Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Au delà de son reflet [PV Lucien]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Neji d'Emiya
avatar



Messages : 264
Date d'inscription : 02/09/2013
Age : 29

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Au delà de son reflet [PV Lucien]   Sam 30 Aoû - 16:17

Fidèle à ma réputation la fleur évitait la saleté de ce monde. A esquiver la pluie, à ne marcher que sur le béton de la civilisation. Narcisse, moi, j'avais pour l'occasion bouclé mes pétales, pris un soin immodéré au choix de la tenue. Beau dans le miroir j'incarnais celui qui possédait l'arrogance des lasombras, mais la chance de voir son reflet. Sourire amoureux à ma propre vision, il suffisait encore d'une légère touche et enfin... Je pouvais enfin dire que la perfection était en ce miroir. Mais quel manque de clairvoyance à ne compter que sur un simple regard. Faculté mortelle, sens primordial de ce monde, voir ce qui nous entoure et pouvoir juger sur l'apparence. Ne réfléchir que sur les couleurs, ne raisonner que sur l'habit, la panoplie. Notre monde était apparence, en son reflet je me donnais la perfection en image, celui qui ne vivait que de mode, à suivre continuellement la définition fluctuante du mot beauté. Mais telle une image, je ne suis qu'un vide, on se perd en mes yeux, on ne fait qu'effleurer ma peau. Je suis Narcisse la fleur symbole des apparences, belle à s'aimer elle même, belle à attirer les autres. En un piège, en une danse stérile, je ne suis point l'image que je reflète, la perfection demeure étrangère à la fleur. La perfection, c'est chimère.

Une pensée amusante au moment de gravir les marches du temple. Lieu boudé par les vampires, le culte à pourtant toujours fasciné notre espèce. On croit à la Gehenne, on croit à Golconde... On croit à Seth, on croit à Caïn, le Sabbat se drape en moqueur des rites chrétiens. Rejoindre le monde noir cela n'est pas source de vérité, on voit le monde cruel, mais la croyance demeure. Mon clan se veut sage, à aimer les Lumières nous n'arrivons pas encore à échapper aux folies des superstitions. Les faibles rejoignent la dictée du Sabbat, et malgré notre volonté de contrôler, nous nous heurtons bien souvent au mystère. Ainsi le Temple, lieu ou l'on s'abandonne à plus fort que nous, lieu ou l'on veut apprendre, lieu ou l'on confie son âme. Cette nuit, run rare moment allait s'opérer, un professeur venait à moi, pour m'apprendre et me former. Je lui confiais ma réputation, ma confiance, je voulais qu'il m'élève, je voulais voir au delà des apparences. Moi qui ne faisait qu'en incarner une si belle, moi qui avait conscience des faux semblants, malheureusement je ne possédais pas le don découvrir, de savoir ce qui fonctionnait au delà du visage. Lucien était mon choix, ancilla des roses il avait l’expérience des âges mais le désamour de la politique. Je croyais ses mots.

Prenant une chaise de bois, voila que j'attendais mon professeur sous la coupole, entouré d'idole. Lorsqu'une voiture sembla s’arrêter alors je me levais, prêt à accueillir mon hôte. Avec Lucien nous étions des enfants de plus d'un siècle, chacun avec son lot de noir au cœur. Primogène des Brujahs, cela ne changeait rien à la politesse qui était du au professeur. Mon éducation a été japonaise, il fallait rendre honneur au Maître. Lucien montait les marches, enfin malgré l'obscurité pouvait il certainement apercevoir mon visage adolescent devant le temple. A proximité de moi, par respect au professeur, voila que j'inclinais le corps pendant quelques secondes avant de me relever.


"Lucien-sama, plusieurs nuits ou j'attends de vous rencontrer à nouveau. Le temps n'est guère clément avec nous, je vous en prie nous devrions rentrer. J'ai pensé le Temple bon endroit pour le début de ses enseignements, c'est un endroit tranquille et surveillé, nous n'aurons pas à souffrir de perturbations."


Une fois rentré, je pouvais avoir toute latitude pour apprécier la présence de cet ami. Mon sourire en témoignait, j'étais séduit de cette rencontre.


"Professeur je me dois de vous poser deux questions. Allez vous accepter le titre de Gardien ? Et ensuite, comment souhaiter vous procéder pour l'enseignement. Je ne possède aucune base de l'augure, j'imagine que mon sang d'ancilla m'aidera à apprendre vite."


