Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 La pelote de laine (pv Griffe)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: La pelote de laine (pv Griffe)   Sam 20 Juil - 10:39

Venice Beach... sa longue plage de sable fin, l'océan, comme charmé par la nuit semblait s'être assoupi. Mes bottes s'enfonçaient dans le sable déjà refroidit, et ma tête plongeait dans les étoiles. Un peu plus loin se trouvait un boulevard entièrement piétonnier où se pressaient promeneurs, flâneurs, joggers, touristes, amoureux, avec, de loin en loin, une patrouille de police. Les sauveteurs avaient désertés leur poste de garde, mais des dizaines de baraques avaient ouverts leur étale et proposaient bijoux de plages, maillots, bouquins, souvenirs, glaces,... J'entendais le brouhaha que tout cela faisait derrière moi, alors que j'observais la noirceur de l'océan et guettais sa respiration lorsqu'il léchait la côte. En me baissant, je pus saisir, à nouveau, une poignée de ce sable fin, et le laisser s'écouler entre mes doigts. Quelques grains, portés par une faible bise, semblaient vouloir échapper au flot ainsi organisé, mais n'allaient pas bien loin. Finalement, je me tournais vers l'animation de la ville : quand il faut y aller, faut y aller. J'aurai bien soupiré, ou fichu le camp, mais je ne respirais plus depuis une paire d'années, et je devais trouver quelqu'un. Pas moyen de faire d'y couper, je devrais aller à la pêche aux info.

Je traversais donc le boulevard, après avoir sauté le muret qui séparait la plage de la ville, et me trouvais englouti par la foule qui se pressait encore là en pleine nuit, par petits groupes colorés et bruyants, ou par couples cherchant la discrétion ou au contraire, s'affichant de manière éhontée. Avec mon éducation de garçon des campagnes, je me sentais plutôt mal à l'aise ici. Sans compter qu'en ville, les humains semblaient confondre la nuit et le jour. Dans les états du centre, ils avaient compris que la nuit n'était pas pour eux, nous laissant toute latitude de nous déplacer et de profiter de nos balades nocturnes. Ici, non... Parmi ces gens de Los Angeles trop parfumés et trop bruyants, trop voyants, je me sentais un peu perdu, aussi. Et lorsque j'en eus assez de cette promiscuité, je trouvais refuge dans un bar. La musique beuglait dans les basses, et les tables voyaient se rassembler de nombreux humains, plutôt âgés de la quarantaine, genre routiers, autour de verres d'alcool. Un billard, dans un coin, où jouaient trois personnes, plutôt calme. Alors, pourquoi mettre la musique si forte ? Au fur et à mesure que je m'approchais du comptoir, je détaillais les clients, le décor, remarquant bientôt une jeune femme qui détonnait dans un endroit pareil. Pourtant, elle n'était ni la petite amie d'un des buveurs, ni la traînée du coin... Bon... alors... visiblement, je ne trouverais aucune information ici, mais j'avais besoin de repos. Dès que je m'accoudais au zinc, on me demanda ce que je désirais.... un bourbon, sec. Je fus servi rapidement, et j'en profitais pour faire un rapide et discret état des lieux. la plupart étaient humains : je sentais leur coeur et leur sang. C'était troublant, moi qui avait l'habitude des grands espace. La gamine, donc, lisait un calepin avec une certaine application et ne m'avait pas encore vu. Assis sur un tabouret du bar, je remarquais toutefois, que personne ne prenait garde au fait que nous soyons vampire, ce qui me fit penser qu'on pouvait vivre avec les humains. Dans une certaine mesure. 9 h 45 à la pendule.... dans 1 h 15, ce serait mon tour, mon rendez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: La pelote de laine (pv Griffe)   Lun 22 Juil - 21:07



    Mais qu'est-ce que je foutais là …
    J'en savais rien, c'était le premier bar ou j'avais atterri et je m'étais posée, tout simplement. Assise à une table semi-crade, je m'étais assise tranquillement. Pas de pression, juste l'envie d'être loin de ses foutues voitures, de ces lumières à la con, de toute ça. Et c'était là que j'avais atterri, dans ce bar miteux où il n'y avait que des camionneurs et autres gros balourds qui buvaient plus de bières que d'eau. Une ambiance joyeuse, magnifique … putain ce que j'étais mal ici et pourtant ça me donnait presque envie de rire. C'était n'importe quoi, jamais je ne me serais imaginée débarquer dans un coin paumé pareil … et pourtant, j'étais là, assise, à lire le carnet de Moana encore une fois, cherchant une information qui aurait pu m'échapper.
    Mon arrivée déjà ici était un échec … Entre Jaime avec qui on avait failli se friter alors qu'il avait été un ami de Moana, de Violine aussi, et le putain de What's the fuck qui s'est produit avec l'autre con à l'Elysium … Putain, je détestais déjà cette ville.
    Pourquoi tout allait de travers bordel. Je n'arrivais pas à me calmer, j'étais à cran après ce qu'il s'était passé …

    Ça faisait déjà un moment que j'étais là, assise dans un coin de la salle sombre, où la musique résonnait, et l'odeur me donnait parfois l'envie de gerber si cela était encore possible. Je n'avais pas relevé le nez depuis le début, depuis mon arrivée. Je n'avais pas levé les yeux de mon carnet. Et pourtant, je ne sais pourquoi, à un moment, j'ai relevé le regard.
    Je crois que dans ce décor, il faisait presque tâche. Pas dans le mauvais sens, juste parce que il collait pas du tout au cadre. Trop grand, trop propre sur lui, trop … différent des ploucs du coin. J'étais pas la seule à l'avoir regardé quand il était entrée, pas mal de mecs, de nanas, c'était marrant, comme si son arrivée avait modifiée un peu l'ambiance de ce foutu bar. Il était intriguant … comme si comme moi il avait voulu se planquer quelque part. Je ne restais pas les yeux rivés sur lui, je l'observais un peu, faisant des allers-retours entre lui et mon carnet. Mais au bout de trois fois à relire la même ligne avant de me rendre compte que c'était effectivement la même ligne, je me décidais à refermer ce carnet, posant la tête dans mes bras croisés sur la table en soupirant un instant. Foutue journée …


    -Oh, tu consommes ou quoi gamine ?


    Je relevais la tête, un peu étonnée … c'était ce foutu barman. Putain, j'avais cru qu'il avait décidé de me foutre la paix mais non, visiblement, il n'avait pas son compte. Ville de merde …


    -J'ai pas soif …


    -Mouaip, p'être mais m'en fous, t'es là, tu consommes, c'est vrai …


    -Pauvre con …


    -Quoi ?!


    -Amène moi une putain bière et fais pas chier Ducon !


    Je lui sortais un foutu dollar pour lui et lui balança avant de revenir à ma lecture. Et lui, cinq minutes plus tard, il déposa le truc dégueulasse sur la table. Déjà qu'humaine, je n'aimais pas ça, mais là, c'était encore pire, et j'avais aucune envie de gerber du sang ou de la cendre devant tout le monde.
    Putain de soirée … tiens, maintenant je le remarquais, je devenais carrément vulgaire quand j'étais sur les nerfs … même trop, ça devenait presque flippant en fait. Soirée de merde, semaine de merde, ville de merde en fait. Qu'est-ce qu'il pouvait bien m'arriver de pire ce soir après tout ça ?


    -Salut beauté ...


    Et merde ...


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: La pelote de laine (pv Griffe)   Mar 23 Juil - 11:31

A présent, j'observais discrètement son petit manège, sagement assise à sa table, seule. La gosse m'observait, retournant vite à son calepin, comme une petite fille sage. Qu'elle n'était pas. Et j'en eus bientôt confirmation, lorsqu'elle tint des propos extrêmement déplacés, du genre : j'attire l'attention, parce que je suis mieux que vous... Je n'aimais pas cela. Comme tout Gangrel, je mettais un point d'honneur à me fondre dans mon milieu naturel. Et à présent, c'était la ville. Avec ses codes, ses humains, son urbanisme, son Prince et son bazar Camarilla versus Sabbat... Donc... je devais y mettre du mien. Non seulement la petite rousse ne faisait rien pour s'intégrer, mais en plus faisait tout pour se faire remarquer. Non. Mal voir serait plus exact. Je n'appréciais pas les f**** de m***, et la vulgarité chez une femme dépassait largement mon entendement de cow-boy bien éduqué.

