaient inscrits les dits passages. Chacun savait donc quel était le lieu et savait comment agir pour suivre les étoiles et connaître la nuit de la passation. Car depuis des mois, le Sabbat de la Cité des Anges Morts était sans chef, sans archevêque...
Il fallait un leader pour que les meutes se réunissent sous sa sinistre bannière et ce n'était pas à Phosphoros de le devenir. Non, il avait été envoyé pour soutenir l'archevêque. 
Dès son arrivé, il était entré en contact avec certains des plus importants caïnites de la Secte. Il avait gardé à l’œil les évêques Lasombra car il sentait toute la malice des Magister. 
Ayant envoyé l'évêque nouvellement nommé Peacecraft aux abords de San Diego pour orchestrer les échanges avec les membres du Sabbat mexicains. Il avait ensuite laissé à l'évêque Mahler le champs libre pendant son absence. Mais ce n'était que de petites prérogatives, des prérogatives temporaires. 

Dès son arrivée, le Priscus avait sondé l'âme de chacun et une avait retenu son antique attention : Beautiful Dragon. L'infant du traître, l'ex-templier, la Démone Pourpre. Elle connaissait l'art de la guerre, de l'infiltration. Elle possédait la froide rigueur du commandant et l'impétuosité du Sabbat. Elle abhorrait la Camarilla et travaillait à lui soutirer son plus important élément. 
Séduction et trahison sont mari et femme depuis des millénaires...
Après contact avec le Cardinal et le Priscus Vykos, il avait été décidé que le Bain de sang pourrait être organisé. 

Il avait dès lors tout préparé. Il avait rédigé les missives et contemplé les étoiles. Il avait trouvé le lieu parfait pour que les membres puissent se réunir sans éveiller l'attention ni des chiens camaristes ni des lupins, gangrels et autres ravnos infestant Griffith Park. 
Là sous les étoiles brûlantes du désert, il avait tracé les pentacles, accroché les crochets de bouchers et préparé les cierges. L'encens attendait son incinération, les peaux de loups encore sanglantes jalonnaient déjà le sol sablonneux. Ses agents travaillaient dans le silence gardant leur voix pour le Chant des Célébrations. L’avènement était proche. 

Le Priscus lâcha une chose inerte, exsangue, pas plus grande qu'une poupée de chiffon ; si légère désormais que le sable et la nuit couvrirent le choc sur le sol. 
Rassasié, il s'avança sur le monticule rocheux dominant la scène. Au loin se devinait les lueurs de voitures, motos et aux véhicules modernes, d'autres chevauchaient alors que certains venaient à pieds. Mais de Redwood à San Diego, toutes les meutes avaient répondu à l'appel. Des sauvages d'Alturas venant à cheval depuis les forêts, aux cartels mexicains de la frontière. Tous étaient là pour saluer la nouvelle Archevêque de la grande cité de Los Angeles, celle qui devait noyer dans le sang de l'abattoir la maudite tour d'argent.
Ce soir, la petite bourgade de New Clemens connaîtrait l'enfer quand au terme du plus important des Autorictas Ritae se produirait le plus grand Festin de Sang que la région ait pu connaître depuis des décennies. 
Depuis son promontoire, il fit signe aux servants d'allumer les cierges et les brasiers. La lueur blafarde de la Lune, qui jusqu'alors éclairait maladivement les colonnes massives faîtes de poutres et de corps clou-fichés,s'embrasa du pourpre et de l'orange du feu et une douce fumée blanche s'éleva des encensoirs. 

Bloody Eagles, Lacrimae Noctis, Black Priests, Children of Leprosy, Father's eyes, Bleating Lambs et bien d'autres étaient déjà présents. Lasombra et Tzimisce, Anti-tribus et Lignages bâtards en parfaite cohésion pour soutenir le nouveau chevalier de Caïn. Celui qui détruirait les Antédiluviens et leurs chiens de la Camarilla. 

Il sentait la présence d'Eleanore. Elle attendait son heure. Parfait. 
Quand minuit fut à son zénith, Phosphoros sortit de l'ombre au milieu flammes, dansant et tournoyant entre les brasiers. Effectuant la danse du feu, magnifique tango rythmé qu'il poursuivit alors que les chants de ses serviteurs s'élevaient dans le ciel aux milles étoiles. Les tambours de chairs distendues étaient frappés alors que de blasphématoires chants grégoriens résonnaient sur la plaine. 
Il dansa et bien vite, les Sœurs et Frères se joignirent à lui. Ils célébraient la puissance du feu, ils dansaient à la lueur de sa sagesse et de sa force. Par ses flammes, le feu devennait résurrection et tel le Christ ressuscités, ils deviendraient tous des dieux de la guerre et de la mort. Ils s'abattraient en une tornade de liberté sur les impotents et les faibles. 
Quand la danse rituelle fût terminée les chants diminuèrent d'intensité. Phosphoros se mit alors à tourner autour des feu et à les consacrer avec du sang et de l'huile, puis il passa dans les rangs avec cinq acolytes dont ses trois templiers et arrosa d'un fin jet les visages de tous les sabbatiques : 

Corpus Christi, Sanguinem Sabbati. Amen. (Le corps du Christ, le Sang du Sabbat)

Enfin, il se plaça devant l'assemblée sanguinolente et devant lui une imposante vasque de bronze illustrée de visages grimaçants et de corps enchevêtrés dans l'agonie ou l'extase fut déposée. 