Nous devions commencer par un lien de sang, un lien unissant le professeur à son élève.

_________________

Le coeur n'aime pas s'il ne voit point de beauté.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucien T. Clairmont
avatar



Messages : 125
Date d'inscription : 03/11/2013
Age : 23

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: Au delà de son reflet [PV Lucien]   Dim 7 Sep - 18:11



Au-delà de son reflet
feat Neji d’Emiya


Changements. Parfois, la vie de Lucien pouvait se résumer à ce mot. La lassitude le sumbergeait, ce qui trouvait autrefois grâce à ses yeux n’étaient plus qu’ennuis et monotonie. Autrefois, lorsque cela arrivait, il se contentait tous simplement de partir pour de nouveaux horizons, de changer d’air. Mais sans doute avait-il vieillit, car il ne lui serait pas venu à l’esprit de quitter Los Angeles sans y être contraint. C’était là un mystère insoluble, qu’il se soit tant attaché à cette ville. Lui-même avait parfois bien du mal à comprendre ce choix qui était pourtant le sien. Los Angeles avait son charme et son caractère, mais il aurait pu trouver encore plus agréable à vivre s’il l’avait vraiment voulu. Peut-être restait-il parce qu’il s’était investit dans cette ville, qu’il y avait rencontré des personnes qui lui plaisaient. Ou peut-être était-ce pour avoir un semblant de stabilité dans sa non-vie.

Il fallait du changement, oui. Très porté sur les tenues modernes ces derniers temps, il avait bifurqué sur le chemin de l’excentricité cette nuit. Plus que d’ordinaire. Steampunk. Un mot dont il aimait la résonance, un mot qu’on lui avait glissé à l’oreille pour définir ce qu’il voulait. Une mode plus ou moins excentrique comme on en voyait tant aujourd’hui, mais quelle mode ! Et quelle époque surtout ! Il pouvait bien s’habiller comme il le souhaitait, les mortels ne s’en offusquaient guère.


Spoiler:
 

Ce soir encore, Ethan lui faisait office de chauffeur. Le Toreador savait pertinemment qu’il avait horreur de cela, et c’était là sa manière d’asticoter la goule. Dehors, le paysage était bien sombre et humide, et cela ennuyait Lucien. Il avait hâte de retrouver Neji, ne serait-ce que pour avoir quelqu’un de distrayant à observer que parce que sa compagnie lui plaisait. Sans compter le lieu légèrement incongru, mais dont l’architecture et l’atmosphère plaisaient toutes deux à Lucien. Le temple du quartier chinois de Los Angeles, qui se dessinait déjà derrière les vitres de la voiture fouettées par la pluie. Puis Neji lui apparut également, qu’il rejoint prestement. Dans toute sa splendeur et n’ayant pas oublié ses origines, c’était exactement comme si cet endroit avait été fait pour lui.

« Je suis ravi de vous revoir, Neji ! Ma foi, le choix de ce lieu pour nos retrouvailles me plaît particulièrement. »

Il pouvait même aller jusqu’à dire que l’intérieur lui plaisait autant que l’extérieur. A son habitude, il ne put s’empêcher de poser les yeux un peu partout et d’apprécier ce qu’il pouvait voir. Mais pour autant, il n’oubliait pas la raison de sa présence ici, et Neji non plus visiblement. Lucien l’aurait bien gentiment rabroué de lui donner le nom de « Professeur », même si c’était pourtant ce qu’il allait être cette nuit, cependant il sentait que les mots employés par le japonais était avant tout teinté de sincérité et de respect. L’instant n’était pas propice à chicaner sur ces détails, alors le Toreador les mit de côté.

« Je l’accepte, en effet… Et je vous remercie de la confiance que vous m’accordez, Neji. »

La tentation avait été trop grande. Le défi inspiré par cette fonction également. Et son désir de changement. Un changement de quelle nature, il l’ignorait encore exactement, mais il lui fallait du renouveau dans son quotidien. Un léger sourire vient égayer ses lèvres alors qu’il poursuit.

« Le sang vous aidera grandement, en effet. Et vous savez tout comme moi ce que cela sous-entend, mais si vous m’avez recontacté, je suppose que vous êtes certain de votre décision. Après cela, je vous guiderai pour éveiller ce pouvoir. »

Cela semblait si simple lorsqu’il le disait ainsi, mais en réalité il n’avait encore jamais franchis le pas lui-même, du moins pas en tant que professeur. Autrefois, il avait été l’élève lorsqu’il avait goûté à la folie qui viciait le sang des Enfants de la Lune. Aujourd’hui, il allait franchir un nouveau cap inédit dans sa non-vie, comme il l’avait fait en acceptant le poste de Gardien ou en guidant la nouvelle-née Raven dans sa nouvelle existence.