* Il reste toujours quelque chose de son passage chez les humains... *

Je souris à mon Bourbon, y trempais les lèvres. C'était fort et bon. J'allais ainsi siroter l'alcool, pour donner le change et le plaisir que procurait une légère euphorie. L'alcool fort régulait la soif de sang, et je m'en servais parfois pour moins me nourrir. Au vu de la faune du bar, il était plutôt surprenant qu'il fut aussi calme. La seule à se faire remarquer était celle dont j'aurai dit qu'elle ne le ferait pas : les apparences sont trompeuses... Au final, elle opta pour une bière pour aussitôt la regarder avec un profond dégout... La rousse paya. Moi, je ne bougeais pas du comptoir, me demandant juste comment me présenter au Prince. Le malaise de ce manège, à revivre à chaque entrée en ville me mettait mal à l'aise. En plus, ce serait une Torréador... Je l'imaginais, superbe, évidemment, avec des tas de tableaux et autres oeuvres d'art pour égayer une immortalité consacrée au "beau", et ignorant tout de la nature, de sa grandeur, de sa beauté, la beauté suprême... J'inspirais un grand coup, quoi que je n'en eus pas besoin, mais cela me donnait un air plus humain, trempais de nouveau les lèvres dans le Bourbon, inhalant l'alcool, l'odeur, décuplés par mes sens vampiriques. C'était du bon. Etonnant dans un tel bouge... La musique trop forte me défonçait les neurones et au final, je ne pensais plus à ma présentation à l'Elyséum...

* Tant mieux.. *

Mais finalement, je me mis en mouvement lorsqu'un lourdeau déclara sa flamme à la minette : "-Salut beauté ...", le bousculant à le faire tomber pour m'installer à la table de mademoiselle mal lunée, sans prévenir, sans rien, posant mon verre entre elle et moi, m'asseyant les jambes allongées devant moi, plongeant mon regard dans le sien, celui d'un Animal. Celui de la fille était dur, le mien, simplement sauvage. Elle ne pouvait le voir derrière mes raybans, mais le deviner, oui... pour peu qu'elle ait, comme la plupart des femelles, un minimum de 6ème sens. Le gars se releva, et voulut marcher sur moi, je me tournais à demi et il recula, tituba, et retourna s'asseoir là où il était. Mes doigts s'amusaient à tourner le verre de Bourbon, faisant rouler l'alcool ambré aux reflets fascinants. Ce liquide était fascinant. Mon calme, mon apparente froideur, ma tenue de motard de grand chemin, tenait les autres gars loin de mes affaires. J'ignorais tout de la nana... J'attendais patiemment qu'elle se dévoile : elle me ferait passer le temps... Encore une bonne heure avant mon rendez-vous à Holywood. Quel cinéma... N'étant pas du genre bavard, j'attendais la suite, qui, je n'en doutais pas, serait... ponctuée par quelques bordées de jurons.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: La pelote de laine (pv Griffe)   Mer 24 Juil - 16:39



    Doucement, je relevais les yeux pour le voir. Putain de gros lourdaud qui, debout devant moi, bavait presque la gorgée de bière qu'il venait de boire. Il m’écœurait. J'avais la gerbe. Il avait un sourire de pervers, les yeux baissés vers moi, ou plutôt vers ma gorge. Dans ma tête, je chantais presque ''Soooiiiiré de meeeerdeuuuh '' alors que je le voyais, prêt à poser les mains sur ma table. Mes yeux tombèrent sur ma bière, au moins, elle me servirai à quelques choses. Et alors que je m'apprêtais à lui balancer le verre à la tronche, il disparut, bousculer par l'autre qui était apparu tout à l'heure, le mec qui collait pas au décor. Et voilà qu'il s'installe, se pose à la table en mode conquérant sans rien dire alors que j'avais la bière a la main, les yeux grand ouverts sur ce mec.
    Mais putain, c'était quoi cette ville ?
    Je le détaillais alors qu'il ne bougeait pas, m'observant simplement. Mais qu'est-ce qu'il me faisait là ? Derrière ses lunettes, je savais qu'il me fixait mais pourquoi ? Une soirée tranquille, c'était trop demandé ? Los Angeles … la cité des anges … mouaip, limite quoi.
    L'autre boulet, couvert de sa bière se releva, je le regardais alors que l'autre le fixait, visiblement avec force. Le balourd voulut s'approcher mais au final recula, presque terrifié, retournant la queue entre les jambes à sa place.
    Bon okay, rien que pour ça, je pouvais lui dire merci mais … bah, j'étais pas réellement à l'aise. Pourquoi il s'était assis là lui ? Y avait pourtant de la place dans le coin … il s'amusait avec son verre alors que je reposais le mien sur la table, les yeux rivés sur lui. Et là, on allait faire quoi ? Se regarder dans le blanc des yeux pendant une heure … enfin, blanc des yeux, façon de parler, vu ses lunettes … Mais elles semblaient …


    -Tu permets ?


    J'eus un geste rapide, un peu aidé par mon sang pour qu'il ne puisse pas m'arrêter dans mon mouvement, pour rattraper avec vitesse mais douceur son poignet. Mes doigts étaient autour, et … rien. Pas de battement de cœur, pas de chaleur. Et là, j'eus un sourire en relevant les yeux vers lui, doucement.

    -Tu comptais la jouer mystérieux toute la soirée ?


    Les mecs … lentement, je lâchais son poignet pour lui rendre son bien et m'enfonçais un peu dans ma chaise, les bras croisés autour de moi.


    -Ou tu voulais peut être jouer l'ange gardien de quelqu'un ce soir ?


    Mes mots n'étaient pas forts, je n'avais pas besoin de hurler comme tout à l'heure. Je n'étais ni en colère, ni agacée. C'était un semblable, alors avant de se lancer dans un combat à mort, on va peut être parler un petit peu avant. Après tout l'improvisation, ça me connaît.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: La pelote de laine (pv Griffe)   Mer 24 Juil - 19:53

La rouquine eut un geste qu'elle devait penser hyper rapide pour serrer la main du motard, qui se laissa faire, en laissant sciemment traîner la patte à portée de la sauvageonne, après tout, peut-être allait-elle lui serrer la pogne pour le remercier (?), mais opta pour le poignet épais et révélateur de la puissance du corps de l'homme, si toutefois elle en avait douté. Le Gangrel se laissa faire, mi amusé par la situation, mi curieux d'observer la réaction des citadins. Ils avaient toujours de curieuses réactions et le côté sauvage du  regard de la jeune femme ne le laissait pas indifférent...

* Quelque chose en elle de la Bête... *

Oui, donc, il avait permis, sans un mot, sans ciller, ni ôter ses lunettes. Le geste de la gamine était doux, malgré la précipitation et quand elle demanda si l'étranger comptait jouer au mystérieux toute la soirée, il ne répondit pas, continuant de la regarder tranquillement, portant le reste de Bourbon à ses lèvres, pour le plaisir de joindre l'alcool à la plongée dans les yeux sombres de la rousse.

- Je n'ai rien d'un ange gardien, mademoiselle.

Finit-il pourtant par lâcher, d'une belle voix profonde et un peu rauque, fascinante pour les humains. Inutile de dire que si le contact avait informé l'inconnue de l'état de non-mort de Iain, lui-même avait immédiatement capté celui de vampire de son vis à vis. C'était risqué de sa part, car sa vérification pouvait l'amener à sa perte aussi surement qu'un regard de travers. Mais le visage du Gangrel ne trahissait rien. Dans ce bar miteux de Venice Beach, il venait de tomber -déjà !?!- sur une immortelle. Une immortelle au caractère rebelle et véhément, que son Sire n'avait pas suffisamment éduqué. A moins qu'elle n'en ait pas eu...

* Comme moi... *

L'étrange parallèle sembla la rapprocher de lui. N'empêche qu'elle avait un air d'écorchée vive propre aux ado de 15 ou 16 ans, et visiblement aucune tenue en public -et donc en privé, c'était quasi certain-. Heureusement, les humains agglutinés là ne semblaient pas faire cas de ses véritables sautes d'humeur. Sinon, je serai peut-être intervenu pour effacer leur mémoire. Un court tour de pièce du regard : les mecs se tenaient pénards. Ils étaient faciles à hypnotiser, une chance... Mais à y regarder de plus près, un conseil ne lui serait pas de trop :

- Les duels sont interdits, les mises à mort aussi. C'est bien la loi des citadins, n'est-ce-pas ?

