Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 de Charybde en Scylla.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: de Charybde en Scylla.   Ven 1 Nov - 15:03



Présentation de  


Scylla
YOU FLUSH IT - I FIND IT.





Nom : Kowalewicz
Prénom : Tadeusz
Surnom : Scylla. Personne ne connait son vrai nom et lui-même ne s'en rappelle presque plus.
Date et lieu de naissance : 3 octobre 1867 à Cracovie.
Date et lieu d'étreinte : Le 17 mars 1901 à Rome.
Age + Statut d'âge : 146 ans dont 112 ans vampiriques, jeune ancilla.
Génération 10ème.
Faction Camarilla.
Clan Nosfératu.
Poste Primogène.
Disciplines Dissimulation IV - Animalisme IV - Puissance II.




    Feat. Une illustration.


Les apparences sont trompeuses
A QUOI JE RESSEMBLE RÉELLEMENT ?



Sans vouloir vous offenser, vous êtes bien téméraire de vouloir à tout prix une description détaillée de Scylla ; ce n'est pas beau à voir, loin s'en faut. Fort heureusement pour lui, sa laideur ne fait pas de lui un cas à part, puisqu'il la partage avec tous les membres du clan Nosferatu - ce qui ne le rend pas plus avenant pour autant, allez savoir pourquoi. Grand, plus grand que la moyenne lorsqu'il était humain, et maigre comme un clou, voilà déjà ses caractéristiques principales : sa silhouette n'est pas sans rappeler celle d'un épouvantail, à ce détail près que ses doigts sont d'une longueur peu naturelle et semblent se terminer en griffes aiguisées. Mais c'est lorsque l'on détaille ses traits que les choses se corsent radicalement. Son crâne, presque entièrement chauve, est encadré de deux longues oreilles pointues semblables à celles d'une chauve-souris, et une série de cicatrices noirâtres parsème sa peau tavelée d'une couleur de cendres. Deux yeux jaunâtres brillent dans ses orbites creuses cernées de noir et surmontées de sourcils broussailleux. Ce regard glacial est d'ailleurs souligné par un monocle cerclé d'argent : son sire l'avait étreint de manière brutale, et l'une de ses griffes avait éraflé l'oeil droit de Scylla dans la panique de l'attaque, ce qui engendra une baisse de vision significative. Notre Nosferatu porte donc ce monocle pour corriger tant bien que mal sa vue, mais également pour l'élégance significative qu'il lui procure. Malgré ses déformations physiques nombreuses et étrange, un sourire goguenard aux crocs acérés flotte en permanence sur son visage émacié, ce qui a le don d'exaspérer ses interlocuteurs - pour son plus grand plaisir. Enfin, cette face tout droit sortie d'un film d'horreur est soulignée par un nez fin et aquilin ayant l'air d'avoir été cassé plusieurs fois lui donnant un profil d'oiseau de proie.

Notre Nosferatu aime mettre ce physique ravageur à son avantage en portant une redingote de velours noir mangée aux mites qu'il avait trouvée au début du siècle dans un refuge pour sans abris et qu'il n'a jamais enlevée depuis. Il complète son apparence avec une chemise d'un blanc douteux, d'un pantalon en laine noir et de bottines en cuir usé. Il porte également à l'annulaire droit une chevalière en argent que son père lui avait remise le jour de son départ pour Oxford et qui constitue son seul objet de valeur.

Pour finir, Scylla est un vampire qui aime correspondre aux clichés véhiculés sur son clan : il se déplace lestement dans les ombres, sait comme personne disparaitre à la vue des mortels et surgir quand on ne l'attend pas d'un recoin abandonné de la ville. Comme tout bon Nosferatu, on ne le voit ni ne l'entend que s'il le désire, pas avant. Et lorsqu'il décide de se montrer au grand jour - façon de parler, bien entendu - il se dissimule souvent derrière son masque aux milles visages sous les traits d'un bel homme ténébreux aux style plus ou moins "underground" avant d'aller hanter les pubs en quête d'une âme esseulée à torturer.


A la découverte de votre esprit
QUEL GENRE DE PERSONNE JE SUIS ?



Scylla n'est pas un homme et, contrairement à beaucoup de vampires, n'essaye pas de faire croire le contraire. Et pourtant, ce qu'il était de son vivant ne l'a jamais vraiment quitté, même si cette facette de sa personnalité entre souvent en contradiction avec ce qu'il est aujourd'hui. Ayant reçu une éducation poussée et venant d'une bonne famille, ses manières sont on ne peut plus soignées. Il lit énormément, collectionne les objets d'art, et est doté d'un charisme certain qui lui permet en général d'obtenir ce qu'il désire simplement par le biais d'une conversation civilisée. En tant qu'ancien archéologue, il est passionné par les civilisations anciennes et sa culture générale assez développée lui a permit au fil des ans de creuser toujours plus profondément dans les secrets de l'histoire vampirique et d'y dénicher quelques secrets fort utiles ; pour tout dire, il est devenu une sorte d'expert du monde des ténèbres et ne partage pas facilement ses connaissances même si beaucoup viennent le consulter dans ce but. Scylla est par ailleurs extrêmement imbu de lui-même et se considère, selon ses propres termes, comme "le haut du paquet de la Camarilla", un intellectuel plus qu'indispensable à tous ces pantins de vampires incompétents.  

