Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Rencontre au septième ciel [PV Roberto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: Rencontre au septième ciel [PV Roberto]   Mar 30 Juil - 20:41

La nuit était tombée sur la ville depuis peu, et déjà, Aura s'était mise en route pour son rendez-vous. Elle devait, en cette douce nuit, rencontrer son cousin dans une suite du luxueux Empire Hotel, un endroit sûr pour des gens comme les Giovanni. Je vois à votre mine offusquée que vous avez entendu ce qui se raconte sur la Famiglia au sujet des relations particulières qu'entretiendrait ses membres... Rassurez-vous, il n'est aucunement question de cela cette lune-ci.

Non. Si Aura a daigné sortir de son appartement tout juste aménagé, c'est pour une rencontre de la plus haute importance : suivant les directives que son oncle et mentor - un homme adorablement raffiné et courtois pour peu qu'on ne lui désobéisse pas -, la jeune Italienne nouvellement débarquée dans la Cité des Anges s'est mise en quête d'un Giovanni émigré aux Etats-Unis et installé depuis quelques années à Los Angeles, son cugino Roberto - un type très sympa, à ce qu'il paraît, bien qu'il ait eu l'audace de refuser d'apprendre la Nécromancie.

Le premier contact, une correspondance électronique, ne se fit pas sans mal. Il faut, en effet, reconnaître que si notre jeune méditerranéenne est quasiment incollable en ce qui concerne le corps humain - savoir indispensable quand on fraye avec les corps, qu'ils soient vivants ou non -, ce n'est pas le cas des nouvelles technologies, puisque cette demoiselle a toujours dédaigné l'informatique, jugé trop impersonnel et sans raffinement, au profit de la lettre, petite oeuvre d'art en puissance dont l'usage se perd malheureusement en ces temps troublés. Cependant, après quelques essais laborieux, des malédictions et de nombreuses menaces jetées à l'écran de son ordinateur fraîchement acheté, la jeune femme a tout de même réussi à correspondre avec son cousin, afin de fixer ce rendez-vous.

Mais retrouvons plutôt Aura qui arrive en vue du lieu de rencontre, coulée dans un tailleur-pantalon de couleur crème, parfaitement ajusté pour souligner ce corps dont elle était si fière de son vivant, et juchée sur des talons noirs d'une dizaine de centimètres. Si l'exercice d'équilibriste auquel on doit se livrer pour marcher sur de telles échasses fait pâlir certaines d'entre vous, ce n'est pas le cas de la jeune Italienne. Elle se déplace, d'ailleurs, de manière fluide et assurée, d'une démarche quasi féline, ses longs cheveux couleur de jais cascadant librement dans son dos. Tout en s'avançant vers l'hôtel, elle cherche des yeux son guide, cette goule envoyée par Roberto pour l'accueillir et lui montrer le chemin.

Ah ! La voici ! Confirmant les dires de son parent, Aura découvre une jeune femme élégante et vraiment jolie - quoique le résultat eût pu être magnifique si la demoiselle en question avait affiché un sourire adoucissant ses traits-, vêtue d'un tailleur bien coupé et à la chevelure de feu. Ce qu'on appellerait en Italie une "bellissima ragazza". Un sourire aux lèvres, elle s’approche et aborde la servante de Roberto :

« Buona sera, vous devez être Lizbeth ? Je suis ici pour voir Monsieur Giovanni. Je suis sa cousine . »
Revenir en haut Aller en bas
Roberto Giovanni
avatar



Messages : 114
Date d'inscription : 02/04/2013

Feuille de disciplines
Disciplines:

MessageSujet: Re: Rencontre au septième ciel [PV Roberto]   Mer 31 Juil - 13:45

Spoiler:
 

Lizbeth était goule au service de la Famiglia depuis plusieurs années. Elle faisait partie d'une branche secondaire de la famille, installée en Amérique. Quand je m'étais installé à Los Angeles, elle avait été détachée de son ancien maître pour être mise à mon service. Elle connaît très bien la ville, toute la Californie, et a de nombreux contacts dans les milieux administratifs et politiques de la ville. C'est une femme très efficace, et essentiellement fonctionnelle. Pas du genre à rire à mes traits d'humour, ou à céder à mes sous-entendus parfois graveleux. Une goule administrative en somme, mais toujours dévouée à son travail.