En même temps, elle parlait tellement que j'étais persuadé qu'elle ne me ferait pas de mal, même si c'était son intention de départ. Je n'avais plus beaucoup de temps avant le rendez-vous à l'Elyséum... et un terrible besoin d'en apprendre un maximum avant de me pointer là-bas : j'écourtais donc les "présentations" :

- Iain. Je viens d'arriver en ville et dois me présenter au prince. Une idée sur la manière de le faire ? Il est comment ?

(je songeais physiquement, moralement,...)


Dernière édition par Iain Lachlan le Jeu 25 Juil - 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: La pelote de laine (pv Griffe)   Jeu 25 Juil - 12:58


    Il n'avait pas bougé, ni protester quand je m'étais saisi de son poignet. Il n'avait rien dit, s'étant laissé faire.
    Et sa nature s'était révélée à moi alors qu'il me fixait. Pas de réponse à mes questions, il bu seulement sa boisson … mais comment il faisait pour boire ça ? Il allait gerber cet idiot … la nourriture humaine n'était pas pour nous … pourvu qu'il dégueule pas du sang et des cendres sur moi ...
    Il me fixait à travers ses lunettes, il fixait mes yeux, sans dire un mot jusqu'à ce qu'enfin j'entends sa voix ..
    .

    - Je n'ai rien d'un ange gardien, mademoiselle.

    Mouais, comme si je ne le voyais pas. Mais pourquoi il avait dégagé l'autre alors ? Par jalousie ? Non, je ne pensais pas. Il aurait peut être été plus méchant dans ce cas là. Mais du coup, pourquoi il s'était posé là, sans même savoir pour moi ? Je n'avais pas une odeur aussi prononcé que d'autre, ni même encore d'attributs. Comment avait-il plus ou moins deviné cela ? Ou alors, c'était juste comme ça …

    -Alors qu'est-ce que tu fais là ? Finis-je par lui demander doucement.

    Los Angeles, y avait-il donc que des vampires ici ? Entre Jaime, et lui, et tous les boulets que j'avais vu à l'Elysium … putain, je voulais pas remettre les pieds là-bas avant un moment.


    - Les duels sont interdits, les mises à mort aussi. C'est bien la loi des citadins, n'est-ce-pas ? 

    -Des citadins ? C'est pas moi qui l'ai balancé par terre l'autre poivrot, rétorquais-je, un peu piqué sur le vif. Et puis, tu comptais le tuer ?

    Bon, okay, je réagissais un peu sur le coup mais bon, de quoi il me parlait là ? Les duels ? La vache, il sortait d’où avec sa dégaine de cow-boy ? Enfin bon, il était pas pire que l'autre connard de Brujah qui m'avait fait valser à l'autre bout de la pièce.
    Doucement, je poussais vers lui le verre de bière, dont juste l'odeur m’écœurait.


    -Tiens t'en veux ? Je la boirais pas de toute façon, je peux pas


    Mais il ne le vit même pas dans un premier temps, se présentant d'abord.


    - Iain. Je viens d'arriver en ville et doit me présenter au prince. Une idée sur la manière de le faire ? Il est comment ? 


    Il ? J'eus un sourire. Il était encore moins informé que moi quand j'ai débarqué dans cette ville. Doucement, je me renfonçais un peu contre le dossier un peu dur du siège avant de commencer à parler.

    -Moi c'est Griffe, enchanté. Quant à la manière de faire, tu t'es jamais présenté à quiconque ? Je te montrerais si tu veux mais bon, déjà, saches que le Prince n'est pas un Prince mais une Princesse, ou plutôt une Prince. Parle pas de princesse devant elle, sinon tu vas manger cher.
    Sinon, fais gaffe, sont pas calme là-bas, j'ai mangé une baffe du primo Brujah en pleine mâchoire. Après, elle en elle-même ... jolie, une Toré quoi, et sinon très à cheval sur l'étiquette. Après, j'ai pas parlé une heure avec elle, dès que j'ai pu parti, j'ai filé donc bon, j'suis pas celle qui la connait le mieux
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: La pelote de laine (pv Griffe)   Jeu 25 Juil - 15:38

La petite poussa son verre de bière devant le Gangrel, qui ne bougea pas plus qu'auparavant. Ses gestes lents et assurés donnaient une impression de puissance contenue qui suffisait généralement à calmer les plus vindicatifs. Iain jeta machinalement un coup d'oeil au dit poivrot, qui s'était remis à boire dans son coin, sans moufeter.  Il avait compris. C'était ça, l'instinct animal, l'instinct de survie, dont était curieusement dotés certains humains déjà bien pris par la déchéance (aux yeux des leurs... pour le vampire... ils se rapprochaient délicieusement de l'animalité, mais en y apportant le vice, ce qui lui déplaisait souverainement). Ses yeux revinrent à la jeune femme. Elle semblait pourvu d'un sacré caractère, du genre soupe au lait, très directe, et n'ayant pas froid aux yeux. A ce rythme là, elle ne vivrait pas bien longtemps...  mais peu m'importait. C'était sa non-vie, non celle du motard, et elle devait la conduire à sa guise. Finalement, il baissa les yeux vers le verre de bière, entre eux. L'odeur lui parvenait, douce, attirante, lui rappelant la Bud qu'on buvait entre cow-boys, il y a... cinquante ans ? déjà... Déjà à l'époque, Lachlan était un taiseux. Sa nature Animale ne l'avait pas poussée à devenir un orateur.

- Non, merci.

dit-il simplement, comme s'il avait lâché une brique par terre. La rousse sourit en lui répondant, à propos du Prince. Ses dires confirmèrent qu'elle l'avait bien rencontrée, puisqu'elle savait que c'était une femme et une Toréador. Cette petite vérification de la part du Gangrel n'avait rien de mesquin, mais il se méfiait toujours des vampires des villes, certain d'avoir raison sur ce plan. Griffe, puisque c'était son nom, lui parla d'une rencontre mouvementée, apparemment, résumée à quelques mots. Visiblement, elle était jeune, car les vampires n'utilisaient jamais le terme de "princesse" pour désigner un Prince femelle. C'était un statut, comme professeur, auteur,... sauf qu'il était hors de question pour l'espèce, de féminiser ce terme, alors que les humains l'avaient fait. Peut-être les non-morts y viendraient un jour ?

Le goût de l'alcool était devenu cendres, mais les humains étaient dupés, là se trouvait le plus important. Iain fut par contre surpris d'apprendre que cet Elyséum ne soit pas calme... habituellement, les Princes aimaient à se donner de l'importance et pour cela, jouaient la carte d'une sérénité olympienne autant que faire se pouvait, afin de faire sentir leur calme puissance aux visiteurs. Le vampire pencha légèrement la tête à droite, comme pour avoir une meilleure vision du visage de Griffe et chercher en elle ce qu'elle n'avait pas avoué...

* Une bagarre ? à l'Elyséum ?!!! *

Le Gangrel, pour peu civilisé qu'il fut, imaginait mal le clan tenant la ville capable de se faire la main sur un néonat'...

- De quel clan es-tu ?

La question était abrupte. Mais Iain avait besoin de savoir, exactement. Bien qu'honnêtement... il émettait de sérieux doutes sur son identité. Un primogène Brujah s'en était mêlé ? l'avait balancée à travers la pièce ? et nul de son clan à elle pour prendre sa défense ? mais elle n'avait pas tout raconté... n'en sachant pas suffisamment, Iain attendit la suite en se demandant :

* Par Ennoia ?!!! mais qu'a-t-elle donc fait pour provoquer cela ? *

Quant à l'étiquette... il serait poli, mais pas mielleux, car Lachlain n'avait rien d'une carpette de salon. D'ailleurs, l'allure général du Gangrel n'aurait pas changé entre le bar et le palais... Cela s'était toujours passé ainsi, lorsqu'il s'annonçait en ville. Et les Princes avaient jusque là fort bien compris sa politesse, sans exiger trop de tralala de sa part...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: La pelote de laine (pv Griffe)   Jeu 25 Juil - 22:20



    Bon, visiblement, il n'aimait pas la bière non plus, bon, tant pis, j'irais la reposer sur le comptoir, le patron serait surement ravi. À moins que ce ne soit un poivrot qui la choppe. De toute façon, soit ils la buvaient, soit elle me servirait contre un bolosse … donc bon, entre deux fins de vie, aucune était joyeuse. Pauvre vie que celle d'un verre de bière … bu ou répandu par terre ou sur le comptoir, c'était pas cool pour eux
    Alors que je philosophais sur l'existence d'une bière, je l'entendis tout juste parler, me répondant


    - Non, merci.

