Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Pomme d'amour et Barbe à Papa [pv notre petit Primogène Trem']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: Pomme d'amour et Barbe à Papa [pv notre petit Primogène Trem']   Lun 1 Juil - 17:10

Retrouvailles


Flamina Adams avait, une fois n’était pas coutume, décidé de prendre l’air, de voir du monde, et surtout, de cesser ses activités de recluse de la société vampirique le temps d’un soir. Les derniers jours, notamment avec la rencontre de la compagnie charmante et perturbante à la fois du jeune Orphée, s’étaient avérés particulièrement remplis, et cette fois-ci il n’était pas question de se laisser à nouveau ensevelir sous la paperasse. Désigner un nouveau primogène, c’était fait, ces histoire de mages aussi, Rassurer Shiro-chan, également, les rapports à Dame Quinn également, et taquiner le conseiller des Masques, c’était fait aussi. Un grand sourire aux lèvres, l’ancienne Nosfératu s’apprêtait à prendre sa soirée de congé.

Oh, elle ne la prenait pas entièrement. Elle avait toujours en sa possession quelques informations juteuses, notamment à l’attention délicate du jeune homme qu’elle verrait sous peu, et se faisait, à la vérité, une joie de revoir une bouille aussi sympathique. Tandis qu’elle se drapait de son apparence préférée et optait une fois n’était pas coutume pour des vêtements passe partout qu’Elwin avait trouvé bon de lui sugérer, le Corset et la capeline, paraissait-il n’étaient plus d’actualité, elle se dirigeait vers l’extérieur de la ville. Un petit bout de chemin sous terre, puis le reste au dessus du sol, elle humait comme pour la première fois les effluves ambiantes de ce début de soirée. Le soleil était couché depuis peu, elle se sentait revivre.

Un air tiède, une foule anonyme mais fluide néanmoins, et cette douce certitude d’être entière et dans son bon droit pour une fois. C’étaient des sentiments tout à fait nouveaux pour la Dame aux Masques. Ce monde avait beau avoir changé en six siècles, elle se sentait pareille aux premiers jours de son adolescence, lorsqu’insouciante encore, elle courrait les rues de terre battue avec sa fratrie. Comment s’appelaient-ils encore ?

On la salua sur son passage, les humains se laissaient abuser par ce visage doux, jeune encore, au regard pourtant pénétrant et grave plus que de raison. Comme ils se laissaient aisément abuser par le miroitement d’une forme qui avançait d’un bon pas. Avait-elle été ainsi, elle aussi dans sa jeunesse ?

Enfin, elle fut au lieu-dit, une fête foraine. Un endroit où elle n’avait jamais mis les pieds une seule fois de toute sa longue existence. Il y avait du bruit, il y avait du monde, il y avait des lumières, et il y avait surtout celui qu’elle attendait, Orphée, le petit primogène Tremere. Il lui avait suggéré l’endroit, elle avait obtempéré. Son souhait de retrouvailles était à demi mu par une volonté de payer, d’une certaine façon, à son tour, sa dette pour ce savoir, et également une curiosité bien légitime.

« Mademoiselle, vous êtes seule ici ? »

Flamina tourna le visage de sa vingtaine vers un homme qui se présentait à elle. Allons bon, que lui voulait donc cet humain. En silence, elle inclina doucement la tête pour lui faire signe que « oui », elle était seule.

« Je peux vous inviter peut-être ? »

Déconcertée un moment par cette proposition, Flamina reprit assez vite contenance. A porter toujours ce masque, elle se sentait bien étrange ainsi, le visage à l’air libre, entouré seulement d’un voile de Dissimulation. Elle avait oublié depuis longtemps les hommes et leur jugement sur l’apparence, c’était une donnée qu’assez vite, son esprit de Nosfératu avait rangée de côté dans un souvenir lointain.

Qu’allait-elle bien pouvoir lui répondre ? Telle était la question. Comment un simple humain avait-il pu lui tendre un piège ainsi. Un Masque qui ne savait répondre à un humain, la chose était drôle.