Je l'avais donc envoyée réceptionner ma cousine, Aura, qui arrivait à son tour à Los Angeles.
Elle m'avait annoncé par e-mail venir sur demande du clan afin de "mieux appréhender la situation de la Famiglia" sur Los Angeles. Cela n'augurait rien de bon.
Je n'avais pas reçu beaucoup de nouvelles du siège du clan depuis mon installation, et ce que je considérais comme un coup d'éclat, la création de mon night-club, ne semblait pas susciter beaucoup d'intérêt de la part des vieux traditionalistes entérinés de l'autre côté de l'atlantique.

Lizbeth accueillit ma cousine très poliment, sans l'ombre d'un sourire, mais en lui offrant une poignée de main. Elle lui souhaita la bienvenue et lui demanda de la suivre pour qu'elle la mène à moi.
Moi, j'attendais dans une suite louée pour l'occasion, tuant le temps en regardant une rétrospective Hitchcock sur le grand écran du salon.

J'avais hésité sur la tenue à porter. Devais-je me mettre sur mon 31 ? Non, autant l'habituer de suite à mon style assez particulier. De toute façon, d'après ses sous-entendus dans les e-mail, elle savait déjà que j'étais un Giovanni un peu à part. Moi je ne savais rien d'elle, en revanche... si ce n'est qu'elle avait été Luciano en tant qu'humaine, ce qui devait faire de nous des cousins. Le fait était loin d'être rare dans la Famille.

Lorsque Lizbeth sonna à la porte, j'éteignis la télévision et allais l'ouvrir d'un pas joyeux.
Je me présentais donc, quarantenaire dans la force de l'âge, élégant mais pas trop raffiné. Je portais un costume violet sombre hors de prix par-dessus un tee-shirt noir et des converse aux pieds. Ces deux détails étaient souvent mal vus par les amateurs du style pingouin raffiné, pour ma part je trouvais cela original, et élégant dans le genre décontracté.

Je congédiais Lizbeth d'un geste de la main et adressais mon plus beau sourire à ma cousine.
Un joli brin de femme, très italienne bien sûr.


Benvenuto chère cousine ! Entre, je t'en prie !

Je m'écartais du passage pour la laisser pénétrer dans le salon de la suite luxueuse, très bien éclairée malgré la nuit noire au dehors.
Puis je refermais la porte et désignais deux fauteuils blancs qui semblaient on ne peut plus moelleux et la petite table de verre entre les deux, sur laquelle trônait une bouteille au contenu carmin et deux coupes de cristal vides.


Tu prendras bien un verre de champagne ?

J'avais ramené la bouteille du Midnight. J'aimais bien accueillir mes invités en leur offrant du sang de la meilleure qualité, et ce genre d'effort était généralement bien apprécié de mes confrères et consoeurs qui ne pouvaient se nourrir normalement sur les humains.
Sans attendre sa réponse, je sabrais la bouteille et remplis les deux coupes, avant de prendre place dans l'un des fauteuils.


Alors, cousine, que me vaut le plaisir de ta venue ?

Autant rentrer de suite dans le vif du sujet.

_________________

Merci à Silver/Raven pour la signature ! :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Rencontre au septième ciel [PV Roberto]   Jeu 8 Aoû - 19:48


Tout en suivant Lizbeth, qui devait la mener jusqu’à son cousin, Aura ne put retenir un sourire. Cette goule avait encore beaucoup à apprendre sur la Famiglia si elle espérait grimper les échelons. Certes, elle avait l’air de faire correctement son travail, mais pour la chaleur, on repasserait. Pas un sourire, une poignée de main très formelle, une froide invitation à suivre le mouvement… Il serait bon de lui rappeler que dans la Famiglia, l’amabilité et la sociabilité étaient les meilleurs armes pour masquer les véritables intentions qui animaient le clan. Pugno di ferro in guanto di velluto, telle pouvait être la devise des Giovanni. Aura soupira. Espérons que son cugino ne ressemble pas à son émissaire.

C’est perdue dans de telles pensées qu’Aura se retrouva face à une porte, dans les étages supérieurs de l’hôtel. Lizbeth sonna et attendit. Quelques instants plus tard, un quadragénaire au sourire éclatant apparut dans l’encadrement de la porte. Ainsi, c’était lui, Roberto ?

Comme on le lui avait dit, il était assez marginal, pas seulement dans son refus des disciplines claniques, mais aussi dans son style vestimentaire – qui aurait fait bondir les Anciens de la Famille. Oublié le traditionnel costume-cravate qu'affectionnaient les plus vieux de notre clan. Loin du protocole et de Venezia, Roberto avait dû se sentir libre de se laisser aller à des fantaisies vestimentaires. Qu'à cela ne tienne, sa tenue n'était pas si déplaisante que cela, si l'on omettait la couleur violette de son costume - qui donnait à Aura l'impression de se retrouver face à une prune géante. Cependant, le simple T-shirt et les converses qui accompagnaient cet ensemble lui donnaient un air décontracté, jeune et assez convivial, ce qui - Aura le supposait - devait être l'effet recherché.