Et pour être franc, il n'a pas totalement tord. Car en plus d'être une référence intellectuelle (et d'une humilité incroyable, n'est-ce pas...), Scylla est avant tout le primogène Nosferatu, A.K.A. le maître absolu de l'espionnage à Los Angeles. Ce savoir-faire typiquement Nosferatu est le gagne pain du clan en même temps qu'un loisir presque vital. Scylla est fin tacticien, et sait parfaitement que pour survivre dans le contexte politique actuel il faut avoir de quoi faire chanter n'importe quel vampire qui se présenterait à leur porte. Et soyons honnête, les Nosferatu n'ont jamais été appréciés par qui que ce soit : s'ils ne veulent pas se retrouver sur le bucher pour délit de sale gueule, ses congénères et lui-même ont intérêt à se rendre indispensables. Ils ont réussis jusqu'à aujourd'hui, et Scylla compte poursuivre cette politique dans ses nouvelles fonctions de primogène.

Mais au delà de toutes ses qualités et de ces réminiscences d'humanité dans son amour des arts et des sciences, Scylla est un monstre. La douleur de la transformation en Nosferatu ne s'est jamais vraiment évaporée, et une expérience telle que celle-ci marque aussi bien physiquement que mentalement. La déformation de son corps le rendit mordant, d'une cruauté sans vergogne envers ce qui est beau et pur, d'un sadisme dont le commun des mortels n'a pas idée. Il entre parfois dans des accès de folie qui lui font lacérer ses plus belles peintures et brûler ses livres. Plusieurs fois même s'est-il retrouvé à poursuivre dans la pénombre de Los Angeles de belles jeunes femmes qu'il défigura à mains nues avant de les laisser inconscientes dans le caniveau, ignobles aux yeux du monde. Scylla déteste les faux-semblants des autres vampires, leurs efforts continuels pour essayer de s'intégrer aux mortels, pour se persuader qu'ils font encore partie de ce monde de rires et de spotlights. Pour tout dire, il est l'incarnation même du concept de Nosferatu : il se sait damné, et il l'a accepté corps et âme depuis sa première nuit de cainite, malgré la douleur et la nostalgie qui font souvent partie de son quotidien. Son corps le dégoûte, le monde le dégoûte, et la misère aime la compagnie ; il tente donc d'entraîner le plus de monde avec lui, n'hésitant pas à étreindre des symboles de beauté par pure vengeance tout en incitant ses semblables à faire de même.

Enfin, Scylla est également une personne extrêmement cynique dotée d'une bonne répartie : il adore les joutes verbales et se confronter aux autres à l'aide de son humour souvent grinçant et de son caractère intransigeant. Il n'hésite pas à dire ce qu'il pense, peu importe que son interlocuteur soit prince ou mendiant. Les Nosferatu n'ont que faire du protocole, et d'ailleurs qui oserait venir le traquer dans le labyrinthe des égouts de Los Angeles pour le punir de son impolitesse ? La justice n'a pas de prise sur ce qu'elle ne connait pas. Notre vampire est également fidèle à son clan, et sait garder le groupe soudé sans avoir besoin de forcer son autorité sur ses congénères : aucun Nosferatu ne peut donner d'ordre à un autre, et il n'y a pas de vrai chef dans leur communauté ; juste des membres plus anciens que d'autres qui ont prouvés leur loyauté et leur sagesse au reste du clan. Scylla en fait partie.

Cependant, la loyauté des Nosferatu à la Camarilla tient plus de l'opportunisme que d'une quelconque fidélité à ses principes, même si Scylla est primogène de son clan : il part plutôt du principe qu'en cas de Géhenne, il vaut mieux avoir des "amis" à sacrifier à sa place plutôt que d'être seul. Au final, les Nosferatu vivent dans les égouts et personne ne sait exactement ce qu'ils y font ni qui ils fréquentent. Scylla lui-même accepte sur son territoire tous les Nosferatu dans le besoin, peu importe leurs idées politiques. Le clan passe avant la secte, quoi qu'il arrive : car ce que les Nosferatu craignent le plus, ce sont les Nictuku ; c'est leur gros secret et personne en dehors du clan n'est au courant. Quoi qu'il en soit, cette peur commune toujours à leurs trousses ont fait des Nosferatu l'une des races les plus soudées du monde des ténèbres et Scylla compte bien protéger ses congénères de ces créatures du mieux qu'il pourra - même si certains n'y croient pas vraiment.

Et pour finir, il hait les toréadors. Viscéralement.


My life before and after...
MA VIE  DE MA NAISSANCE A AUJOURD'HUI...