    -Hein ? Ah, euh, okay, comme tu veux.


    Je lui souriais, il semblait sympa malgré ses airs de gros caid. En tout cas, il m'écoutait attentivement. C'était bizarre, en général, on m'écoutait pas trop. J'étais une gamine, une aubaine, tout ce qu'il ne fallait pas quoi. Et ça m'attirait trop de souci. Il pencha cependant la tête au bout d'un moment quand enfin il rouvrit la bouche

    - De quel clan es-tu ?

    Je fus coupée d'un coup, laissant limite ma machoire tombée sur la table. Hein, de, quoi ?? D'accord, tu la joue comme ça, cash ? T'es pas camariste, ça, c'est sûr …
    Ma surprise passa vite, et je lui répondis simple :


    -J'suis du clan de la Louve … Et toi ? T'es pas de la rose sinon, t'aurais jamais posé cette question comme ça alors qu'il y quinze clampins dans cette salle qui aurait pu entendre au final. Enfin bref …

    Mais il renchaîna pas, pas un instant. Il me fixait, sans rien dire. Je me sentais un peu mal à l'aise. Qu'est-ce qu'il voulait ?

    -Dites, t'as perdu ta langue ? Ton truc te l'a fait fondre ?


    À quoi il jouait, ça devenait flippant à la fin ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: La pelote de laine (pv Griffe)   Ven 26 Juil - 13:07

* Une Gangrel ?! *

Bon, à vrai dire, le vampire s'en doutait quand même un peu... mais elle aurait pu être Ravnos, ou un de ces détraqués ignorants tout de leurs origines... juste bons à être tués le plus vite possible avant de faire trop de dégâts et attirer l'attention des mortels. Un des poivrots lorgnait la bière que Lachlan délaissait et que Griffe avait repoussé. Iain la prit et la lui tendit. Il vint rapidement la chercher et se mettre dans un coin pour la boire peinard. La musique couvrait bien les conversations, comme quoi, elle n'avait pas que du mauvais, mais cela, la neonat' ne semblait pas y avoir pensé quand elle fit remarquer à son aîné qu'ils se trouvaient au milieu d'humains. L'Animal sourit, amusé d'un brusque regain d'intérêt pour un minimum de bonne tenue en public de la part de la sauvageonne... Ainsi, son comportement commençait à lui poser question. Et à la faire agir différemment...

* C'est un bon début... *

Sa rapidité à répondre était aussi un signe manifeste de jeunesse. Le motard soupçonnait qu'elle fut bien jeune, inexpérimentée et peu apte à se défendre contre un vampire plus âgé... Peu de chance que son Sire se soit tapé l'incruste, ce n'était pas le genre des Gangrel.

- Les clans motards sont nombreux dans la région. Et personne n'est surpris de les voir se poser la question lorsqu'ils en rencontre un autre...

Waouhhh !!! quelle longueur de phrase !!! Il lui sembla d'ailleurs inutile de rappeler que le bruit de la musique couvrait bien leur conversation, et que les humains avaient une très mauvaise ouie... et aussi que Iain ne parlait pas bien fort, bien que sa voix en imposa autant que la présence physique du bonhomme. Il se demanda au passage comment la jeune réagirait à une telle diatribe... (enfin, venant de lui...). Un long silence encore -enfin si l'on exceptait le rock vomit par de mauvaises basses-, seulement interrompu par une bagarre d'ivrogne dans le dos du cow boy qui ne se retourna même pas pour voir la mise à la rue de deux types complètement imbibés... Voilà pourquoi il n'aimait pas les villes... les rassemblements humains en général... Concernant les rassemblements vampires, ils annonçaient plutôt des luttes de pouvoir, des jeux de coudes pour passer devant le voisin, mieux se faire remarquer, mousser, pour accroître sans cesse son prestige. Iain n'aimait pas ça et préférait de loin une vie simple et saine.

- Et qu'as-tu fait pour mériter une correction du primogène des Brujah ? pourquoi lui, et pas un subalterne ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: La pelote de laine (pv Griffe)   Dim 28 Juil - 0:50



    Non, ma bière eut une fin peu heureuse, entre les mains d'un couillon à qui Iain la confia … bof, de toute façon, j'allais pas me la faire donc au moins, elle aura été bu …
    Et le voilà qui souriait quand je lui disais qu'il était pas camariste … mais il se fichait de moi ?


    - Les clans motards sont nombreux dans la région. Et personne n'est surpris de les voir se poser la question lorsqu'ils en rencontre un autre...

    Les clans motards ? De quoi ils parlaient. Je le suivais pas trop sur le coup. C'était pas un truc de Sabbatique puisqu'il devait rencontrer la ''Prince''. J'allais lui demander ce que c'était quand je vis deux boulets commencés à se battre. J'observais ça, un peu intriguée comme eux. C'était spe, pas mal. Pourquoi faisaient-ils ça ? Ce n'était même pas honorable … les deux étaient juste complètement bourrés. Un combat peut être magnifique, mais là, c'était juste pitoyable. Les deux restèrent un instant à l'intérieur avant qu'on les foute dehors à coup de pompe dans le coup.

    - Et qu'as-tu fait pour mériter une correction du primogène des Brujah ? pourquoi lui, et pas un subalterne ?

    Ah, la question qui fâche. Je fis une grimace, puis passa un peu gênée ma main dans mes cheveux. Ce qu'il s'était passé. Putain, si seulement j'avais compris ce qu'il s'était passé à la fin.


    -Bah … disons qu'on m'a dit qu'on me ferait poireauter, aussi, j'ai décidé de m'asseoir à une table et … il s'est avéré que c'était pas la bonne table quoi.


    Je regardais un peu autour de moi avant de poursuivre.


    -Et j'ai un peu voulue jouer la maline, parce qu'il était un peu trop con sur les bord mais bon, il était sur les nerfs alors que je lui foutais la honte juste en lui montrant par « a+b et je retiens z » qu'il était un crétin quand … bah, ma voix a résonnée. J'ai pas parlé, j'étais pas moi, j'avais les lèvres closes mais … on a parlé à ma place, avec ma voix, et les insultes pour la Cama … Le primo m'a fait mangé ses phalanges en plein face, et j'ai fait un vol plané jusqu'à l'autre bout de la salle … mais un vol du genre celui qui te range presque toute les dents du même côté …

    Là, je pense que c'est dans ce genre de moment que les humains boivent, une bière, une vodka, un truc du genre, un truc pour un peu oublier …

    -Enfin bref, j'ai foutu un mec, un autre gangrel camariste dans la merde, j'ai manqué de créer la troisième guerre mondiale là-bas et ce n'est que grâce à l'intervention du Prince que j'suis encore en vie et surtout accepté sur le domaine. Sans elle, le primo, l'autre dégénéré m'aurait sûrement fini à coup de poing … Du coup, j'suis acceptée plus ou moins en conditionnel dans cette ville, mais j'ai du faire des excuse public à l'autre con devant tout le monde, et le copain camariste, un ancilla quand même, s'est mangé un statut dans la face, du genre qui fait bien mal … J'ai pas encore compris trop pourquoi il m'avait aidé au final mais bon, c'est le cas, et faut que je le retrouve pour qu'il m'explique … en plus, il s'est mangé une dette … majeure envers l'autre con de primo, et tout ça à cause d'un truc bizarre qui s'est passé …

    J'avais d'ailleurs franchement toujours pas pané ce qui était arrivé au final  … trop étrange.

    -Et je peux te jurer, sur ma voix, que c'est pas moi, j'ai rien dit et tout s'est déclenché en mode domino à cause de ça … c'est une cour de taré là-bas, fais gaffe franchement. Si j'avais pas eu l'aide de l'autre, j'aurais fini sur une croix, exposé en place public ou je ne sais quoi … enfin, manière de dire.