Obiit. (Il est mort)

Il laissa s'écouler du temps alors que par ces simples mots, celui que l'on avait dit en fuite. Celui qui par son pragmatisme s'était fait connaître comme l'archevêque de Los Angeles. Sacha Khithrik venait d'être déclaré mort, détruit, disparu à jamais. 

Pourquoi toujours ce latin ? Omnia dicta fortiora si dicta latina (tout ce qui se dit prend plus de force s'il est dit en latin). Tel un prêtre médiéval, Alexandre/Phosphoros déblatérait devant une foule dont peu devait comprendre ses paroles. Cependant, il était de son devoir, de son titre et de son âge de proférer les saints rituels tels qu'ils étaient prévus. 


Omnia mutantur, nihil interit. Tout change, rien ne meurt. 
Nous Sabbat avons bien changé depuis que les premiers se sont levés contre leurs Aînés. Pour bien peu d'entre vous, nous rejoindre, devenir ce que nous sommes signifie la destruction des Antédiluviens, des petits-enfants qui ont déçu le Très Saint Père. Vous n'avez pas connu le joug terrible de ces êtres multi-millénaires assoiffés du sang de leurs infants. Vous n'avez pas connu la terreur de la traque par les inquisiteurs et l'horreur d'être acculé en plein jour par une horde de chasseurs. Vous n'avez pas connu la tyrannie des Sires vous usitant tels des outils.
Car c'est contre toutes ces choses que le Sabbat est né. Désormais, il a changé mais il reste là, fier et triomphant. Les morts qui ont pu nous accabler ne sont que le prix à verser pour voir nos ennemis et tous ceux qui veulent nous dominer tomber dans la ruine en une agonie vermeil. 
En cette nuit, vous tous Sœurs et Frères, Sabbats, nous élisons et consacrons celle qui fera de la Californie le nouveau royaume du Sabbat avec Los Angeles pour Capitale de Sang. 
New-York est tombé car notre Empire se devait d'avoir une meilleure Cité. 


Nous sommes le sang des damnés en leur royale excellence et par la volonté de notre Régent, j'ai toute autorité pour déclarer votre très révérée Sœur, Lady Eleanore Byron Archevêque de la Cité des Anges Morts. 
Puissiez-vous lui donner hommage-lige et par votre sang en cette sainte cuve verser votre dévotion afin qu'elle renaisse de vos sangs en l'entité qui nous mènera à la victoire et la ruine du monde.


Il trancha profondément sa paume avec une lame et laissa couler lentement la vitae séculaire dans la cuve. Des yeux déments fixaient le liquide. Diabolistes...
Un rictus ceint le visage de l'Ancien. Le rite commençait enfin. 
Et un à un, les archevêques des villes de Californie s'approchèrent et se soumirent suivi par leurs évêques, prêtres et ductus. La cérémonie connaîtrait son zénith quand les enfants de Los Angeles clôtureront le don de sang. Alors seulement, la nouvelle archevêque pourrait s'afficher, déclamer ses objectifs et se baigner dans le bassin sanglant avant que tous y boivent. Tel était le Festin de Sang et personne n'y dérogerait.

_________________


Et la musique brûlait en eux... Les flammes dansaient dans leurs veines... L'ombre dormait dans leur couche... La vie se consumait dans leur sourire...
Porteurs invisibles de la lumière noire.
Et Ils allaient obscurs sous la nuit solitaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lenneth Mahler
avatar



Messages : 101
Date d'inscription : 16/10/2013

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: Rex Sabbati Gratia [tous sabbatiques présents et à venir ]   Jeu 4 Sep - 0:42

Comment ne pas accuser la nouvelle ? Moi qui à toujours prêcher la froideur envers Eléanore Byron, celle qui avait commise l'impudent crime de tuer l'un des nôtres en pleine réunion. N'avait elle pas assez de retenu pour organiser une vendetta discrète à la sortie de nos rites. Était-elle obligée en rose passionnée d'afficher ainsi ouvertement son mépris, le sentimentalisme condamnait son acte et préjugeait de son règne. Je n'aimais guère la subjectivité des pulsions de cœur, malheureusement on se rapprochait davantage d'un toreador animé de bonne volonté qu'un tzimisce gardien vigilant. Le pire, c'est que l'on ne m'avait aucunement prévue pour ce poste. Moi la dernière du conseil des Evêques, moi l'infant du Cardinal mon petit Polly, rien ! Oh bien sur je souffrais de départs imprévus, John me quittait et grand bien m'en fasse comme je n’appréciais guère cet intrigant de bas étage. Pour Aurelio le mystère demeurait encore entier... Comme j'aurais aimé lui faire aimer cette ville, lui donner gout à rester. Mais tous partis ! Tous envolés ! Concernant le poste, bien sur tout m'arrangeait au final. Incarner l'Archevêque c'était régner au devant de la scène, se prendre les remarques du Cardinal, subir les possibles mauvais retours de nos troupes. Vraiment... Polly aurait adoré me voir être Archevêque, mais non, je préférais l'ombre du pouvoir, en coulisse comme il était d'autant plus appréciable de tirer quelques ficelles. Mon orgueil avait simplement souffert qu'aucune fois mon nom n'avait été pensé à cette succession ! Quoi de plus normal quand le choix venait du Priscus, lui, celui qui semblait me sous estimer. A me laisser seule sans une visite, moi je m’ennuie tellement en mon palais blanc... Encore ce Priscus, qui non content de m'ignorer nommait à mes cotés un imbécile nommé Peacecraft ! Ah j'étais las... Las de voir que le Conseil des Évêques était devenu une réunion de moi, avec moi et avec moi... Plus besoin de Conseil, le Priscus semblait déjà s'être arrogé le rôle de seul conseiller ! Comme il était évident, avoir choisi Eléanore Byron une fille complétement gaga du Ravnos ! Ah... Cela ne se cachait même pas un peu pour faire genre : "Mais non enfin si on s'apprécie c'est juste pour le travail !". Balivernes !