A.G. Photographe - Flickr


17 mars 1901, Rome.

Il faisait nuit noire. La silhouette d'un homme grand et fluet se détachait en tremblotant sur la toile de tente grise qui se trouvait au bord du gigantesque fossé creusé depuis les trois dernière semaine sur ce chantier de ruines. La ville de Rome, en pleine expansion, était encore peu illuminée à l'époque, et les rares automobiles qui traversaient la ville passaient devant les grilles de fer forgées qui encerclaient le Foro Romano sans même s'arrêter. L'homme qui se trouvait dans la tente était seul à cette heure avancée de la nuit, et farfouillait dans une malle à la recherche d'un papier qu'il avait oublié dans l'après-midi, seulement éclairé par une petite lampe à pétrole posée sur le bureau. Sur ce même bureau se trouvait un dossier récapitulant les fouilles menées au temple des dioscures et un dictionnaire de latin aux pages écornées. L'homme qui ronchonnait, la tête dans la malle, était Tadeusz Kowalewicz, universitaire réputé et célibataire endurcit.
Au bout d'une dizaine de minutes il se releva, un morceau de papier froissé dans la main, et réajusta son noeud papillon à carreaux sur sa gorge maigrelette. La chaleur de l'Italie lui était suffocante, même en cette saison, et il était revenu chercher ces données car il n'arrivait de toute façon pas à dormir dans son hôtel miteux du centre ville. Cela faisait trois mois qu'il se trouvait à Rome, et il avait le mal du pays : il ne parlait pas italien, il faisait chaud, la nourriture était grasse et les femmes trop belles pour lui. Obnubilé par ses recherches, il sortait rarement de sa chambre d'hôtel, sauf pour travailler sur le chantier de fouilles lorsque les ouvriers étaient rentrés chez eux. Ce soir là, pourtant, Tadeusz ne pouvait plus supporter de rester enfermé dans cette tente lugubre à l'odeur de renfermé. Il prit son dossier, le bout de papier trouvé dans la malle et sa lampe à pétrole pour sortir dans l'air lourd de la nuit ; il humât l'odeur des fleurs qui poussaient à travers les grilles du forum, et eut un sourire : les choses ne pouvaient pas être pires, il fallait garder espoir.

Alors qu'il marchait en direction du portail, la lueur de sa lampe fit scintiller quelque chose dans la tranchée creusée à quelques mètres de lui. Une série de colonnes corinthiennes était plantée tout autour de ce trou et rendait l'atmosphère plus sombre encore. Le jeune Tadeusz se faufila à travers ces ruines de marbre, et s'accroupit pour ramasser entre deux mottes de terre une pièce en argent au contour inégal. Il eu un sourire, certain d'avoir trouvé à l'improviste un denier de l'époque impériale, quand soudain une main glaciale le saisit par le cou et le plaqua contre le fût d'une colonne brisée. Dans la panique Tadeusz avait lâché la lampe à pétrole qui s'était écrasée par terre, et les ténèbres l'avaient englouti. Ses yeux s'agrandirent de terreur lorsqu'ils se posèrent sur le monstre qui l'étranglait. Une horrible créature aux oreilles pointues et au visage putréfié, tout en crocs acérés et griffes aiguisées. Son regard jaunâtre lui perçait les entrailles comme jamais regard ne l'avait fait et Tadeusz sentit sa dernière heure arrivée ; il se débâtit alors comme un dément pour tenter d'échapper à la poigne de fer de son agresseur. Ce dernier lui agrippa violemment le visage et l'une de ses griffes vint lui érafler l'oeil droit tandis qu'il le plaquait de nouveau contre la colonne, lui coupant le souffle par la même occasion. Notre archéologue hurla de douleur, aveuglé par ses pleurs, mais la créature lui mît une main devant la bouche et l'odeur nauséabonde qui s'en dégageait suffoqua Tadeusz au delà de toute mesure.

C'est alors que le montre lui adressa la parole d'une voix grave et rocailleuse révélant un léger accent italien, tout en relâchant son étreinte sur sa gorge.

« Kowalewicz. C'est un nom étrange mais ça ira. Tu es un homme intelligent. Oui... nous avons besoin de gens comme toi.» Le monstre sembla hésiter un moment, puis poursuivit. « La Camarilla. Pour eux, nous sommes des rats. Des rats qui parlent. Oh, mais nous allons leur montrer. »

Une douleur innommable palpitait dans son oeil droit et empêchait Tadeusz de réfléchir ; la terreur le paralysait. Il voulu parler, mais la main sur sa bouche étouffait les maigres sons qui sortaient de son gosier. Il vit alors la bête se pencher sur sa gorge, et il ferma les yeux en se signant intérieurement.

« Mi dispiace. » furent les derniers mots que notre archéologue entendit de son vivant.