    Voilà, récit de ma putain de mésaventure qui m'avait vallu le titre de limite chieuse du moment … alors bon, les aristos et autre, j'suis déjà pas fan mais alors les mecs de cet Elyséum, j'y refouterai pas les pieds avant un bail !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: La pelote de laine (pv Griffe)   Dim 28 Juil - 12:27

Un semblant de calme fut ramené lorsque les deux alcoolos eurent été virés... et Griffe répondit directement à la question. Enfin... aussi directement que cela lui semblait possible :

-Bah … disons qu'on m'a dit qu'on me ferait poireauter, aussi, j'ai décidé de m'asseoir à une table et … il s'est avéré que c'était pas la bonne table quoi.

Oui... j'imaginais bien cela : reçue par le Prince, elle avait dû patienter dans le hall, peut-être avec d'autres vampires en mal d'avis du seigneur de la ville. La patience n'étant pas son fort, elle avait fait un tour, et s'était assise à une table... curieuse idée... J'imaginais l'endroit avec des banquettes le long des murs pour les sans grades, et quelques sofas confortables pour l'attente des notables. Un bureau, dans un tel endroit, signifiait "lieu de pouvoir", et donc, une sorte de... majordome ou d'huissier chargé d'ouvrir et fermer les portes, annoncer aux visiteurs qu'ils allaient être reçu. Quand je disais pouvoir, c'était avec un sourire narquois : le mec était un larbin. Ni plus, ni moins. Ainsi, Griffe s'était-elle assise à la place d'un commis ? A la suite du récit, j'éclatais ouvertement de rire, tête à la renverse, ce qui fit se retourner les humains vers moi, qui semblait si taciturne l'instant auparavant. Je les fusillais du regard et ils retournèrent à leurs affaires, avant de planter mes prunelles brûlantes dans celle de la neaonat' et de lui susurrer :

- Tu veux dire que le larbin était le primo des Brujah ?

Il était visible que je ne la croyais pas : le clan guerrier n'avait rien de chiens de salon, et encore moins de sang de valet pour tenir un tel... euh... comment dire.... disons... "poste". A la niche, quasiment avec une chaîne au pied du bureau de la salle d'attente du Prince.

* Impossible... ce clan serait-il tombé aussi bas ? pourquoi ? le Prince traite-t-il mal les autres clans ? les ravale-t-il aux places les plus méprisables pour mieux les tenir ? *

Les questions se pressaient dans ma tête, bien qu'en fait... bon... de toute manière, je n'étais pas Camariste, juste poli. En attendant, je jouissais du langage fleuri de mon interlocutrice, ne la lâchant pas du regard, curieux de la suite... En fait, j'avais un peu de mal à suivre... un autre Gangrel, Camariste cette fois, (donc, elle était Aubain ou Sabbat, mais je m'en fichais, elle était Gangrel, point barre !) l'avait aidé et morflé ? de la part du Brujah ? Depuis quand ce clan nous était-il ennemi, ouvertement ?

* Me cache-t-elle autre chose ? qu'a-t-elle dit exactement pour provoquer la colère aveugle du primo ? *

Je demeurais perplexe, et les deux rides du lion qui se creusaient entre mes yeux le clamaient assez. L'autre fils de la Louve s'était "mangé une statue" ? en défendant la néonatus ? et reçu un blâme ?!!! cela n'allait pas du tout !  Un Ancilae, donc, un aîné pour moi aussi...

- Il t'a aidée parce que c'est ainsi dans le Clan. Nous ne défendons pas d'intérêts personnels lorsque le Clan est attaqué. Même s'il est représenté par une soupe au lait comme toi.

Evidemment, je n'ajoutais pas que cela lui serve de leçon... elle devait le comprendre seule, avant de provoquer la mort ultime de l'un des nôtres et s'en vouloir. Trop tard. Jamais je ne portais de jugement -hâtif-, et rarement j'exprimais ce jugement hors de mes méninges... estimant que mon attitude, le ton employé, devait suffire à faire passer le message. Après tout, chacun devait choisir sa voie. Même une inconsciente comme elle. Son Sire l'avait sans doute choisit pour quelques qualités exprimées lors de son observation, et je ne remettais pas en cause son choix. Cela ne m'appartenait pas. Donc, Griffe avait le droit de crécher à Los Angeles grâce au Prince...

* Quelle clémence ! *

(c'était une pensée ironique, bien entendu...) A moins que la Toréador n'ait eu un pressant besoin d'alliés... Je tiquais. Cette attitude m'alerta. En même temps, le Prince n'avait fait que ramener l'ordre chez elle, en montrant son ascendant sur son monde. Je lui devinais une sacrée poigne sous des dehors saturés de convenances. Quelqu'un dont je devrais me méfier, car du genre à manipuler, aussi bien que les Ventrues, par exemple... mais déjà la jeune vampire poursuivait :

-Et je peux te jurer, sur ma voix, que c'est pas moi, j'ai rien dit et tout s'est déclenché en mode domino à cause de ça … (...)

Là... je la regardais avec des yeux ronds, derrière les reflets d'acier de mes Rayban. Honnêtement, parfois, les paroles de cette Gangrel me laissaient pantois. Je ne comprenais plus rien : elle avait dit quelque chose ou pas ? parce quelqu'un qui parle à sa place... elle est folle. Ou pas Gangrel. Mon air devint suspicieux. Avait-elle deviné mon clan et tenté de me charmer ? comment ? hypnose ? mensonge éhonté ? qui pouvait faire cela ?

* Tremères ? *

Mes poils se hérissèrent et je grognais malgré moi... un grognement sourd et inquiétant couvert par la musique immonde que les hommes semblaient apprécier et que je ne tolérais que parce qu'elle me cachait bien.

- Que me caches-tu ?... ne serais-tu pas Sorcière plutôt ?

L'endroit n'était pas franchement bien choisi pour une telle discussion, mais d'un autre côté, la présence de tant d'humains ne pouvait que brider l'imagination malade de ce clan maudit. A moins que ce ne fut une Giovanni ? en tout cas, un clan dégénéré... et voleur d'immortalité.

- Ignorer à ce point les règles élémentaires pour bafouer un Prince chez lui, alors que tu te présentes ? Quel intérêt ? sinon celui de nous nuire ?

Et si elle était Gangrel, quelle mouche l'avait donc piquée ? Du coup, hors de question que je me pointe, la bouche en coeur, à l'Elyséum sans avoir le fin mot de l'histoire. Gangrel, j'étais fier de mon clan et jamais encore n'avais entaché son honneur. Pour le moment, je me refusais à croire que cela fut le cas de Griffe... voilà pourquoi je lui cherchais d'autres origines et d'autres motivations. Quand même... cela n'allait pas et je finis par lâcher :

- T'es-tu sentie investie ? possédée ? ça t'était déjà arrivé avant ? ?

Se pouvait-il que quelqu'un en veuille aux Gangrel ? ou au Prince ? et s'attaque en priorité aux proies les plus faciles : un neonatus de la Louve, visiblement peu porté sur la réflexion dans sa nature, et donc aisément manipulable. Cette fois, ça n'avait été qu'un jeu, mais qui disait qu'une nuit, Griffe ne sauterait pas, télécommandée, sur un notable, voir sur le Prince, pour lui ôter la non-vie ? Tout le Clan en serait porté pour responsable ! Je me rencognais dans ma chaise : cette ville était dangereuse. Et dire que j'étais obligé d'y demeurer jusqu'à avoir retrouver le néonatus Nosfératu manquant...

* Quelle merd* *
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: La pelote de laine (pv Griffe)   Sam 17 Aoû - 12:04

    (Vraiment, vraiment désolé du retard, et en espérant que ça te plaise ^^)


    - Tu veux dire que le larbin était le primo des Brujah ?


    Le larbin ? Cette question m'avait surprise.


    -Hein ? Non non, j'étais en pleine soirée avec le gratin, on m'avait fait attendre dans la grande salle, du coup, je me suis foutue dans un coin mais visiblement, c'était la table préférée de Monsieur Ducon …
    On devait finir me chercher quand elle aurait été dispo mais bon, ça s'est pas passé comme prévu.