Et ce soir voila que je demeurais dans la voiture à patienter avant d'assister à ce couronnement de fantoche ! Je répugnais à descendre, je n'aimais pas le monde, je n'aimais pas vraiment ce genre de soirée barbante à souhait ! Y-avait-il quelques bétails à faire bruler en un feu de joie ? On servait des pommes d'amour sanglantes ? On organisait des massacres ? Non même pas, une fête sans jeu, une mauvaise fête. Alors je restais la, au fond de la voiture à serrer mon nouveau doudou, un jeune garçon totalement vidé de son sang. Je faisais la tête ! Évidemment mon valet me réprimanda à ce sujet, comme il pouvait être sage !


"Votre Excellence vous allez être en retard !"

"Je ne veux pas y aller, dite que je suis malade, dite que j'ai bu un mauvais sang de drogué, dite que je suis cloué au lit !"
"Ce n'est pas sérieux votre Excellence !"
"Certes ! Mais je n'ai pas envie !"
"Le Sabbat de la cote ouest se réunis, que dira votre père s'il apprend votre absence..."
"Bien... Vous avez gagné, toujours à brandir le spectre de mon père pour me faire plier ! Gardez mon doudou !"
"Votre excellence, votre doudou est vidé de son sang, il n'a plus rien à vous offrir."
"Non gardez le quand même, il est assez mignon !"

Me voila sorti de la voiture, en princesse accueillie comme il se devait par les membres de mon clan. Je demeurais la plus haute autorité lasombra de Los Angeles, au dessus de moi il n-y avait aucun magister ! La foule de mes ombres se fendit en deux, loyale et docile, mes chers ombres admiraient la reine blanche gravir les marches. On chuchotait ma grâce, on se demandait bien pourquoi n'étais je point la nouvelle Archevêque, déjà les signes avant coureur d'un choix contesté se faisaient entendre. Le Priscus et Byron n'avaient pas compris que pour régner sur Los Angeles, ils avaient besoin de moi ! Avaient-ils saisis qu'une ancilla à peine vieux d'un siècle avec un sire traitre au passif paraissait un choix bien étrange à coté d'une lasombra de deux siècles conseillère de l'ombre de Polonia ! J'avais conquis l'Amérique à ses cotés et on m'offrait l'affront de ne pas être contactée ! De ne pas avoir eu le privilège de refuser en bonne et due forme l'offre. L'ombre était irritée ! Les magisters hurlaient dans un silence glacé leurs profondes colères ! Ce manque de respect ! C'était ce que je ressentais, voila le message qui me donna la force de monter jusqu'au bout. On me disait tout bas : "Vous auriez du être l'Archevêque votre excellence !". Notamment un jeune, plutôt inconséquent qui me barra la route, agenouillé au sol notre jeune ombre pris la parole.


"Honte à notre pouvoir que de n'avoir songer à vous Votre Excellence ! C'est vous la reine blanche qui aurait du être célébrée ! Vous êtes..."


Mais inutile de le laisser continuer, autant sauver sa non-vie car ce petit me charmait !

"Oh que tu es chou mon jeune ami ! Ne jugeons point hâtivement la decision de notre Priscus, jusqu'à preuve de son incapacité soyons aux cotés de l'Archevêque, respectons notre serment. Nous le clan des Magisters."

Des mots qui furent partagés, chuchotés à chacun de mes fidèles. Je me devais d'enseigner une leçon de politique aux deux qui avait organiser cette pâle soirée ! Ne jamais composer sans votre ombre, oubliée elle n'en était que plus traitresse. Et ce fut avec le sourire qu'à mon tour je versais le sang. Sans un mot, sans un regard j'affichais de ce froid mon air boudeur. J'osais donner une semaine au Priscus ou à l'Archevêque de briser la glace, pour prendre contact avec moi. Passez ce délai, les lasombras pourraient se fâcher réellement.