Lorsque les crocs de la créature s'enfoncèrent dans son cou, sa vie lui passa devant les yeux en une série de flash douloureux. Son enfance à Cracovie. L'émigration de sa famille pour la Grande-Bretagne quand il avait huit ans. Son entrée à Oxford avec à son doigt une magnifique chevalière offerte par son père. Ses nombreuses heures passées dans la bibliothèque à l'architecture gothique de l'université. Son doctorat en histoire ancienne. Sa première fois à l'âge de vingt-deux ans, avec une serveuse de bas-étage. La racisme anti-slaves de ses collègues anglais. Son premier article scientifique publié à Londres. Il avait un début de carrière très prometteur, et tout s'écroulait soudain comme un château de cartes mal agencé. Son nom était visible dans plusieurs revues spécialisées, il avait rencontré le premier ministre italien et entrevu la reine d'Angleterre lors d'un gala au British Museum, il avait même été professeur pendant deux ans à Oxford... et tout ça pour quoi ? Il allait mourir sans même revoir une dernière fois sa pauvre mère à présent veuve... Et que dirait ses collègues s'il disparaissait sans jamais revenir ?

Il sombra, sombra, jusqu'à ce qu'il se réveille dans les égouts de Rome, son Sire à ses côtés. Les semaines qui suivirent furent plus que floues pour Tadeusz, partagées entre la douleur insoutenable de son corps en pleine transformation et la folie qui embrumait son esprit lorsqu'il voyait son reflet dans l'eau souillée des catacombes. Lorsque la douleur se calma enfin, son Sire lui expliqua tout de sa nouvelle vie et Tadeusz cru perdre pied pour toujours ; il cessa alors d'être un homme pour devenir un monstre. Il devint Scylla.




Boardwalk Empire


24 septembre 1963, Atlantic City.

Ailise Gallagher prenait son service du vendredi à 22h, peu de temps après la fermeture de la Mairie pour la nuit. Elle était grande et mince, et tout le monde s'accordait à dire qu'elle était plutôt mignonne. Mais depuis quelques temps, elle rendait les gens mal à l'aise, sans qu'ils ne puissent exactement dire pourquoi. L'air qu'elle expirait semblait comme... vicié, pesant. Ses pupilles brillaient, légèrement rougeâtres, et ses collègues n'auraient pu dire si c'était la lumière qui leur jouait des tours, ou autre chose. Même sa peau était devenue crayeuse et tâchée, comme celle d'un malade resté trop longtemps cloîtré au lit sans jamais sortir. Ailise elle-même n'avait pourtant remarqué aucun changement, si ce n'est une douleur plus ou moins lancinante dans ses os lorsqu'elle se trouvait en plein soleil : elle n'avait d'ailleurs pas consulté de médecin, car... car on le lui avait interdit.

Quoi qu'il en soit, elle se changea comme d'habitude dans la salle des employés pour revêtir la blouse rayée des femmes de ménage avant de sortir dans le hall avec son seau fumant et sa serpillère. Elle briqua le rez-de-chaussée de la Mairie en peu de temps, et termina à l'étage par la salle de réunion aux tentures chatoyantes et aux sièges de bois ouvragés. Elle allait nettoyer les fenêtres avec un peu d'eau savonneuse quand le courant se coupa soudainement. Ailise eu un mouvement de panique et tourna lentement la tête vers la porte d'entrée. Elle entendit alors derrière elle un froissement de tissu et entrevit alors la silhouette de Scylla qui la fixait de ses yeux jaunes, adossé nonchalamment au manteau d'une grande cheminée où ne brûlait plus que quelques bouts de charbons.

« Bonsoir Ailise, lui dit-il d'un ton doucereux. Tu as faim, je suppose. »

Scylla vivait à Atlantic City depuis une dizaine d'année, après que son Sire Umberto l'eut envoyé aux Etats-Unis aider un ami primogène dans une mauvaise passe. Notre Nosferatu avait vécu à Rome avec son Sire depuis son étreinte, et passé ses premières années à prouver sa valeur à ce vieil ancilla extrêmement exigeant. Umberto l'avait étreint pour une bonne raison. Il avait vu en lui un potentiel, il était ce dont les Nosferatu avaient besoin : le clan des masques avait besoin d'intellectuels, de personnes rusées, capables de guider les autres dans les méandres de la politique cainite et de défendre leurs intérêts. D'habitude, les Nosferatu ne transformaient que les basses-classes, les anti-sociaux et les gens que personne ne regretterait : malheureusement, cela avait drastiquement baissé leur réputation déjà peu reluisante, et les autres clans se servaient d'eux sans vergogne, n'hésitaient pas à les humilier et à les sacrifier pour arriver à leurs fins. Scylla avait été le premier d'une longue série de vampires à être étreint pour la gloire du clan - même si ce phénomène se propagea réellement vers la fin du XXème siècle : des architectes furent étreint dans le but d'étendre les constructions suburbaines du clan, des comptables furent placés à la gestion des finances de chaque groupe, et ainsi de suite. Scylla en était venu à accepter ce sort, après trente ans de doutes et de haine envers son Sire.