    - Il t'a aidée parce que c'est ainsi dans le Clan. Nous ne défendons pas d'intérêts personnels lorsque le Clan est attaqué. Même s'il est représenté par une soupe au lait comme toi.


    Soupe au lait … mon visage fit la moue pendant un instant alors qu'intérieurement, je pensais : TU SAIS CE QU'ELLE TE DIT LA SOUPE … non, il avait raison, j'étais un peu impulsive sur les bord …
    Quant au Gangrel …


    -Y avait pas que ça, il m'a parlé d'une dette, il connaissait mon sire … enfin je crois …

    Je savais même pas, je n'étais pas encore retourner le voir chez lui. Je savais pas s'il ne voudrait pas me foutre dehors après ce qu'il lui était arrivé, c'était ma faute après tout s'il s'était fait mal voir devant toute la cour et le prince …

    Et alors que je lui parlais, je le sentis soudain tendu, pire qu'un string, le voyant même grogner un peu … putain, qu'est-ce que j'avais dit pour le mettre en rogne à ce point. Je m'arrêtais d'un coup, un peu surprise mais pas réellement inquiéte pour autant. Il allait pas me sauter dessus ici ? Au beau milieu d'un bar rempli d'humains ?


    - Que me caches-tu ?... ne serais-tu pas Sorcière plutôt ?


    -Hein ?


    Je penchais limite la tête sur le côté en disant ça. Une sorcière ? Mais qu'est-ce qu'il me chantait là ? Une sorcière ? Je ressemblais à quoi pour lui ? Une Tremère ? Mais je lui avais dit y a même pas 5 minutes que j'étais Gangrel, il avait la mémoire d'un poisson rouge ou quoi ? D'ailleurs, il m'avait toujours pas dit de son côté. Je connaissais que son nom : Iain, un nom un peu étrange mais bon, de ce côté, j'avais rien à dire.

    -T'es à moitié poison rouge ou quoi ?


    Nan mais, j'avais un don, un vrai pour attirer à moi les cas ...


    - Ignorer à ce point les règles élémentaires pour bafouer un Prince chez lui, alors que tu te présentes ? Quel intérêt ? sinon celui de nous nuire ? 


    Nous nuire ? Et en plus, il était parano ? Double combo !!
    Et puis, à quoi ça servait ? J'étais une sale gosse qui passait par là et qui dans quelques lunes ne serait sûrement plus là. Ça n'avait aucun sens, j'étais qu'une gamine de passage, rien de plus dans le clan, une voix pure, mais rien de plus …


    - T'es-tu sentie investie ? Possédée ? Ça t'était déjà arrivé avant ??


    De quoi il parlait ? De ce qu'il m'était arrivé ? Je comprenais même pas sa soudaine réaction … il était vraiment trop spé ce mec.


    -Non, rien de tout ça, j'ai pas été dominé si c'est à ça que tu penses. Pas du tout. Juste, y a une voix qui a résonné, une voix comme la mienne, et ça a fait boum quoi …
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: La pelote de laine (pv Griffe)   Mar 20 Aoû - 12:16

-Non, rien de tout ça, j'ai pas été dominé si c'est à ça que tu penses. Pas du tout. Juste, y a une voix qui a résonné, une voix comme la mienne, et ça a fait boum quoi …

Bon... visiblement, c'était bien une Gangrel, et elle n'avait agit que par impulsivité. Autre détail que je notais dans un coin que son sauveur connaissait son Sire... comment ? ils avaient discuté avant ? et elle étalait comme ça, si facilement, le nom de son créateur ? Quelle imprudence... elle donnait aussi son âge et son rang ? J'étais contrarié. En la regardant, je pris conscience des faiblesses de notre clan. Nous ne jouions pas sur deux tableaux, comme les autres, pour avancer nos pions. Même si, bien entendu, nous étions aussi capables de ruse en cas de besoin. Pour notre survie. Pas pour nous arroger des places d'honneurs dont nous n'aurions eu que faire, étant donné nos rapports fraternels à l'intérieur du clan. Bref, nous avions trop tendance à agir comme des Gangrel au milieu d'autres GAngrel, sans jamais nous occuper de la réalité glauque de ce qui poussait les autres clans à se dresser les uns contre les autres. Pour le pouvoir. Ma langue claqua, comme un point final au bout d'une phrase :

- C'est parce que tu as dit : "je te jure, putain, c'était une autre que moi..." Tu sais, notre clan n'est pas doué pour les relations diplomatiques, et il s'avère que cela nous joue des tours. En ville. Or, on ne vit pas dans une mégalopole comme à la campagne.

Ma voie était redevenue sympathique pour la dernière phrase. Je songeais que ce serait bien qu'elle n'agisse plus comme une écervelée à l'avenir, mais qu'elle songe au clan avant de bouillonner / brouillonner, comme elle l'avait fait. N'empêche que je me promis d'en parler au Prince quand je le verrais. En me grattant la mâchoire de gauche, j'ajoutais, taquin :

- J'oublie l'histoire du poisson rouge...

Parce que franchement, ça aurait valu une bonne taloche, histoire de remettre les choses en place et d'inculquer un peu de tenue à cette sauvageonne. Je fis mine de prendre une inspiration profonde avant de poursuivre d'une voix basse et profonde :

- Notre clan doit prendre garde. Je ne sais à quoi. Mais ne doit pas devenir l'instrument d'un autre. Tu comprends cela ? Nous sommes libres. Et devons le rester. Pour cela, il ne faut pas prêter le flanc par une conduite inconsidérée qui nous mènerait à une forme de servage en contrepartie des dégâts causés.

J'avais vu ça, dans les villes du Sud... ouep... pour payer les dégâts, les Gangrels devenaient des hommes de main pour Ventrue et autre Brujah... entraînant parfois plusieurs frères avec eux. Ils semblaient le vivre assez bien, moi, je trouvais cet état dégradant. La musique changea de rythme et le blues me pénétra profondément. J'en suivis le rythme lent de la tête, comme bercé, envoûté. Au fond de moi, j'espérais que Griffe comprendrais mes paroles, leur sens. Je posais mes deux mains sur la table, et elles se joignirent autour du verre vide pour le tourner d'un quart à droite, un quart à gauche, dans un mouvement lent suivant celui de la musique.


Dernière édition par Iain Lachlan le Mer 11 Sep - 8:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: La pelote de laine (pv Griffe)   Dim 1 Sep - 18:54




    -C'est parce que tu as dit : "je te jure, putain, c'était une autre que moi..." Tu sais, notre clan n'est pas doué pour les relations diplomatiques, et il s'avère que cela nous joue des tours. En ville. Or, on ne vit pas dans une mégalopole comme à la campagne.


    Il était d'une sympathie … pire qu'une porte de prison même s'il tente de faire des efforts à la fin.


    -J'oublie l'histoire du poisson rouge...


    Je manque de grogner, si en plus il n'avait pas d'humour ni rien, ça n'allait pas être cool du tout tout ça.


    -Je sais qu'on est pas les diplomates, ni les meilleurs négociateurs du monde.


    Il semblait ressembler à un vieil ours mal léché, un ours qu'il se serait tout juste réveiller de son sommeil hivernal. Il inspira profondément avant de se mettre à parler.


    -Notre clan doit prendre garde. Je ne sais à quoi. Mais ne doit pas devenir l'instrument d'un autre. Tu comprends cela ? Nous sommes libres. Et devons le rester. Pour cela, il ne faut pas prêter le flanc par une conduite inconsidérée qui nous mènerait à une forme de servage en contrepartie des dégâts posés.

    Et là, c'était la claque dans la figure, bien forte histoire de me rappeler bien proprement ce qu'il s'était passé l'autre jours … c'était à cause de moi que Matthew avait prit si cher. Il n'aurait jamais du se dévouer ainsi, me laissant juste contre l'autre con. Lui ne bougeait plus alors que moi, j'avais clairement la rage là. Et puis, c'était qui ce mec qui venait de débarquer. Qu'il affronte la cour de l'autre rouquine et on en reparlera


    -Et toi, t'es là pourquoi au fait ? Juste pour aller faire la cours à la princesse ou t'as une autre raison ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: La pelote de laine (pv Griffe)   Mer 11 Sep - 8:26

- J'ai une autre raison.