_________________

L'enfer Blanc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuko Kazumi
avatar



Messages : 77
Date d'inscription : 09/01/2014

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: Rex Sabbati Gratia [tous sabbatiques présents et à venir ]   Sam 6 Sep - 15:14



Une lettre. Le genre de chose dont Mitsuko n’avait guère l’habitude, car voyez-vous, le papier laisse des traces à moins de le brûler. Toujours discrète, quoiqu’elle s’était quelque peu dévoilée en acceptant la mission proposée par l’Evêque Mahler, la jeune Assamite sentait que les choses étaient peu à peu en train de bouger, et pas forcément en bien. Le Priscus était de retour et un Archevêque allait enfin être désigné. Voilà pour les bonnes nouvelles. Les mauvaises : l’Ancien Lasombra, Aurelio Falconeri, semblait avoir disparu, peut-être même avait-il quitter la ville. L’Evêque John Peacecraft ne faisait plus tellement parler de lui. Et enfin, et c’était là le point qui troublait le plus Mitsuko, une parfaite inconnue avait été choisie pour devenir l’Archevêque de Los Angeles.

Enfin, une parfaite inconnue… L’Assamite l’avait déjà repéré lorsqu’elle était arrivée en ville pour la première fois. Elle était actuellement la Tzimisce la plus âgée présente à la Cité des Anges. Mais c’était là la seule chose digne d’intérêt car indiquant une maîtrise probablement plus élevée des arts Tzimisce que tous ceux présents dans cette ville. Une probabilité seulement. Et l’âge n’avait aucune valeur au Sabbat. D’autant que la belle était l’Infante d’un traître, chose qui ne plaisait guère à l’Assamite. Mais surtout, aucun fait d’arme valable à Los Angeles, ou aucun qui n’éveille le respect et la confiance de la tueuse. Pour elle, c’était là ce qu’on appelait du « copinage », une promotion sans aucun sens, et décidée par le Priscus apparemment. Un Priscus qui n’avait rien prouvé non plus depuis qu’il était présent, mais au moins ne sortait-il pas son titre d’une pochette surprise comme la demoiselle Byron, ou c’était ce qu’espérait Mitsuko.

Tout cela pour dire que, loin d’être complètement insatisfaite, elle restait tout de même très dubitative sur le choix du Priscus. Pour toutes les raisons évoquées plus haut, l’Assamite savait que ce nouvel Archevêque allait faire jaser. Le mécontentement naîtrait chez certains, l’incompréhension, l’indignation. Ces émotions prendraient le pas sur une partie de ceux qui en seraient victimes, et alors verrait-on les premiers complots naître, des dissensions se former, et l’équilibre du Sabbat perturbé. Non, décidément, ce choix n’était guère judicieux… Elle le sentait, il lui faudrait bientôt agir ouvertement, et prendre parti. Mais son choix n’était pas encore totalement arrêté. Peut-être miss Byron pouvait-elle réussir à lui faire bonne impression ce soir. Autrement, elle se rangerait sûrement dans l’ombre de Lenneth.

Discrétion et observation seraient de nouveau à l’œuvre ce soir, une toute dernière fois certainement. L’Assamite s’était hissée sans un bruit sur le toit d’un vieux bus scolaire jaune que plusieurs meutes avaient probablement dérobé quelque part, lequel fonçait à une allure folle dans le désert. Le freinage et l’arrêt total du véhicule fut aussi violent et chaotique que le fut la conduite, mais au moins étaient-ils arrivés sans accrocs. Alors que le véhicule se vidaient de ses occupants, Mitsuko demeurait sur le toit sans qu’on ne la remarque, observant, évaluant le terrain et les personnes déjà présentes. Les festivités n’étaient guère sa tasse de thé. Elle préférait laisser les siens faire les fous et rester en arrière, telle une vigie à l’affût. Son attention finit par être retenue sur une silhouette immaculée et familière sortant d’un véhicule : Lenneth Mahler.

Et ce fut comme un signal, bien qu’il n’y en avait aucun en réalité. L’Assamite se leva, sauta du bus et se faufila à travers la foule comme elle savait si bien le faire, sans attirer l’attention. Le moment fatidique se rapprochait, le Priscus était apparu et la danse rituelle commençait. Puis l’attente fut longue jusqu’à ce que son tour de verser son sang ne se présente, mais il vint inévitablement. Quand bien même elle n’avait toujours pas changé d’avis sur la situation, elle n’oubliait les règles et son engagement. Toujours purement indéchiffrable, elle versa son propre sang comme tous ceux qui l’avaient fait avant elle.