Et ce soir-là, notre vampire venait inspecter la toile qu'il avait tissée pour le clan d'Atlantic City. Il se réjouissait d'ailleurs de son organisation sans failles : les Ventrues pensaient contrôler la ville en prenant pour goules les puissants de ce monde ? Le maire, l'adjoint du maire, le chef de la police ? Scylla, lui, avait réussit à persuader ses semblables de créer des goules que personne ne soupçonnerait jamais, ne verrait jamais : des hommes d'entretien aux oreilles grandes ouvertes, des petits ouvriers qui allaient et venaient dans les couloirs des administrations à longueur de journée, les femmes de ménage de la mairie... toutes ces petites gens, que les autres vampires ne prenaient jamais en compte dans leurs manigances, écoutaient aux portes, volaient des fichiers, et participaient au réseau d'espionnage Nosferatu plus efficacement que n'importe quel président d'entreprise. Ailise en faisait partie. Scylla l'aimait bien, car elle était insignifiante, et c'était précisément ce dont il avait besoin.

Les mains dans les poches, il observait la jeune femme, frêle dans le clair de lune qui filtrait par la fenêtre. Il remarqua que son physique avait commencé à montrer des signes mineurs de transformation dus au sang vicié des Nosferatu que Scylla partageait avec elle. Aussi cruel que cela puisse paraître, cette pensée accentua son sourire goguenard. Les yeux de la jeune femme criait sa soif insatiable, et lorsqu'elle s'approcha de lui à pas comptés, le vampire dévoila de bonne grâce son avant bras osseux aux chairs décomposées qu'il entailla d'une de ses griffes. Ailise se mis alors à genoux à ses pieds et commença boire à son bras d'une manière éperdue, presque amoureuse ; Scylla trouvait cela... plaisant. Décidément, il aimait les gens qui se prosternaient devant lui. Au bout de quelques secondes, il s'impatienta et releva la jeune femme par le col de sa blouse en l'arrachant de force à sa blessure. Un filet de sang rouge sombre coulait le long de son menton et Scylla l'essuya d'un air amusé avant de la faire asseoir sur le siège du maire.

« Bien. Maintenant, donne moi tous ce que tu as récolté ce mois-ci. »

Malgré son éternel sourire en coin, son ton était sans réplique et la jeune fille ne s'y trompa pas. Elle se leva avec lenteur et se dirigea vers le coin de la pièce où se trouvait une grande armoire en bois brut. Dessous se trouvait une latte branlante sous laquelle Ailise déposait tout ce qu'elle glanait lorsqu'elle faisait le ménage dans le bureau du maire : papiers, numéros de téléphones, liste de rendez-vous, projet municipaux... tout ce qui permettait ensuite au clan de prendre de l'avance sur ses concurrents. La jeune femme lui remit d'une main tremblante le carnet contenant toutes ces informations et il la remercia d'un signe de tête avant de s'évaporer sous ses yeux. Elle resta un moment seule à fixer l'endroit où Scylla avait disparut, le souffle court, un goût de cendre et de fer dans la bouche.

En quelques secondes, Scylla se retrouva dans la rue déserte, laissant derrière lui la mairie dans la pénombre. Il rangea le petit carnet dans la poche intérieure de la veste avant de se diriger - toujours invisible aux yeux du monde - vers la jetée d'Atlantic City, là où les couples venaient se retrouver clandestinement le soir venu. C'est alors qu'au détour d'une rue il aperçu une jeune femme seule qui marchait d'un pas hésitant, son sac à main serré contre sa poitrine. Elle était magnifique, ses longs cheveux blonds ruisselants dans son dos comme une cascade d'or pur. Une actrice, sûrement, ou une chanteuse de cabaret ; ses vêtements étaient affriolants et elle ne portait ni manteau, ni collants. Les yeux de Scylla se plissèrent pour mieux l'observer et il réajusta son monocle ; il n'avait pas faim de sang, mais il n'aurait pas été contre quelques hurlements...

On retrouva le lendemain matin une jeune femme évanouie sur la plage. Son visage était lacéré, ensanglanté, et ses cheveux avaient été coupés et arrachés en plusieurs endroits. Personne n'arriva jamais à lui faire dire qui l'avait attaquée, ni pourquoi. Ses cicatrices ne s'effacèrent jamais complètement.




Steve Duncan - tumblr

Septembre 2013, Los Angeles.

Loin, loin sous la surface, les égouts de la cité des anges ne dorment jamais. Ils gouttent, réverbèrent le bruit des souris et les sifflements des courants d'air. Ils étouffent également les plaintes des intrus qui tentent de s'y frayer un chemin, et les entraînent dans toutes sortes de coupe-gorges.