Fiche par Narja
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Pomme d'amour et Barbe à Papa [pv notre petit Primogène Trem']   Lun 1 Juil - 22:42

La chose était délicieuse, la plus aboutit de mes concoctions. La fibre sucrée répondait parfaitement à la solution chimique, au moins nous aurons notre diner. Un repas pacifique certes, mais mangeable au moins. C'était un fait, je n'appréciais guère sauter sur les gens, crocs déployés. Première parce qu'un simple bon réflexe pouvait me faire mal et puis... Toutes cette violence avait la manie d'augmenter mes périodes de somnolence. Comment vouliez vous que je puisse terminer mes traités alchimiques en des délais corrects si mes nuits en étaient ainsi rallongées. Non, je préférais user me crocs à croquer des pommes d'amour sanguine, de ma fabrication artisanale. Ah... alliant la pensée aux actes, finalement les pommes sanguines méritaient reconfiguration. J'avais mis trop de sucre, beaucoup trop de sucre. J'espérais que mes barbes a papa avaient plus de chance, une solution toute prête à l'emploi, cela devait au moins réussir. Perfecto ! Ah le sang sucré c'était quand même délicieux.

Bien j'enlevais alors mon tablier de cuisine et pris mes affaires pour ma sortie.


"LESTER ! J'ai besoin d'un CHAUFFEUR !"


Il fallait vraiment que Asao me serve de chauffeur par intermittence je n'allais tout de même pas demander éternellement à ce pauvre Lester.


"MONSIEUR ET MES CHAMPIGNONS ?"


"On s'en fou de vos CHAMPIGNONS !"


Il n'avait qu'a les mettre dans la réserve ces champignons.


"QUAND ON FAIT DES RECHERCHES SUR LES CHAMPIGNONS, ON ASSUME !"

Nous crions car très éloignés, physiquement, mais en fait il ne comprenait pas que c'était inutile pour mon cas. Désespérant...


"J'ARRIVE MONSIEUR !"

"J'ai AUSPEX LESTER !"

Bon bref sur ces quelques mots je pris mon petit sac à dos batman et ma casquette pokemon. Lester me certifiait que ce n'était plus de mode, enfin ce n'était pas en trainant sur wikipédia qu'il allait arranger sa culture, monsieur je m'occupe de champignon. J'emmenai le nécessaire à pomme sanguine et ma spécialité pour la barbe à papa. Un camouflage astucieux, en petit jouet a faire des bulles de savon j'avais caché ces précieux mélanges. A la fête foraine donc, la bas au moins je pouvais me débrouiller seul. Qui pouvait être inquiet d'un gamin déambulant seul dans un dédale de manège? Ensuite acheter les barbes à papa ne posèrent problème, appliquer les solutions également, avec un peu de discrétion cela se faisait.

Réapparaissant dans les allées avec mes deux barbe a papa rouges, je me devais maintenant bien sur de trouver Flamina. Un rendez-vous très sérieux certainement dans le fond, mais quand même je ne pouvais m’empêcher de prendre plaisir à ces retrouvailles. Cela pouvait apparaitre étrange de ma part aux vues événements nous liant, mais j'avais mes raisons. Ce n'était pas pour les informations, la raison de ma venue était purement sociable. Sociabilité, une donnée si variable, si attirante...

Mais voila que je l’apercevais et quelle déception quand je vis un mortel engageant la conversation avec Flamina Adams. Que pouvais-je faire, moi armé de deux sucreries avec ma casquette pokemon, on me prit évidemment pour le petit frère. Je faisais la moue à vrai dire, la je ne savais moi même que dire. Devant un humain qui osait ombrager ma soirée. Levant les yeux vers Flamina, j'étais vraiment désolé, je ne trouvais décidément rien à dire à cet humain...


"Tu viens...."