Réponse lapidaire à une question bien placée. Je n'avais rien de diplomate, plutôt genre brute de décoffrage, sauf que j'essayais quand même d'éviter les pièges les plus flagrants. En fait, je connaissais leur existence, mais ignorais tout d'eux. Déjà qu'humain, je vivais à la campagne, alors... ma nature de Fils de la Louve n'avait rien amélioré, et la ville demeurait pour moi à la fois un mystère et un danger. En posant sa question, Griffe cherchait à échapper à l'implication de son geste à l'Elyséum. C'était pas sympa de sa part : je trouvais qu'elle se comportait comme une gamine irresponsable tout en me demandant si je l'étais beaucoup plus qu'elle, au final. Après tout... j'avais accepté quelque chose, sauf que c'était d'un clan allié. Devais-je lui en parler ? bah... après tout, elle finirait par savoir ce qui m'amenait ici...

* Autant que ce soit moi qui lui annonce le truc. * songeais-je. Ce n'était pas du calcul, je n'attendais rien de mon attitude. Non. D'un autre côté, je ne lâcherais pas l'affaire la concernant, elle.

- Je viens de San Francisco.

C'était une première information, et je laissais un petit moment pour qu'elle l'enregistre bien, car c'était le départ de ma "nouvelle aventure". En plus, c'était une grande ville, dirigée par un grand prince, même si les embrouilles ne manquaient pas, évidemment. Mais au moins, Griffe verrait que je ne débarquait pas directement du Grand Ouest Sauvage, bref, que je ne descendais pas des Rocheuses. J'avais pris un bain de "civilisation" avant de venir.

- Là-bas, sans dévoiler mon identité, bien entendu, je me suis acoquiné avec des Ultras humains (c'était un groupuscule de défense des animaux, qui libérait de pauvres bêtes livrées à la science, certains d'entre eux prônaient jusqu'à la disparition ou du moins la forte diminution de la population humaine. en clair, c'était des terroristes, mais je les aimais bien). On a fait quelques descentes dans les laboratoires...

Je ne bougeais plus du tout et mon immobilisme avait quelque chose d'inquiétant. Les humains à présent fortement éméchés, sentaient le danger et ne bousculaient plus ma chaise, ne m'interpelaient plus. Cela ne marchait que lorsqu'ils avaient retrouvé leur instinct primal. Le lendemain, il ne s'en souviendrait plus.

- J'ai donc vécu dans cette ville quelques temps et eu le temps de rencontrer des Nos'.

Voilà, on abordait le point principal, et nous approchions la fameuse "révélation". Je ne précisais rien de nos rapports avec ces vampires des égouts, songeant que, quand même, elle devait avoir un minimum d'éducation et les connaître comme nos alliés. Du moins, je l'espérais, n'ayant nullement l'intention de m'étendre là-dessus.

- Le clan Gangrel allié à la Camarilla se trouve fort proche du Prince, mais du coup, ses membres sont sous le coup de cette "camarilla". Moi, non. D'où ma grande liberté d'action.

Je bougeais enfin sur mon siège, m'avançant un peu au-dessus de la table :

- Je suis ici pour retrouver un neonatus Nosferatus disparu dans d'étranges conditions. Il semblerait qu'il soit retenu ici, mais personne ne sait par qui, ni dans quel intérêt il a été enlevé. Son Sire est furieux et désarmé. Leur primogène de Frisco, Dedaelus, m'a demandé si je pouvais faire quelque chose pour lui. Et j'ai accepté, évidemment.

Voilà, Griffe connaissait de vive voix, la raison de ma présence à Los Angeles. Je demeurais de passage, en quelque sorte, le temps que je retrouve le "rat".

- J'ai rencontré le Prince, dès mon arrivée, mais voici que, déjà, le pouvoir a changé de main... et que le primogène Nos' a disparu, lui aussi.

Je n'avais pas grand espoir que la jeune louve puisse quoi que ce soit pour moi, mais je tentais :

- Par hasard... tu ne saurais pas où je pourrais contacter l'un d'eux ? où se trouve leur point de rencontre ?

Après tout, elle était ici depuis plus longtemps que moi. Griffe possédait peut-être cette information. C'était donc une carte à jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: La pelote de laine (pv Griffe)   Dim 3 Nov - 1:06



    J'ai une autre raison.


    Pfff, un bouledogue serait plus aimable que lui. J'en connaissais des centaines comme lui, les Gangrels n'ont jamais été réputé pour leur douceur, et les autres clans que je fréquentes sont aussi délicats que … non, je n'arrive pas à trouver de comparaison non offensante. Nan, oui, je connaissais que des bourrins, des combattants ou alors des informateurs … oui, les Nosfératu ou encore les Brujahs étaient ceux vers qui je tourne en général en dehors de mon clan, et les Ravnos parfois, quand ils sont pas trop cons … Enfin bref, les frères sont un peu plus ouvert d'esprit que les autres parfois … non, même tout le temps.  Les autres qui se pensent supérieurs ou je ne sais pas et je déteste ça. Rien que le mec à l'Elysium … c'est pas un Brujah ça, c'est un putain de salopard. La manière dont il m'a traité, et dont il a ridiculisé l'ancilla Gangrel …

    -Ok …

    Je regardais un instant derrière moi, me demandant si j'aurais pas un peu plus de conversation avec l'un des mecs présent derrière … et après un très gros rot résonnant, je remerciais intérieurement Moana de m'avoir libérer de ma condition humaine. Je m'étais déjà plus ou moins séparer des hommes avant cela mais peut importe. Je n'aurais jamais supporté de vivre avec ce genre d'homme … même s'il était … enfin bref, il était surement l'homm... le semblable le plus civilisé de la soirée, ou celui dont j'aurais le moins envie d'encastrer la tête dans le flipper au fond du bar.


    - Je viens de San Francisco.


    Waaah, plus de quelques mots ! Et presque pas idiot … mon dieu, j'établissais le contact ! Oui bon, j'étais un peu méchante … quoique …


    - Là-bas, sans dévoiler mon identité, bien entendu, je me suis acoquiné avec des Ultras humains. On a fait quelques descentes dans les laboratoires...


    Des ultras-humain ? Mais il parlait d'Alien ou quoi ? Je l'observais étrangement tout en l'écoutant. Les labos, des trucs où ils maltraitaient les animaux … mon père s'était pris y a longtemps une amende pour en avoir explosé un.

    - J'ai donc vécu dans cette ville quelques temps et eu le temps de rencontrer des Nos'.


    Des masques, bah, c'est pas comme si c'était étonnant, nos clan était assez proches après tout, il n'y avait qu'eux quasiment que je supportais. Enfin bon, s'il ménageait le suspense à ce point, je vais survivre m'évanouir de peur.


    - Le clan Gangrel allié à la Camarilla se trouve fort proche du Prince, mais du coup, ses membres sont sous le coup de cette "camarilla". Moi, non. D'où ma grande liberté d'action.


    Et enfin un mouvement. Mon dieu, abrège, explique enfin …


    -Et …?

    -Je suis ici pour retrouver un neonatus Nosferatus disparu dans d'étranges conditions. Il semblerait qu'il soit retenu ici, mais personne ne sait par qui, ni dans quel intérêt il a été enlevé. Son Sire est furieux et désarmé. Leur primogène de Frisco, Dedaelus, m'a demandé si je pouvais faire quelque chose pour lui. Et j'ai accepté, évidemment.


    Aaaaaaaah ! Enfin ! J'eus un sourire alors qu'un cri de joie explosait dans mon crâne. Waah, il était long à la détente quand même ce mec …

    -Jamais entendu parler de celui que tu cherches mais courage

    - J'ai rencontré le Prince, dès mon arrivée, mais voici que, déjà, le pouvoir a changé de main... et que le primogène Nos' a disparu, lui aussi.  Par hasard... tu ne saurais pas où je pourrais contacter l'un d'eux ? où se trouve leur point de rencontre ?

    Hein ? Mouais …


    -Tu sais, si un nosfé disparaît de son propre chef, c'est un peu compliqué de le retrouver. Même ses copains ont du mal tu sais. Après, pour voir un prince, il n'y a qu'une adresse et si tu as déjà vu, tu dois connaître non ? À part ça, tu connais des gens dans le coin ?

    Pas que ça m'intéressait réellement, mais bon, il était quand même un frère de clan, je pouvais pas le laisser en plan. Puis, Jaimes m'avait bein accueilli, je pouvais faire de même.