Scylla était assit sur une vieille chaise de style Louis XV en velours capitonné, son bras gauche reposant nonchalamment sur l'accoudoir tandis qu'il lisait un article qu'il avait lui-même rédigé dans une revue scientifique quelques années avant sa mort. Il se trouvait dans une petite salle creusée à même la pierre, au milieu du domaine Nosferatu qui s'étendait sur des kilomètres dans les égouts ouest de L.A. La pièce empestait l'humidité et la moisissure, mais Scylla l'avait garnie de tentures anciennes et de piles de livres s'élevant jusqu'au plafond. Une dizaine de bougies propageait une lueur blême sur les murs de pierre de son égout personnel et le transformait en théâtre d'ombres tremblotant. Un ordinateur dernier cri était posé sur le bureau, relié à un étrange fil qui serpentait à travers les oeuvres d'art en morceaux et les déchets récupérés en ville pour s'enfoncer dans le mur du fond. Le Nosferatu gardait un oeil amusé sur l'écran de cet ordinateur où une caméra lui envoyait en direct les images d'un vampire pataugeant dans les excréments quelque part sur son territoire.

Car oui, ces égouts étaient un peu son territoire, en plus d'être celui de son clan. Le primogène Valli étant parti - ou mort, peu lui importait - depuis un petit moment, chaque Nosferatu faisait un peu comme bon lui semblait. Chacun se faisait son petit nid autour d'une salle commune qu'ils appelaient la "salle des horreurs" et tout allait pour le mieux. Scylla, qui vivait à Los Angeles depuis les années 70, avait acquit une réputation de leader officieux et avait donc eu le privilège de se choisir la meilleure tanière dans la refonte totale du domaine suite à quelques travaux suburbains. Il se sentait vraiment à sa place parmi cette couvée, bien plus qu'il ne l'avait jamais été à Rome ou Atlantic City. Il était d'ailleurs parti de cette dernière car quelques dissensions avaient vues le jour entre lui et le primogène - ami de son Sire - au bout de quelques temps : Scylla le trouvait trop tendre, trop indulgent envers les autres clans. Au final, ils s'étaient opposés au sujet de la prise de pouvoir des Nosferatu sur la ville, et Scylla était parti avant d'être tenté de le tuer. Il avait ainsi émigré pour Los Angeles, qui avait bonne réputation parmi les siens, et il n'en avait pas été déçu. La ville en elle-même recelait de fêtards et de proies faciles, ses congénères étaient plus qu'agréables - bien que peu éduqués - et les égouts étaient tellement gigantesques qu'il pouvait s'y perdre pendant des jours, loin du monde civilisé.

Quoi qu'il en soit, l'intrus progressait dans les souterrains. Il était là depuis deux jours, couvert de saletés et mentalement épuisé. Scylla se délectait de cette image comme un enfant devant une émission de télé-réalité. Il avait d'ailleurs partagée la vidéo sur le SchreckNET pour que tous ses congénères puissent profiter du spectacle. Au bout d'un petit moment, l'intrus tomba nez à nez avec un Nosferatu qui rentrait de chasse, et ce dernier se jeta sur lui avec violence. Scylla laissa échapper un ricanement puis envoya un e-mail aux deux plantons qui étaient de garde à l'entrée du territoire pour leur demander de lui ramener l'inconnu - non sans le malmener physiquement auparavant. En tant normal, un intrus était interrogé par le groupe au complet dans la salle des horreurs. Néanmoins, comme tout le monde reconnaissait la ruse de Scylla et que beaucoup avait la flemme de sortir de leur trou en journée, les deux préposés à la surveillance n'émirent aucune objection.

L'intrus fut introduit dans la tanière de Scylla au bout d'une heure de... d'identification musclée, et le Nosferatu fit mine de ne pas le voir tout de suite. Le vampire avait les cheveux coupés court, d'un blond souillé par les détritus des égouts, et était doté d'un visage incroyablement arrogant et sévère pour un larbin de son espèce - et ce malgré les nombreuses éraflures qui le parsemait. Un Ventrue, sans aucun doute. Il suintait la royauté par tous les pores de sa peau. Ses grands yeux bleus lançaient des éclairs, d'ailleurs, et il n'apprécia pas que les deux préposés à la surveillance le mettent à genoux devant Scylla. En observant ses vêtements de marque trempés et déchiré, le Nosferatu en vint à la conclusion que ce jeune coq-ci devait être bien jeune et bien influençable : il savait que le Prince l'avait envoyé pour lui parler, et il ne faisait aucun doute que cette tâche lui avait échue car personne d'autre n'avait été assez fou pour l'accepter. Le rictus de Scylla s'accentua avec cruauté. Il posa son livre devant lui avec lenteur, puis croisa les jambes dans une attitude plus hautaine de jamais. Ses yeux jaunâtres scrutaient le nouveau venu avec hostilité, et il se caressait le menton de ses longues griffes acérées. Il fit signe aux deux plantons de les laisser seuls, puis engagea la conversion d'une voix rocailleuse au ton moqueur.