_________________

« La mort est quelquefois un châtiment ; souvent c'est un don ; mais pour plus d'un, c'est une grâce. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eléanore Byron
avatar



Messages : 116
Date d'inscription : 15/09/2013

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: Rex Sabbati Gratia [tous sabbatiques présents et à venir ]   Sam 6 Sep - 17:21


La nouvelle était tombée sans qu'Eléanore ne vienne à s'en douter. La tzimisce n'a jamais vraiment souhaité imaginer qu'un jour, on vienne à lui offrir un rôle aussi grand. Elle ! Archevêque ! Elle l'infant d'un traite ! Cette chose était tout bonnement impossible et mal vu ! Eléanore s'est convaincu de servir la faction au mieux de ces capacités. Elle a passé sa non-vie à errer tuant et élevant le Sabbat au plus haut débarrassant des cités entières du faste dégoûtant de la Camarilla. Dans cette voiture dans laquelle elle se trouve avec son infant, la descendance de Neji d'Emiya ainsi que son frère de sang Ezekiel qui a décidé de rejoindre la cité des anges pour offrir un peu de son art démoniaque et par la même devenant mon templier. Il sait, dès que la nouvelle fut annoncée que je serais victime de tous les complots inimaginables. Quel jeu est-ce ? Veut-on se débarrasser de moi en vérité ou bien est-ce un présent pour avoir aussi bien servi le Sabbat après la trahison de notre sire à Ezekiel et moi-même ? Asuna est à mes côtés, sage et vêtu d'un sublime kimono. Ma fille est aussi coquette que je ne peux l'être. Sage, attentive, observatrice et loyale. Lorsqu'Ezekiel a su quel sang coulait dans les veines de ma fille, il en était bouche bée. Asuna se sait être un cadeau de son père pour assurer ces arrières. C'est un premier pas pour défaire la Camarilla et le Ductus en a été tout chaviré à l'annonce de cette première réussite. Neji a passé un pacte avec un démon à l'apparence d'une succube qui se trouvent plus intelligente que tous les démons que peuvent contenir le clan des tzimisces. Jesus est dans la voiture siégeant à ces côtés une autre de ses créatures, création d'une nuit d’ennui et dont le secret sera bien gardé. La goule Nemesis, un chat noir à la taille impressionnante ronronne sagement observant de ces pupilles émeraudes l'infant de sa maîtresse envers qui elle s'est attachée facilement, simplement parce que le parfum émanant de sa peau se trouve être celle de sa maîtresse.

Lorsque le moment fut enfin arrivée, Ezekiel vint à sortir le premier tenant la portière galamment laissant la goule de sa soeur sortir puis aida Asuna et Eléanore à sortir. Jesus sortie à son tour en compagnie de l'animal de compagnie offert par sa maîtresse pour les services impeccables employés jusqu'à présent. Malgré l'atmosphère électrique, Eléanore resta digne et calme, rien ne paraissait sur son visage. Les tzimisce présents se voient honoré de voir un membre de leur clan devenir archevêque, même si Eléanore possède du sang de traître en elle, la vampire a su se faire un chemin. Contrairement à ce que l'on peut penser, la tzimisce n'a agi d'aucun stratagème pour parvenir à ce rôle qu'elle n'a jamais imaginé obtenir de sa non-vie, ne faisant ce qu'il y avait à faire pour le bien du Sabbat. Les recommandations d'usages ont été fait à sa fille. Asuna sait comme se conduire. Son frère lui, qu'importe, il saura agir autant que Jesus.

Dans l'allée de sable, la tzimisce avance simplement et lentement tandis que les vampires en présences ait remplit la cuve de leur vitae pour le rituel pour sa nomination en tant qu'Archevêque. Elle s'avança, l'air sérieux et impassible, on ne pouvait s'attendre à autre chose d'un démon comme elle.

La vampire finit par rejoindre le Ductus, un sourire sur les lèvres hochant simplement la tête pour le saluer puis elle fait face à l'assistance. Elle prend le temps de regarder chaque visage. Elle en connaît certain, d'autre non. Eléanore restera simplement ce qu'elle est. Son frère, sa goule et son infant à ces côtés, elle se sent forte. Un peu plus loin derrière eux, Jesus et son jouet attendent sagement.

- Je suis jeune et l'infant d'un traitre ! N'est-ce pas ce que pense certains d'entre vous ? Tout autant que Lenneth Mahler mérite bien mieux ce poste que moi-même. Je l'avoue, elle serait tellement mieux vêtue de sang. N'ayant absolument pas préparé à cette nomination surprenante, je n'ai pas pu me préparer un discours et je ne sais que trop vous dire. J'estime que des paroles valent moins que les actes. Je ferais en sorte dans ce rôle qui m'a été dévolue, d'honorer le Sabbat et de l'élever encore et toujours plus loin chassant dans l'horreur et le sang la Camarilla qui n'a sa place nulle part. Los Angeles est notre terrain et ces mortels sont à nous et à personne d'autre !

Eléanore sourit à l'assistance puis reprend.

- Je ferais en sorte de continuer sur la lancée de mon prédécesseur, car cette ville est à NOUS ! Et pour satisfaire vos regards frères et sœurs, il y a quelque nuits, j'ai dérobé la descendance de Neji d'Emiya pour en faire mon infant. Viens avance Asuna.

Eléanore tend son bras vers la jeune japonaise qui s'avance et s'incline devant l'assistance. L'infant est calme, sereine devant cette assemblée et cette agitation. Elle esquisse un sourire qui ne passe guère inaperçu puis elle rejoint Ezekiel, silencieuse attendant la suite.