Je finis par lâcher ces derniers mots, comme un caprice de gosse un peu timide devant l'étranger en question. J'étais véritablement jaloux de cet être en fait. Il me rappelait ce que je ne pouvais pas être.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Pomme d'amour et Barbe à Papa [pv notre petit Primogène Trem']   Lun 1 Juil - 23:31

Retrouvailles


Flamina Adams cherchait désespérément un moyen de se débarrasser de l’humain. L’attention était flatteuse et à la fois déplaisante, que pouvait bien espérer avoir compris cet humain en voyant la jeune femme ? Avait-il été séduit par l’illusion de sa beauté et de sa jeunesse ? Oui, sans doute. Avait-il quelque idée derrière la tête ? Bien entendu. N’importe quel Malkavian lui aurait jeté au visage ses quatre vérités, et elle-même, à coup d’Auspex, préférait s’abstenir de tout coup d’œil à l’aura de ce garçon. Il était trop jeune et n’avait aucune chance.

Fort heureusement l’arrivée d’Orphée lui permit de trouver une échappatoire plutôt salutaire, lorsqu’il s’approcha d’elle, avec sa panoplie du parfait petit enfant et qu’il levait vers elle les yeux, visiblement aussi embarrassé qu’elle par la situation. Très bien, il était donc temps de réagir autant qu’elle le pouvait. Prenant à deux mains son courage, en priant pour que le gamin ait le bon sens de n’être pas insupportable, elle fit un grand sourire au jeune homme.

"Tu viens...."

Presque une supplique d’Orphée, précisément ce qu’il lui fallait. Il semblait perturbé plus que de raison, à la vérité, et dès lors, elle fit une rapide vérification avant de continuer cette soirée. Ce caprice enfantin ou presque… Non, ça n’était qu’à demi-un jeu, Flamina en avait la certitude. L’aura du vampire était troublée par… de la jalousie ? Non, il devait y avoir une erreur, cela n’était pas cohérent.

« Ton frangin peut nous accompagner si tu veux. »

Le retour à la réalité fut brutal pour Flamina qui avait totalement oublié le jeune homme pour s’inquiéter des sentiments du petit Primogène. Elle eut un élan d’intelligence, ou de fourberie peut-être, et passa sa main sur l’épaule d’Orphée en un geste rassurant pour l’attirer à elle.

« Ce n’est pas mon frangin.
- Le gosse des voisins alors ?
- C’est mon fils. »

L’homme interloqué se figea. Merde, la fille lui avait paru plus jeune qu’elle ne l’était vraiment. Pour avoir un gamin de cet âge là... Elle devait au moins avoir la trentaine. Dégouté, il s’excusa et s’en alla, pas envie d’avoir affaire à une fille qui avait déjà un môme.

Flamina, satisfaite de son petit effet eut un grand sourire à l’attention d’Orphée, en espérant que l’excuse dont elle avait usé ne l’avait pas trop tourmenté. Elle savait combien cette question était délicate pour Orphée, tout comme elle l’avait été pour elle-même. Cet enfant n’était pas le sien, elle n’était pas sa mère. Et cependant, c’était l’idée qui lui était venue la plus spontanément. Comment allait-il prendre la chose, elle se le demandait, oui. Elle crut bon de lui présenter des excuses sincères, ayant sans doute plus de portée qu’en une autre situation.

« Pardon Orphée, ce sont parfois les stratagèmes les plus invraisemblables qui fonctionnent le mieux. Vous portez-vous bien depuis l’autre soir ? »

Fiche par Narja
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Pomme d'amour et Barbe à Papa [pv notre petit Primogène Trem']   Mar 2 Juil - 1:00

Je tremblais devant l'insistance du garçon, étais-ce vraiment supportable un gamin à la casquette pokemon, un gamin braillard et très capricieux? Il allait vite regretter son choix, j'étais un spécialiste de la puérilité, je jouais le sale gosse mieux que la plupart des enfants. Préparation des cordes, vocales, j'étais paré à la crise lacrymale, parfait. Mais étrangement on me vola ce rôle et Flamina usa d'une autre stratégie, n'impliquant point mon concours. Peut-être redoutait-elle pour son ouïe, mais tout de même, les mots utilisés nouèrent le creux de mon ventre. Cette douceur et encore ces mots, ce même frisson chaleureux qui parcourait désormais mon épiderme. Non vraiment, il fallait arrêter avec cette histoire de fils...