« Vous êtes en avance mon cher, le bal ne commence qu'à minuit. Vous n'avez pas reçu le mémo ? » Il le fixait de son regard glacial. « Ou peut-être êtes-vous perdu ? Vous cherchez votre maman, mon p'tit agneau ? »

Le Ventrue se releva avec difficulté et le foudroya du regard. Arrogance, fougue, il semblait avoir toutes ces qualités dont Scylla ne supportait pas la proximité. Néanmoins, ce petit prince se trouvaient chez les Nosferatu maintenant, et il lui faudrait jouer selon leurs règles.

« C'est comme ça que vous recevez un envoyé du Prince, ici ? Qu'est-ce que c'est qu'ce délire ? »

Scylla haussa les sourcils, légèrement surpris.

« Ce délire ? Ici c'est vous qui délirez, si vous pensez pouvoir vous inviter chez nous, envoyé du Prince ou pas. » Scylla s'enfonça confortablement dans le dossier de son siège et le regarda d'un air méprisant par dessus son monocle cerclé d'argent. « Enfin, puisque vous êtes là, et en un seul morceau... malheureusement... dites-moi, que me vaut le plaisir ? »

Le Ventrue se rengorgea, et lui tendit une enveloppe portant le cachet du nouveau Prince de Los Angeles.

« Je suis venu vous annoncer que...
- Que le conseil m'a nommé Primogène du clan Nosferatu. C'est bien cela ? »

Le Nosferatu prit la lettre entre ses doigts crochus et la jeta sur le bureau sans même l'ouvrir. Il souriait. Le blanc-bec était sous le choc.

« Comment le savez-vous ?, lui demanda t-il d'une voix tremblante de rage.
- Oh, si jeune, si naïf. Je le savais avant même qu'on ne vous confie cette course, mon chou.
- Alors pourquoi m'avoir laissé faire tout le trajet jusqu'ici ? On vous a envoyé des dizaines d'e-mail qui sont restés sans réponse ! »

Scylla faisait à présent mine de regarder ses ongles d'un air ennuyé.

« Hm oui, je sais... J'ai bien peur que mon wifi n'ait eu quelques menus problèmes de connexion. La couverture réseau de ces égouts est désastreuse, vous savez. »

N'y tenant plus, le Ventrue se précipita à pas rageurs vers la porte, qu'il ouvrit à la volée. Scylla émit un ricanement sonore.

« Passez-nous un coup de téléphone la prochaine fois, on vous réservera un lit cinq étoile dans la "salle des horreurs". Comme ça vous ne serez pas venu pour rien. »

Le nouveau-né se jeta à l'extérieur et tomba entre les bras des deux Nosferatu qui attendaient devant la porte. Scylla leur demanda de raccompagner leur hôte à la surface et de le balancer dans une poubelle.

Après cette petite joute verbale revigorante, Scylla reprit son livre là où il l'avait laissé, et se mît à fredonner d'un air guilleret. Cette promotion s'annonçait des plus intéressantes.




En dehors du forum
QUI SE CACHE DERRIÈRE L'ÉCRAN ?



Pseudo : Scylla. Hé oui.
Age : 21 ans, bientôt 22.
Comment avez vous découvert le forum ? Je cherchais désespérément un bon forum sur VTM, qui soit actif et bien fait. Et voila, Jackpot Wink
Votre avis sur le forum ? Il est magnifique, très bien écrit et on voit que vous connaissez bien VTM : ça fait vraiment plaisir à voir !
Votre présence sur le forum ? Hmm. J'ai pas mal de boulot à la fac, mais je serais là au moins 3 soirs par semaine je pense.
Quelles sont les caractéristiques de votre race ? Ok by lilith




Dernière édition par Scylla le Lun 4 Nov - 15:52, édité 31 fois
Revenir en haut Aller en bas
Neji d'Emiya
avatar



Messages : 264
Date d'inscription : 02/09/2013
Age : 28

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: de Charybde en Scylla.   Ven 1 Nov - 15:14

Bienvenue par ici, bon courage pour la fiche.^^

_________________

Le coeur n'aime pas s'il ne voit point de beauté.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: de Charybde en Scylla.   Ven 1 Nov - 15:16

Merci beaucoup Cool 
Revenir en haut Aller en bas
Nod
avatar

Admin Fondatrice
Admin Fondatrice

Messages : 1305
Date d'inscription : 18/01/2013
Age : 30

MessageSujet: Re: de Charybde en Scylla.   Ven 1 Nov - 15:30

Je peux donc te souhaiter officiellement la bienvenue ! Very Happy
Détail important avant que tu continues : c'est l'âge vampirique qui compte pour les disciplines, donc si tu as été étreint en 1920, ton personnage sera un vieux Nouveau-Né avec 8 points. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampiremasca.forumactif.org
Invité

Invité


MessageSujet: Re: de Charybde en Scylla.   Ven 1 Nov - 15:35

Ah d'accord merci pour cette remarque, j'avais complètement oublié. Du coup ça mérite réflexion !
(Et encore merci pour l'accueil ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Phosphoros
avatar