Après avoir congédié sa goule, le Giovanni sourit à sa cousine tout en l'invitant à entrer, ce qu'elle fit sans se faire prier - elle n'allait pas non plus s'éterniser dans le couloir tout de même. A peine la porte se fut-elle refermée que Roberto lui proposa un verre et, pendant qu'il ouvrait la bouteille qu'il avait dû apporter pour l'occasion, charmante attention au regard des difficultés alimentaires de la Famiglia, Aura en profita pour examiner la pièce dans laquelle ils se trouvaient.

La suite était éclairée comme en plein jour et le mobilier avait l'air extrêmement coûteux. Les deux fauteuils et la petite table basse étaient arrangées de façon à créer une impression de proximité, et peut-être d'intimité, dans la pièce. Rien que cela en disait long sur ce cousin qu'Aura n'avait, jusque là, jamais rencontré. Il semblait attiré par la lumière, le luxe et une certaine ostentation - il suffisait de voir la manière dont il avait sabré la bouteille de ce qui semblait être un grand cru. Pas étonnant qu'il ait ouvert un nightclub, ce genre d'établissement brillant de mille feux lui allait comme un gant.

Comme elle devait lui paraître fade et sage dans ce tailleur-pantalon ! Mais il fallait avouer que la demoiselle avait un faible pour l'ombre plutôt que pour la lumière, la discrétion plutôt que l'ostentation - mais cela n'avait rien d'étonnant quand on savait à quelles activités elle avait l'habitude de se livrer dans les sous-sols du Mausolée.

Lorsqu'il s'installa dans un des fauteuils et qu'il l'invita à faire de même dans le second, , la jeune Nécromancienne le remercia d'un sourire, saisit la coupe qu'il lui tendait et se lova là où on lui demandait de s'asseoir. De ce qu'elle avait vu, son cousin ne se formaliserait pas d'un tel manquement à l'étiquette, ou alors il pleuvrait des loups-garous la lune suivante.

« Alors, cousine, que me vaut le plaisir de ta venue ? »

Aura nota, dans le ton de son vis-à-vis, ce qu'elle prit pour une pointe de tension. Roberto aurait-il des choses à cacher, des raisons de penser que la jeune Italienne était ici pour une quelconque mission d'inspection qui se concluerait par une éventuelle réprimande à son égard? Eh bien, la vie à Los Angeles pourrait s'avérer assez intéressante en fin de compte.

«Une simple visita di cortesia ? Tu ne sembles guère me croire, caro cugino. Ma primo, laisse-moi donc me présenter. Aura Giovanni - autrefois Luciano, mais c'était dans une autre vie - au service de la Famiglia. Tu sembles perturbé de voir un nouveau membre de la Famiglia poser ses valises à Los Angeles, mais ne t'en fais pas, je n'empièterai pas sur tes domaines de compétence, la Famiglia a d'autres projets en ce qui me concerne.»

Voilà qui devrait le rassurer un peu. Aura n'avait aucune envie de jouer les baby-sitters ou les gardes-chiourme car elle estimait qu'il était assez grand pour se débrouiller tout seul, comme il l'avait fait jusque là, surtout qu'elle allait avoir d'autres chats à fouetter pour le compte de la Famille. Mais avant toute chose, elle devait en apprendre plus sur son nouveau terrain de jeu.

«Tu comprendras, caro Roberto, que pour servir au mieux les intérêts de notre clan, je dois, in un primo tempo, en savoir plus sur cette ville. Or, quoi de mieux qu'un Giovanni pour informer un autre Giovanni? Di più, on raconte que le Midnight tourne bien et te permet d'engrenger des informations. Ai-je tort?»

Tout en débitant ces paroles, Aura jouait avec son verre cristalin - désormais rempli d'un liquide à la robe foncée, plus épais que du vin, et dont le parfum entêtant lui emplissait les narines, et couvait son cousin d'un regard félin, attendant patiemment ses réponses - qui, elle n'en doutait pas, ne tarderaient pas à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre au septième ciel [PV Roberto]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre au septième ciel [PV Roberto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Septième ciel
» Braquage au septième ciel
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» Les 4 sacrés du ciel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire la Mascarade :: Hors Jeu :: Archives :: RP avortés-