    -Mais si t'as besoin, Griffith park est un refuge pour nous. Tu connais ?  
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: La pelote de laine (pv Griffe)   Jeu 7 Nov - 14:00

Je hochais la tête à ses réponses. Rien à tirer d'elle. En même temps, cela ne m'étonnais pas : pourquoi aurait-elle su, pour le neonat' ? le contraire eut été bien plus alarmant. Elle me parla de Griffith park.

- Non.

sous entendu, "je ne connais pas". Allait-elle me donner quelques indications pour m'y rendre, me dire ce que je devrais m'attendre à rencontrer là-bas ? mystère. En attendant, je trouvais que j'avais déjà trop parlé pour cette nuit et celles de toute la semaine à venir, mais je tenais à bien me faire comprendre sur les raisons de ma présence ici. Pas de trouble à venir, pas de mon côté, en tout cas, sauf concernant le Nos'. La musique s'arrêta et je me tournais à demi pour savoir pourquoi. Le patron fouillait derrière son bar, à la recherche de quoi ?... peut-être d'une fiche ou d'une enceinte... Il se redressa, rouge, soufflant, et replongea à la poursuite de sa quête. Mes paupières se fermèrent et s'ouvrirent lentement, alors que je revenais à Griffe.

- Le Nos' ne s'est pas sauvé. D'après les infos fournies par Daedalus, et recueillies auprès de ses rats, le jeune a bien été enlevé. Jamais il n'allait sur le port et là, il a dit à un autre jeune qu'il s'y rendait. Sauf qu'il n'est jamais revenu.

A vrai dire, Griffe semblait peu disposée à aider, ne lançant même pas une idée de recherche dans tel ou tel zone de Los Angeles. Il me faudrait donc rencontrer le primo des rats, histoire de savoir si lui avait eu des échos concernant des endroits où chercher... Je devais aussi aller voir celui des Gangrel de la ville. Curieux de savoir à quoi il ressemblerait et quel accueil il me réserverait. La musique fusa d'un coup en grisillant dans les hauts parleurs disséminés dans la salle du bar, et le patron baissa le son. Le larsen fit une brève apparition, me vrillant les tympans *Saloperie !* mais sans que je bronche. Une chanson de Jimmy Hendrix, "All along the watchtower" se fit entendre, mais aucun poivrot présent n'y accorda la moindre attention. Moi, si, j'aimais bien. Mon regard ne quittait pas celui de Griffe, m'apprenant ce à quoi elle accordait de l'importance ici, dévoilant un peu de son caractère... Elle ne laissait que peu d'indices sur ce que je devais penser d'elle, son attitude, ses paroles, tout me paraissait figé. Les muscles de mon dos roulèrent sous le blouson de cuir noir, bien à l'abri des regards indiscrets. Il était temps pour moi de me lever et de lancer mes recherches, la difficulté restant de savoir par où j'allais commencer. Poser des questions ou fouiller au hasard certains lieux. D'abord, apprendre quel clan avait fait le coup, ensuite, tout s'enchainerait. Je me levais lentement, pour ne pas affoler la demoiselle, les deux mains posées sur la table, n'attendant plus rien de l'entretien.

Déçu ? oui.. mais d'un autre côté, trouvé d'un coup un indice ou un allié dans ma recherche aurait relevé de la gageure, non ? Ma main gauche alla piocher quelques billets d'un dollar au fond de la poche avant de mon jean, qu'elle laissa se répandre sur la table, payant nos consommations à tous deux. Mon côté cowboy, de prendre en charge les consos de la demoiselle. Me ferait-elle un scandale du genre : "je paie ma part, moi." ? Peu importait : c'était trop tard, j'avais dégainé avant elle... et puis, qui sait ? peut-être m'apprendrait-elle quelque chose en sortant du bar, si elle sortait avec moi ? il n'était pas encore trop tard pour aller à la pêche aux informations.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: La pelote de laine (pv Griffe)   Dim 17 Nov - 12:39


    Pfff, je savais pas quoi faire de lui. Il était trop … trop quoi ! J'étais pas forcément une personne hyper bavarde, et lui me faisait juste trop parler. J'avais pas l'habitude d'être devant un mur pareil. C'était chiant, il bougeait presque pas. Quand il avait enchainé ses explications sur le nosfé, j'y avais pas cru. Nan, il est trop spe. J'en connaissais des silencieux mais là, il était en plus un peu déprimants. Lourd, c'était le mot en fait. Le seul détail qui le fit bouger, c'est quand la musique s'arrêta. Il alla jusqu'à tourner la tête pour comprendre pourquoi.
    Et qu'est-ce que je devais faire moi … y avait pas marqué Guide touristique sur mon front non plus, s'il se débrouillait un peu tout seul le monsieur, ce serait pas si mal ! J'avais l'impression qu'il me prenait pour une parfaite idiote, pour une crétine de gamine … je sentais un peu de colère monté, comme un hérissement encore léger dans mon dos …


    -Le Nos' ne s'est pas sauvé. D'après les infos fournies par Daedalus, et recueillies auprès de ses rats, le jeune a bien été enlevé. Jamais il n'allait sur le port et là, il a dit à un autre jeune qu'il s'y rendait. Sauf qu'il n'est jamais revenu.


    Un rat enlevé, ça arrivait pas si souvent. Ils disparaissaient, de leur propre chef mais on les embarquait pas si souvent.


    -Une entrevue qui s'est mal passé, dommage pour lui.


    Un piège, et le jeune rat avait sauté dedans à pied joints. Venez dans un endroit reculé tout seul et sans armes … et lui avait accouru. On peut vouloir aider quelqu'un, mais ce serait bien que ce quelqu'un ne cherche pas à se suicider tout seul … un peu idiot, même pire que ça. Et c'était lui qui cherchait à le sauver. En fait, le seul truc qui semblait arriver à le mettre en transe, à réellement le faire réagir, c'était la musique. Il avait toujours une tête bizarre quand elle changeait, ou alors quand elle s'arrêtait. Perso, j'eus un grognement quand elle se remit en marche avec un son limite strident. Heureusement que j'avais pas des oreilles de Toré ou de Malkavien, parce que j'aurais sûrement lâcher un cri.
    Et puis, d'un coup, il se leva, tranquillement mais c'était presque le premier geste spontané que je le voyais faire. Ses deux mains étaient posées sur le table, simplement …


    -Oki, donc tu te casses comme ça ..


    Et pour immédiatement réponse, des billets sont posées sur la table, de quoi payer non seulement son whisky mais aussi la bière qu'un autre mec s'était enfilé à ma place. Pff, génial, en plus d'être un dogue, il jouait celui qui payait les conso. Au pire, j'allais pas me plaindre, il devait me rester même pas 30 dollars. J'allais pas les gâcher à ça donc bon si ça l'amusait, j'avais pas l'embêter de le faire.

    Je me levais aussi, prenant mon sac d'un geste et passais la bandoulière autour de mon corps. Puisqu'il voulait partir, j'allais pas m'attarder dans cet endroit. Je trouverais bien un autre endroit tranquille pour lire et écrire un peu, sûrement à Griffith Park justement. J'avais envie de revoir Jaime pour lui poser plus de questions encore sur mon père mais je ne savais s'il était là ce soir. Parfois, ils n'étaient pas là, lui et son frère que je n'avais toujours pas rencontré, pendant plusieurs jours. Il fallait que je les vois, que je me présente à son frère mais pour l'instant, je n'en avais pas eu l'occassion.

    -Et du coup, tu vas par où ?

    Limite, s'il avait une voiture, ou plutôt une moto vu son look et qu'il pouvait me rapprocher de l'endroit, ça m'éviterai un peu de marche (oui, je ne sais toujours pas conduire, faut un jours que je change ça, et vite !)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La pelote de laine (pv Griffe)   

Revenir en haut Aller en bas
 

La pelote de laine (pv Griffe)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pelote de laine au milieu des décombres. [Libre (: ]
» Lézard Bourguignon ft. Pelote De Laine
» patrouille de griffe de panthère
» Prez de Nuage de Laine !
» [Chanson] De la laine de mouton (tagadoum tadzoum tadzoum)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire la Mascarade :: Hors Jeu :: Archives :: RP avortés-