« Mais peut-être voudriez-vous que nous nous posions quelque part avant de commencer ? »

Un sourire taquin lui était venu. C’était incontestable, revoir Neji lui était agréable et suffisait à rompre l’ennui que lui inspirait la météo grincheuse de cette soirée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/u/2249429/
Neji d'Emiya
avatar



Messages : 264
Date d'inscription : 02/09/2013
Age : 29

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: Au delà de son reflet [PV Lucien]   Dim 14 Sep - 1:28

La pluie s'abattait sur la vieille pierre, impitoyable. Inconsolable le ciel pleurait sans prendre le temps d'un repos. Mais protégé par la la voute, à l'écoute de toute cette eau frappant les tuiles, il résultait une harmonie. Bien à l’abri dans le sanctuaire, un sentiment d'enfance me revenait. Celui du garçon qui entendait pour la première fois les cieux grondait, mais qui n'avait point peur grâce à la pluie qui chantait. Douce mélopée d'eau, apaisant sentiment de quiétude, malgré l'orage je pouvais dormir en paix. Ainsi j'accueillais avec sourire l'action de nuages capricieux et je priais pour que puisse durer cette mélodie. J'avançais lentement, emmenant mon ami au coeur de la nef, la ou les vitraux nous offraient leurs meilleures lumières, beauté. J'avançais avec l'anticipation des événements, comme je ne pouvais pas regretter mon choix pourtant. Lucien était l'ami dont je rêvais, le professeur dont je pouvais avoir confiance. A marcher entre les rangés de banc, à écouter ses mots si sages, comment pouvais-je douter de ce choix.

"N'ayez crainte professeur, je sais que mon choix pourrait vous paraitre étrange, irraisonné. Mais sans augure je puis vous dire que ma confiance est totale. J'ai foi en votre sagesse, en votre noblesse d'âme. Ici en ce temple, voila ou les âmes se confessent, ou les croyants se disent proche de leurs divinités. Je viens pour que l'on m'ouvre les yeux, l'augure est un art si merveilleux. A courir vite, à frapper fort, à parler avec noblesse, mon clan oublie son environnement. Il oublie que pour pouvoir, il faut voir et comprendre. J'aimerais être l'un de ceux qui montre cette voie. J'ai préparé deux chaises au fond de la nef, veuillez me suivre..."


Dépassant les rangées, désormais nous étions au coeur de l'édifice, au dessus de nos tête la coupole de pierre si haute et impérieuse. Aux murs ces représentations d'idoles, ces évangiles, ces martyres, ces images si étranger à ma culture. Un orgue si vieux dont je doutais de son état de fonctionnement, une chaire cassée là ou le prêtre s'adressait à ses fidèles. Une statue du Christ, en croix, toujours ce regard dans le vide, ce regard perdu à travers des siècles de croyance. Et enfin les vitraux, nous encerclant, magnifique bijoux encore en état. Dommage que nous ne puissions les voir resplendir à la lumière des cieux.

"Nous ne pouvons voir simplement ces vitraux à la faveur de la lune, imaginez la beauté à la lumière d'un soleil. Il me semble imaginer les couleurs se refléter en nos visages. C'est ici que je pensais initier l'enseignement, deux chaises disposés face à face. C'est un peu près tout, j'espère que cela sera suffisant, j'avoue avoir été ignorant sur ce qui devait être amené."

Ainsi je prenais place, invitant Lucien à me suivre. Les deux chaises n'étaient séparées que de seulement cinquante centimètre.


"Voila je pense que nous y sommes. Je suis donc disposé à vous écouter, à vous suivre. Ne m'épargnez pas sous prétexte de mon titre, de notre amitié. Soyez le professeur, encore une fois, vous possédez ma confiance Lucien."


Plus aucun mot, regard appuyé sur les vitraux, regard furtif porté au Christ. Je voulais voir.