Lentement, Eléanore entra dans la cuve pour se baigner dans le sang des vampires qu'ils ont versé afin de finaliser le rituel se promettant une fois dans le sang que ce qu'elle a fait avant d'être nominé en tant qu'Archevêque, elle viendra à le continuer avec le soutient de ceux qui hurlent son nom. Les tzismisces sont ceux qui hurlent à plein poumons heureux qu'un tzimisce soit à nouveau élu à ce rôle.
Spoiler:
 

_________________
Sabbat

Charme, intelligence et force. Les voilà, mes plus belles armes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phosphoros
avatar



Messages : 161
Date d'inscription : 01/09/2013

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: Rex Sabbati Gratia [tous sabbatiques présents et à venir ]   Mar 9 Sep - 18:23

" Vous savez, les Magisters sont à l'origine des conseillers, des enseignants - d'où leur surnom - les lasombra ne sont pas un clan de dirigeants. Ils restent dans l'ombre du pouvoir là, et c'est derrière le trône, à manigancer des trahisons, qu'est leur place. 
Nous, honorables membres du clan Tzimisce, sommes un clan de dirigeants, de seigneurs. Les Ventrues étaient les Roys de l'Europe de l'Ouest, de l'Empire Romain Germanique et de la France. Alors qu'à l'Est du Danube aucun être ne pouvait rivaliser de royale seigneurie avec le Clan des Démons. L'Est est la terre de nos ancêtres depuis que l'Aîné à quitté la Seconde cité il y a de ça près de 10 000 ans. Vous saisissez ? Nous sommes les Seigneurs du Sabbat. Nous devons le diriger et nous le dirigeons depuis déjà plusieurs régences. Nous accordons aux ombres les archevêchés mais Nous Sommes le Pouvoir ! "

C'était du temps de Narot en cours des années 1980. L'ancien Ravnos avait rejoint le Sabbat et discutait avec ceux qui étaient assez savants et âgés pour ne pas l'ennuyer. 
Ce discours qu'il se rappelait, était celui du Priscus Sacha Vykos surnommé l'Ange de Caïn.
Ces paroles raisonnaient dans l'esprit du Priscus quand il vit, majestueuse, la Reine Pourpre se présenter à ses Sœurs et Frères de Californie. 
Tel l'ancien archevêque, le vieux priscus aimait à visualiser la politique comme un jeu d'échec. Cela n'était pas bien original mais on ne change pas une équipe qui gagne. En bref, il aimait à voir ses agents comme ses pièces de jeu, et ce soir il pouvait voir à quel point il lui restait de pions. 
Il avait déjà placé ses fous ou bishops (évêques) en particulier son évêque de neige. Ce soir, il consacrait sa Reine Écarlate. Il jeta un regard à ses templiers : deux solides tours et un puissant cavalier.
Soudain, il remarqua l'Assamite de la Magnus Nigrum. Il aima à penser qu'il avait un potentiel second cavalier. Il devrait approcher cet assassin...

Son regard se porta alors sur la masse des Lasombra qui fixait avec froideur le Priscus et l'archevêque ainsi que l'ensemble des Tzimisces joyeux et fiers. Il était ravi d'avoir rassemblé les Ombres autour de la fille de Polonia. Elle avait désormais un soutien presque indéfectible de tout son Clan. Elle lui en serait reconnaissante si elle dépassait son égo blessait et comprenait le cadeau qu'il lui avait fait. 
Si le Ravnos devait être haï par les Ombres il le serait, cela lui importait peu. De toute façon son clan était déjà méprisé dans le monde entier alors quelques chiots haineux de plus ou de moins n'avaient aucune espèce d'importance. 

Sa Reine se plongea dans le bassin sanglant et il commença à incanter alors que ses templiers tiraient hors de cages rouillées couvertes de tentures pourpres, des esclaves enserrés dans des tenues de cuir noir, leurs yeux vagues, drogués se portant sans intérêt sur la foule de prédateurs. Chacun des trois templiers tirait trois laisses de chanvre qui encordait le cou des esclaves. 
Ils furent alignés devant le bassin face au public, mur de chairs et d'organes devant la beauté sanglante qui émergeait lentement dans leur dos. 
Le Priscus arriva derrière le premier esclave, une jeune femme de 15 ou 16 printemps aux cheveux d'or. 

In sanguinem veritas. Innocentia et virginitas... TIBI !
(Le sang de la vérité. L'innocence et la virginité... POUR VOUS !)

Il l'égorgea et d'un coups de pieds fit choir le corps pantelant dans la foule. 
Il arriva dans le dos du suivant, un bellâtre ultra-bronzé artificiellement et boosté aux stéroïdes. 

In sanguinem veritas. Fortitudo et potentia... TIBI ! 
(Le sang de la vérité. La force et la puissance... POUR VOUS !)


Et il continua ainsi à jeter, tantôt la Justice en la personne d'une avocate, tantôt la foi au travers d'un ecclésiastique, à la foule sanguinaire. Qui commençait à apprécier le festin. Quand les neuf sacrifiés auront gorgé les Sœurs et Frères de toute les vertus que la cité pouvait offrir. Quand Innocence et Pureté, Puissance et Force, Justice, Tempérance, Foi, Humilité, Sagesse et enfin Espérance disparurent dans la masse furieuse de crocs. Quand l'Espérance s'éteignit par la mise à mort d'une femme enceinte porteuse de l'espérance de la naissance d'une nouvelle vie, alors tous pourraient procéder à la Vaulderie sacrée en buvant chacun son tour une gorgée du bassin où tous les sangs se sont mêlés au corps de l'Archevêque. 