J'observai alors silencieusement s'éloigner le mortel, c'était un papillon de jour attiré par une belle plante, mais incapable d'en assumer les fruits. L'apparence, seulement l'apparence, encore une fois Flamina avait opté pour une stratégie rapide et efficace, même si elle devait passer par cette épreuve. J'avais choisis ce mot, épreuve, mais il ne convenait pas. C'était seulement le mot fils qui m'avait gêné. Le reste était... perturbant, surtout lorsque le jeu ne venait pas de soi.

Mais je repris mon esprit après ce passage à vide. Voir partir le papillon de jour me confortait dans l'idée d'enfin commencer cette soirée. Et le pression rechuta, j'étais à nouveau moi et comme je devais paraitre bien ridicule toujours armé de ses deux sucreries je tendis d'abord mon petit bras, offrant une barbe à papa à la mère des masques.


"Une recette spéciale de ma part, goutez vous m'en direz des merveilles."

J'avais enfin put rendre le gout potable, un sang sucré. A vrai dire je voulais commencer par cette note enfantine, même si le ton n'y était pas. Répondre aussi vite aux événements me demandait réflexion.

"Oh je ne vous en veux pas, c'était un excellent procédé... Je vais bien... Mais dite moi, c'était une prise de risque importante."

Elle avait ce visage évidemment, c'était aussi la cause de mon bouleversement, sans doute. Ce genre de détail ne devait point altérer mon jugement. Quel spectacle je donnais avec mes phrases bêtes et simples. Comment pouvait-on mettre autant de temps à répondre ces quelques mots, étais-je rouillé? Je détestais ce genre de défaut, un peu rageur je le concevais je frappai moi-même la tête d'une petite frappe.


"Pardonnez-moi je ne sais trop ce qu'il m'arrive, bien, que diriez vous de la grande roue, nous serons plus à même de..."


Mais un couple passait près de nous.


"Dit, on va à la Grande roue !"

Cela me paraissait plus crédible qu'un enfant usant du vouvoiement, ou de tout autre propos complexe. En plus avec le ton qui convenait à la situation, c'était parfaitement crédible.

"Je vous le confirme c'est très frustrant."


Oui c'était très frustrant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Pomme d'amour et Barbe à Papa [pv notre petit Primogène Trem']   Mar 2 Juil - 11:58

Retrouvailles


L’Ancienne du clan des Masques fut extrêmement satisfaite de voir son stratagème réussir – simple état de logique, une femme ayant un enfant était en général un répulsif fort efficace – et de constater aussi un certain apaisement chez Orphée. Le tourbillon de sentiments qu’elle avait perçu dans son aura sembla se calmer tandis qu’il lui tendait l’une des deux barbes à papa. Elle la prit en souriant, s’étonnant de cet étrange élément. Est-ce que cela … se mangeait ? Elle n’avait jamais rien tenté de semblable, elle savait que cela existait, mais n’en avait pas fait l’expérience. Comment cela se mangerait-il ? Fallait-il croquer dedans ? Elle tenta. Le goût du sang de synthèse – un rien plus ferrugineux et fade que le goût du sang véritable – se mêla à une saveur sucrée qu’elle n’avait pas goûtée depuis bien longtemps. Une sorte d’arrière-goût de fraises s’assortit à une texture fondante. Tout ceci était extrêmement perturbant, pas désagréable, mais très perturbant.