_________________

Le coeur n'aime pas s'il ne voit point de beauté.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucien T. Clairmont
avatar



Messages : 125
Date d'inscription : 03/11/2013
Age : 23

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: Au delà de son reflet [PV Lucien]   Mer 22 Oct - 11:51

Spoiler:
 



Professeur. Comptait-il lui donner du « professeur » toute la nuit ? Cela devenait ennuyeux pour l’Ancilla, tant de formalités, même si celle-ci ne l’étonnait guère de la part du japonais qui semblait si respectueux et attaché aux convenances. Mais tout de même, professeur ! Cela gênait presque Lucien alors que quelques nuits auparavant, c’était d’avantage un lien amical qui s’était tissé entre eux qu’un lien professeur à élève. Qu’importe, il pouvait bien faire l’effort de ne rien dire pour cette nuit. Et pourtant, ce n’était pas là la seule chose qui gênait le Toreador. Son ami semblait lui prêter une sagesse qu’il n’estimait pas avoir. Ou qu’il ne voulait pas voir, peut-être. Et pourtant, à l’écoute de la réponse de Neji, celui-ci lui semblait infiniment plus sage et éclairé qu’il ne le serait jamais, tout attiré par les plaisirs et les vices qu’il était.

Lucien suivit les pas de Narcisse jusqu’au cœur de l’édifice où trônaient deux chaises disposées en face à face, admirant un instant les vitraux tout comme l’asiatique, splendeur dont ils étaient tout deux privés de la meilleure mise en valeur possible de ceux-ci : à la lumière du jour.


« C’est bien ma faute, j’aurais dû vous proposer de prendre moi-même les dispositions nécessaires. »

Prenant place à son tour sur la chaise qui lui était destiné, le Toreador croisa les jambes et écouta les dernières paroles de son ami.

« Je dois vous avertir avant de commencer, vous ne verrez peut-être pas immédiatement. L’Augure, dans son essence basique, se concentre sur les sens, la perception dans sa conception la plus simple et immédiate. Ne vous concentrez pas uniquement sur votre vue, mais sur l’ensemble de vos sens. C’est seulement ainsi que nous pourrons nous assurer que cela a fonctionné et que vous vous trouvez sur la voie. »

Geste auquel il n’était absolument pas coutumier, Lucien dénuda son avant bras droit en remontant  sa manche jusqu’au coude. Ce qu’ils s’apprêtaient tous deux à faire lui paraissait tellement étrange, et pourtant paradoxalement, cela ne l’était pas tant. Il offrit son poignet à Neji.

« Commençons… »

Lui-même n’était pas certain de la marche à suivre. On pouvait transmettre ses pouvoirs par le sang à un vampire d’un autre clan, il le savait, mais était-ce suffisant, y’avait-il autre chose qu’il ignorait ? Dans le doute, avant que le Brujah ne lui perce la peau, il se concentra sur ce qu’il jugeait être l’essence de l’augure, essayant d’en saisir la quintessence. Ses yeux s’ouvrirent alors à cette réalité différente qu’il était capable de voir, d’ordinaire nimbée de couleurs chatoyantes, mais dont seule l’aura de Neji lui apparaissait en cet instant. Le sang s’activait dans ses veines pour lui offrir ce pouvoir, il vibrait comme seul en était capable le précieux liquide carmin, corrompu par la triste magie funèbre qui permettait à leur race de continuer à vivre dans la mort. Neji sentait-il son pouvoir ? Parvenait-il à le capter, à se l’approprier ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/u/2249429/
Neji d'Emiya
avatar



Messages : 264
Date d'inscription : 02/09/2013
Age : 29

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: Au delà de son reflet [PV Lucien]   Mar 4 Nov - 11:32

Un présent que je ne pouvais oublier, un geste qui m'était destiné à moi le jeune sage de cette cité. Jeune encore âgé d'à peine un siècle, il fallait être arrogant à la folie pour s'estimer formé à toutes les épreuves du nocturne. Je n'avais nul mot à rajouter aux consignes de Lucien, je comprenais parfaitement selon les enjeux à ne pas limiter ma conception de l'augure. Comme il était réducteur de considérer l'art de l'augure comme une manière simple de renforcer la vision. L'augure permettait de voir en une définition très large, les cinq sens, l'aura, l'esprit mais aussi le passé et futur. Un potentiel qui m'était donné de posséder, enfin. De tout temps notre clan à souffert de son manque de clairvoyance, comment pouvait-on être sage tout en demeurant si limité par notre vision, par nos possibles erreurs d'interprétation. Le clan de la sagesse était puissant dans la reflexion, mais beaucoup d'erreur pouvait naître de vision erronée. Là, j'obtenais la promesse que tout pouvait être changé. Le vigilant se donnait les armes de devenir ce vigilant.