Messages : 161
Date d'inscription : 01/09/2013

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: de Charybde en Scylla.   Ven 1 Nov - 15:59

Bienvenu Very Happy Les égouts vont de nouveau devenir moins mornes Wink

_________________


Et la musique brûlait en eux... Les flammes dansaient dans leurs veines... L'ombre dormait dans leur couche... La vie se consumait dans leur sourire...
Porteurs invisibles de la lumière noire.
Et Ils allaient obscurs sous la nuit solitaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilith
avatar

Admin à la retraite
Admin à la retraite

Messages : 711
Date d'inscription : 14/04/2013

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: de Charybde en Scylla.   Sam 2 Nov - 12:13

Salut salut ^^
Bienvenue parmi nous mon mignon (je kiffe ton vava *w*)

Ah, quel plaisir de voir enfin un enfant des masques parmi la Tour d'argent (enfin, même tout court parce qu'on en a pas des masses ^^''')
Nathanael, Régent de la Ville, me fait d'ailleurs savoir qu'il serait honoré d'un rp avec toi lorsque tu seras validé ^^
Sinon, niveau pratique, préviens nous dès que ta fiche est terminé qu'on puisse commencer la séance de tortu... oups, la validation pardon ^^''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-ehlys.deviantart.com/
Nod
avatar

Admin Fondatrice
Admin Fondatrice

Messages : 1305
Date d'inscription : 18/01/2013
Age : 30

MessageSujet: Re: de Charybde en Scylla.   Dim 3 Nov - 10:17

Ah, j'aime beaucoup cet avatar-là également ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampiremasca.forumactif.org
Invité

Invité


MessageSujet: Re: de Charybde en Scylla.   Dim 3 Nov - 21:34

@Phosphoros, merci pour l'accueil ! Les égouts seront peut-être moins mornes, mais pas moins dangereux, AHAHAHAH. Haem.

@Nod, oui j'ai enfin trouvé THE avatar qui colle parfaitement à mon perso. Quel soulagement !

@Lilith, merci également pour l'accueil, ça fait plaisir Wink Et Scylla sera très honoré de rp avec Nathanael, sois en sûre !

Anyway, je pense avoir terminé ma fiche, donc je suis prête pour la séance de torture - éhé. Par contre je préfère prévenir : je n'ai pas rp depuis plus d'un an, donc je suis un peu rouillée. N'hésitez donc pas à me faire savoir s'il y a des incohérences ou si je digresse trop dans mon histoire ^^'
(et je m'excuse d'avance pour les éventuelles fautes, je suis vraiment trop crevée pour tout relire...)
Revenir en haut Aller en bas
Lilith
avatar

Admin à la retraite
Admin à la retraite

Messages : 711
Date d'inscription : 14/04/2013

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: de Charybde en Scylla.   Lun 4 Nov - 16:02

Et bien ...
Un peu naze, malade, j'ai quand même réussi à rassembler mes neurones pour lire ta fiche, et ma foi, j'adore ton personnage.

Et la petite demande que je t'ai faite, tu l'a changé donc tout va bien
C'est juste parfait, j'adore, je kiffe, je te réserve un rp avec n'importe lequel de mes persos *w*

Premier avis positif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-ehlys.deviantart.com/
Nod
avatar

Admin Fondatrice
Admin Fondatrice

Messages : 1305
Date d'inscription : 18/01/2013
Age : 30

MessageSujet: Re: de Charybde en Scylla.   Lun 4 Nov - 17:39

Une fiche intéressante, la construction de l'historique est originale. Au début j'ai eu peur qu'il soit très elliptique mais finalement l'essentiel y est noté. Juste un détail : Nathanael Pearson n'a pas le statut de Prince, mais de Régent.
Je te valide ! Bienvenue parmi les Primogènes, beau rat. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampiremasca.forumactif.org
Invité

Invité


MessageSujet: Re: de Charybde en Scylla.   Mar 5 Nov - 9:40

Merci à vous deux pour la validation plus que rapide Very Happy 
Nod, oui je sais que la présentation de mon histoire peu paraître étrange, mais je préfère ça à une simple chronologie trop académique. Je trouve que ça permet de saisir ce qu'est réellement un personnage, son caractère, etc. Bref, donc voila, même si il reste beaucoup de zones d'ombres, je les développerais en rp Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: de Charybde en Scylla.   

Revenir en haut Aller en bas
 

de Charybde en Scylla.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» De Charybde en Scylla: Fuire la Guerre et les Fanatiques [Nimmio]
» Elric : Scénario Premier "De Charybde en Scylla" (1)
» Elric - Scénario Premier : "De Charybde en Scylla" (4)
» Elric - Scénario Premier : "De Charybde en Scylla" (2)
» Ernst Monventeux - Vavasseur du bourg de Froifaissier (Scylla)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire la Mascarade :: Hors Jeu :: Archives :: Fiches de présentation-