« Je n’avais jamais rien goûté de tel, Orphée, c’est surprenant, et plutôt bon en fait. »

Oui, la Mère des Masques en était restée à la bonne vieille traque dans les rues de Los Angeles, de préférence sur des gens en bonne santé, ne fumant pas – le tabac donnait un arrière-goût écœurant au sang – et cela faisait bien longtemps qu’elle avait oublié la saveur du sucre. Elle croqua une nouvelle fois dans la Barbe à Papa tandis que le petit Primogène se hasardait à une réponse. Il ne lui en voulait pas, il semblait toutefois un peu désarmé, un peu instable. La Grande roue, oui, au moins ils seraient au calme.

Orphée joua à la perfection son rôle d’enfant lorsque le couple passa, aussi Flamina ajouta-t-elle à la crédibilité en tendant la main et prenant celle du Primogène pour l’accompagner jusqu’à ladite grande roue. Un sourire accroché aux lèvres, elle l’entendit lui confirmer sa frustration. Voila pourquoi elle était, à titre personnel, fort heureuse d’avoir ce masque aux milles visages, et la stature d’une adulte. Son accompagnant, ce jeune vampire n’avait pas la même chance, et, pour une question essentielle de Mascarade, il lui fallait bien se conforter à son apparence. Elle devinait comme la chose pouvait être déplaisante.

Ils furent enfin à la Grande Roue, après une brève attente, ils purent y monter, et se retrouver seuls tandis que le manège s’ébrouait. La chose était toute inédite pour Flamina, et ce genre de nouvelle expérience était toujours plus plaisante en bonne compagnie.

« Nous voici au calme, Orphée, pour vous répondre sans masque, oui, bien entendu que la prise de risque était importante, mais un humain aussi jeune est également extrêmement prévisible. Parlez à votre aise, donnez-moi de vos nouvelles, ici vous pouvez être celui que vous êtes sans avoir à craindre une oreille humaine. »

Il était heureux pour Flamina de se savoir ainsi en compagnie du jeune sorcier. Elle n’arrivait pas exactement à savoir pourquoi sa présence était aussi reposante, mais elle appréciait ce jeune vampire. Il avait quelque chose de rafraîchissant, un peu comme l’autre Tremere, là, celui aux cheveux roses. Voici donc qu'était venu le moment de parler affaire.

« Vous avez, Orphée, des recrues intéressantes à ce qu’on m’a dit, des recrues intéressantes et endettées auprès de moi. Pourrai-je vous emprunter un soir prochain Monsieur Watnabe ? Il m’est redevable d’un service rendu, et je tiens à ce que cet emprunt vous pénalise le moins possible, dites-moi donc quand il vous semble opportun de me le laisser. »


Fiche par Narja
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Pomme d'amour et Barbe à Papa [pv notre petit Primogène Trem']   Mer 3 Juil - 0:46

Si je devais réévaluer la situation, j’émettrai ce jugement. Flamina avait changé, j'en étais maintenant convaincu et il ne s'agissait point d'une meilleure inclinaison à mon sujet. Cela ne se bornait point à ma présence, Flamina semblait avoir adopté un autre style dirons-nous. Un second souffle en cette vie si longue? Cette légèreté, cette aisance dans le geste et cette déconcertante envie de découvrir, tout cela à peine dissimulé. Oui, il s'agissait d'une bonne rencontre, nous étions placés sous l'empire d'étoiles prometteuses. Mais mon esprit filait, si Flamina avait changé, moi aussi. Je ressentais une gêne, un poids que je m'efforçais d'oublier revenait à la charge. Mon apparence évidemment... Chose dont je n'avais que trop d'en découvrir la cause, le pourquoi ce problème pesait maintenant.

La question s'évanouit d'elle même, ne pouvions nous point discuter sans pensées intempestives. Point de calcul et de recherche, pas pour cette nuit. Il me fallait avoir pitié de mes cellules grises pour l'instant, je ne savais si le coupable était le glucose mais quelle difficulté de raisonnement j'éprouvais.