Délicatement je pris le poignet de Lucien, sans crainte dans le geste ou dans le regard. Lentement je portais ce bras à ma bouche, à mes crocs. Je me devais d'être attentif au froissement des vêtements de la rose qui se repliaient alors que le bras se levait. Attentif au vent qui soufflait en un hurlement léger, au milles sons d'eau de pluie s'écrasant sur le lieu de culte. Et plus ma vision s'approchait du poignet plus je pensais à photographier cet instant. Que mes sens puissent à jamais capturer ce moment, ce dernier moment condamné à ne voir que faiblement. Constat amère qui devait disparaitre. Ainsi mes lèvres épousèrent son épiderme délicat, pour la première fois je goutais au sang d'une rose. Le baiser devait être rapide, un plaisir fugace car lui comme moi apprécions ce moment. Mais il n'était guère dans les convenances de prolonger un baiser, car cela pouvait indisposer le donneur de tant d'intention.

Le sang des artistes avait envahis mon palais, déjà je pouvais en apprécier l'ancienneté mais aussi sa puissance. Il y-avait la vélocité, l'aura et ce que je cherchais, la clairvoyance. Finalement je trouvais aussi une saveur inconnue, un élément étranger, si inconnu que je préférais ne pas m'étendre à ce sujet. Finalement je me concentrais sur la vision, symbolisé en mon imagination d'un grand oeil qui venait d'ouvrir ses paupières. L'exercice était mental, capturer l'essence qui pouvait me donner ce pouvoir se jouait par un esprit fort. Ayant fermé les yeux durant le baiser brusquement ceux ci s'ouvrirent car j'avais le sentiment d'être enfin parvenu, je pensais avoir réussi.

Me retirant doucement de la rose, j'étais soumis à un vertige, la vision se troublait elle devenait image trompeuse se déformant sans cesse. Tout semblait s'affolé, mon environnement changeait. Deux pas de recul, une main sur mon front j'indiquais à Lucien l'effet étrange de cet essai. L'augure en moi, je ne l'avais que trop bien saisi aussi mon corps peinait à apprivoiser ses nouveaux sens. L'odorat capturait milles odeurs, des dernières gouttes du sang de la rose le Gout me renvoyait milles autres saveurs, le toucher, l'ouie et bien sur la vue toutes les informations se bousculaient en mon esprit, sans hiérarchie, sans logique. Il me semblait ne rien pouvoir controler, d'être soumis à l'augure. Je tombais à genoux devant les images et les sensations qui s'accumulaient, impossible de dire stop, impossible d’arrêter ces sens... Sans doute Lucien tentait de me reprendre, mais dans le brouhaha de ce tout ironiquement comme il m'était difficile d'entendre seulement sa voix.

Alors au milieu de cette nef, il me fallait me concentrer. Fermer les yeux, oublier et méditer. Faire un vide de l'esprit et souffler. Gagner un à un les sens, les ouvrir comme une rose peut éclore. Le premier fut le toucher, ressentir le froid de la pierre, chaque caresse d'un vent glacé. Puis vint le gout, les parfums qui encore habitaient mon palais. Vint ensuite l'odorat, le bois des bancs qui se mourraient, les senteurs qu'offrait le raffiné Lucien. Puis la vue, voir ce temps dans les moindres détails... Enfin l'ouïe, ne plus subir la cacophonie, exercer ce don sur chaque instrument, voir que dans le chaos pouvait exister l'harmonie. Enfin, je pouvais voir. Ainsi je ne pouvais qu'être heureux...


"Cela fonctionne Lucien, j'ai réussi... Merci Lucien, merci beaucoup pour votre geste. Une dette que je ne saurais oublier. Tout semble encore fragile, je pense être maître désormais."


Voila un sourire, encore au sol de bonheur je n'avais pensé à me relever. Je devais tant à cet ainé, le poste de Gardien était si peu de chose par rapport au don que venait de me faire la rose.

_________________

Le coeur n'aime pas s'il ne voit point de beauté.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au delà de son reflet [PV Lucien]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au delà de son reflet [PV Lucien]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le reflet du passé [Terminé]
» Au delà des mots...
» Fiche technique et news de Le reflet des Ombres
» Sezi imèb mafyozo:Jan Nesly Lucien ex chèf PNH e Oriel Jan ex chèf sekirite JBA
» Le Roi au-delà de la mer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire la Mascarade :: Hors Jeu :: Archives :: Rp terminés (V1 du forum)-