La dernière goutte de la dernière victime, unique esclave déguisée par des voiles rouge et bleu aux couleurs de la Sainte Vierge, se déversa hors du corps. Et Phosphoros prit la parole. Une voix tonitruante couvrit la folie sanglante qui avait embrassé la plaine. La voix d'Alexandros, celui qui repousse l'Ennemi venait de se faire pour la première fois pleinement entendre. Une voix rauque, sévère et déterminée. 

Mes Sœurs ! Mes Frères ! Cette nuit, je brûle de détermination ! Cette nuit je brûle de désir ! Cette nuit, je brûle en faisant couler le sang ! Mais je ne suis pas encore satisfait ! Je ne suis pas encore rassasié ! Hourra pour notre Archevêque ! Hourra pour la Démone Pourpre ! Hourra pour le Sabbat ! Hourra pour notre Liberté ! 
Festoyons de New Clemens ! Festoyons de ses habitants ! Réduisons-là en cendres et que le Big Bear Lake se teigne d'écarlate ! 
Buvons ce soir et fêtons la victoire prochaine sur les chiens esclaves de la Camarilla car je sais au fond de moi que nous n'avons jamais été aussi déterminés qu'en cette nuit pour la détruire. Je sais que désormais nous allons prendre notre revanche. 
Ici à Los Angeles mais aussi dans toute la Californie. Les Etats-Libres Anarchs vont tomber et se noyer dans le sang. Ils sont notre revanche pour la perte de New-York. Ils sont notre gibier pour ces Nuits Ultimes avant que Gehenne ne nous emporte tous !

_________________


Et la musique brûlait en eux... Les flammes dansaient dans leurs veines... L'ombre dormait dans leur couche... La vie se consumait dans leur sourire...
Porteurs invisibles de la lumière noire.
Et Ils allaient obscurs sous la nuit solitaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Walker
avatar

Nosferatu anti-tribu
Nosferatu anti-tribu

Messages : 56
Date d'inscription : 01/09/2013

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: Rex Sabbati Gratia [tous sabbatiques présents et à venir ]   Dim 21 Sep - 15:34

Je ne panais rien au latin. De toute façon, ce n'était pas moi, petit jeune Rat, qui avait reçu la lettre du Priscus. Les Nosferatu du Sabbat avaient mené leur enquête, puis s'étaient rassemblés pour expliquer la situation, et ce que nous allions faire. Le Priscus allait désigner un nouvel Archevêque. Ou plutôt une. L'annonce me fit bien marrer. Quelle heureuse coïncidence ! Justement la nana que j'avais juré de servir ! Peut-être bien ma future mentor aussi, si je me débrouillais bien. Plusieurs frères m'interrogèrent du regard, mon Sire expliqua que je la connaissais.

Ouais, j'la connais ouais. J'lui ai déjà vendu mon cul, mais elle veut surtout qu'j'la rencarde sur des camaristes. J'pense qu'elle m'aime bien.

Parfait, il fut décidé que je serais son contact privilégié au sein des Rats. Voilà comment gagner une promotion sans avoir rien demandé, une fois de plus. Moi ça m'allait. Etre le pion de l'Archevêque, ça me convenait, surtout que les contreparties pouvaient être sacrément classes. Se faire enseigner le don des Tzimisce par la chef de la ville en personne, ça pouvait inspirer le respect.
J'avais d'ailleurs bien avancé sur ma mission d'infiltration. La petite Délandra, jeune Brujah aveugle de la Camarilla, se faisait un petit séjour dans un coin des égouts, et je récupérai chaque nuit de nouvelles informations sur elle et ceux qu'elle connaissait. Lorsque j'en aurai fini avec elle, je pourrai prendre sa place à la Tour d'Argent et filer le corps à la Tzimisce pour qu'elle s'en fasse un nouveau jouet.

Le clan des Rats avait récupéré un camion de stockage pour partir tous ensemble à la réunion donnée par le Priscus. On était une dizaine, tous là sauf mon Sire, vu que ce lâche était toujours officiellement considéré comme détruit par un raid de nos ennemis. Combien de temps allait-il encore se planquer ?
On s'était tous mis d'accord à l'avance sur ce qu'on allait faire. On écouta le discours du vieux Ravnos (une soeur de clan me traduisit ses blabla latinistes) puis quand ce fut notre tour d'aller verser notre sang dans le bassin, on s'avança, tous ensemble. Dix monstres, plus hideux que les jouets des Tzimisce, avançant fièrement parmi la foule. Et plutôt que de faire comme tout le monde, à s'entailler le poignet ou le cou pour verser bien sagement le précieux liquide vital, nous on choisit en coeur de vomir le sang. Répugnante régurgitation digne de notre clan. On avait beau être souvent discrets, on aimait bien se donner en spectacle de temps en temps.

Je retournais ensuite avec mes frères et soeurs vers le fond de la foule, on ne faisait pas vraiment partie de l'élite du Sabbat.
L'arrivée de la Tzimisce en grande pompe, son discours provocateur, sa superbe baignade dans le sang, je pris tout en photo. J'avais amené mon meilleur appareil, et je comptais bien constituer un book de cet évènement unique. Petit cadeau pour la belle, qui pourrait orner son manoir de quelques clichés en l'honneur de sa gloire naissante.
On profita du festin avec tous les autres, de manière assez symbolique, quand on parvenait à extraire quelques gouttes des sacrifiés c'était déjà pas mal.
A nouveau le Priscus prit la parole, et on hurla avec lui, avec tous les autres, les hourra pour la chef et le Sabbat. Mes cris étaient enthousiastes, j'étais vraiment content pour elle, et pour moi.

_________________
couleur d'écriture : #996633
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Molyn Koudenia
avatar



Messages : 63
Date d'inscription : 07/10/2014

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: Rex Sabbati Gratia [tous sabbatiques présents et à venir ]   Sam 18 Oct - 3:53


Une semaine avant... sous-sol de la bibliothèque de Yale

Deux démons bleus admirant d'anciennes gravures illustrant le cycle de Lilith :

- Etes-vous sur Seigneur et Père qu'ils souhaitent notre aide ? en êtes-vous sur ? Ils nous voient comme des conseillés, ils ont peur... ils vous respectent  mais ont peur.

L'ange eu un sourire  

- C'est le devoir de notre ligné, nous avons fondé le sabbat et nous devons apporter notre aide où elle est demandée. Mais nous ne devons pas nous impliquer plus que de raison dans les affaires politiques. Du moins en façade.
-  Dans ce cas pourquoi ?
- Car Symeon m'avait demandé de même... cela sera instructif pour vous. Vous pourrez en profiter pour enseigner aux jeunes qui le souhaitent. Je souhaite également que vous mettiez en place ce que nous avons convenus pour la bibliothèque Powell

Sourire du plus jeune vampire, avant de prendre une gorgée de sang du calice à sa disposition, le sang teintant ses lèvres azurées :

- Il sera fait selon vos désirs, mon Seigneur et Mère.
- A présent allons y; nous somme attendu à la soirée de Skull and Bones...



Festin écarlate


Le voyage avait été long, du moins pour les standards actuels, mais pas pour ceux qui avaient connus le "avant voiture - avion - train". La zone des grands lacs avait été travers" en compagnie d'une caravane de ravnos anti-tribu et d'un Seigneur de l'Ombre garou en provenance des Terres au delà de la foret. La zone centrale avait été traversée sous forme zulo, dormant la nuit dans des caches naturelles sous formes de sang... enfin, le problème de la traversée du désert fut réglé à bord d'un camping car de red necks en partance pour des vacances bons marchées en Californie.



A présent, Molyn assistait aux rites d'avènement de l'archevêque. Ce qui l'intéressait en cet instant était le positionnement sur l'échiquier local. Pour l'occasion, elle avait pris l'apparence d'un des "cul terreux" qui lui avaient servit de taxi... ayant "emprunté" au passage une partie de la garde robe. A présent, elle s'était glissée dans la "plèbe" du sabbat, coincé(e) entre un jeune nosferatu et une asiatique qui devait appartenir au clan de la lame. Au final, on pouvait prendre le tzimicse pour n'importe quel brujah ou panders présent à la fête.

Son regard se fixa suer l'arrivé de Lenneth et les réactions des Ombres. Elle connaissait de réputation la Dame blanche, infante de Polonia, comment aurait il pu en être autrement vue les liens politiques entre leurs deux sires. La réaction des Lasombra ne l'étonna pas outre mesure... ce qui confirmait l'opinion de Molyn sur la perte de finesse politique des jeunes de ce clan. Mais au final, ce fut la réaction des meutes qui l'intéressa réellement.  Il avait entendu dire que celles de la cote ouest étaient particulièrement foutoires... du moins c'est ce qui en été ressortit au sein de la meute des Masters of Fate après le siège d'Atlanta.

Sa petite "infiltration" si tant est qu'on pouvait l'appeler comme cela, faillit se corser au moment de verser son sang dans le calice. Pas d'hésitation de sa part, mais quelques regards suspicieux des cainitte aux sens développé situés à proximité. Cette plaie de diabolistes n'ayant pas de maîtrise d'eux même. Mais pas davantage de remous finalement. Et quand les sacrifiés furent lancé dans la foule; Molyn laissa les plus jeunes se servir sans toucher aux victimes. Qu'ils en profitent, ils l'avaient bien mérité après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rex Sabbati Gratia [tous sabbatiques présents et à venir ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rex Sabbati Gratia [tous sabbatiques présents et à venir ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Joyeux noel à tous!
» [EVENT] Omnia, la fête de tous les dieux
» En a marre de rester seule tous les soirs
» Forum "Tous pour un"
» Ils sont tous pareils... -Libre~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire la Mascarade :: Hors Jeu :: Archives :: Rp terminés (V1 du forum)-