Heureusement une fois dans cette cabine rouge, nous pouvions parler librement. Sans risquer un regard envers ma personne. J'étais heureux de son avis concernant mes friandises, sans vraiment m'en rendre compte cela m'avait bien pris une nuit à découvrir la recette parfaite. Mais trêve de sucrerie, il nous fallait profiter de ces 4 tours pour parler. Premier sujet, la demande polie de mes nouvelles. A vrai dire il y-en avait peu...


"De mes nouvelles... me concernant je ne ferai état de guère de rebondissement. Ah... cela me revient en mémoire, une histoire étrange. L'un de mes apprentis Anton s'est fait abattre à cause d'une provocation malvenue de sa part. Vous savez sans doute ce qui peut arriver aux Tremere sans défense hors de la Fondation. Quoi qu'il en soit j'étais sur les lieux lors de sa capture et de son interrogatoire, j'ai tout tenter pour le sauver, abattre quelques brujahs n'ont point été suffisant. C'est l’évêque Shiro Amakusa qui l'a finalement achevé. Anton libéré se jetait à crocs déployés sur une pauvre jeune fille, rousse, dont j'ignore le nom... Il a été tué par l'évêque avant que mon apprenti n'atteigne sa proie. Quoi qu'il en soit j'ai préféré quitter les lieux. Une autre confrontation aurait été trop risqué... Mais sinon des nouvelles plus personnelles je dois avouer ne rien avoir en stock. A moins que vous n'êtes intéressé par les rites kabbalistiques?"


Il ne s'agissait que d'une remarque proposée en l'air et vraiment je ne voulais guère m'étendre sur le sujet. Lancé sur ces rites et je pouvais monopoliser la parole pendant des heures. Heureusement le deuxième sujet m'arracha un sourire, oui Asao Watnabe, il commençait à être connue.

"Asao Watnabe est monsieur le Régent de la Fondation désormais. Je l'ai nommé à ce poste rapidement, il est brillant et me rappelle moi sur certains cotés. J'ai hâte de l'observer pleinement agir dans cette nouvelle fonction. Ainsi il possède des dettes envers vous, si vous saviez le nombre de dette qu'il aurait à éponger envers moi..."


La il ne s'agissait plus vraiment d'une remarque faite en l'air... Pour tout le clan Tremere, même deux fois le cout de son existence n'arrivait peut-être pas à éponger ses fautes.

"Quoi qu'il en soit je suis prêt évidemment à vous le céder. Mais dite moi à quelles fins? Croyez moi je peux tout entendre lorsqu'il s'agit de monsieur le Régent."


Oui je pouvais vraiment tout entendre. Enfin, il y-avait toujours matière à me surprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Pomme d'amour et Barbe à Papa [pv notre petit Primogène Trem']   Mer 3 Juil - 11:36

Retrouvailles


Les paroles du Promigène furent extrêmement étonnantes pour Flamina. Il lui semblait soudainement que toute la ville était connectée d’une manière ou d’une autre, et qu’en détenant le savoir qu’elle avait, elle pourrait sans doute tirer une épingle du jeu. Non pas pour elle, mais pour ceux qui lui étaient chers. Elle répugnait cependant à tenter de manipuler ce primogène et ne souhaitait pas abuser de sa confiance. Et dire qu’elle s’était promise de laisser tout ceci de côté le temps d’une soirée…

Eh bien voila que les affaires reprenaient. Tout en grignotant un bout de sucre sanguin, elle prêta une attention toute particulière à Orphée, ne perdant pas un mot de ses propos. Elle apprit ainsi la singulière histoire de Monsieur Anton, et les agissements tout aussi singuliers de Shiro-chan. La mort d’Anton lui avait été rapportée par un jeune masque prometteur, mais la présence de la jeune fille avait été tue. Une jeune fille hein ? Flamina ne pouvait s’empêcher de sourire. Voici donc vraisemblablement la façon dont ils s’étaient tous deux retrouvés dans cette singulière rencontre.

La conversation roula sur Asao Watnabe, des informations qui confirmaient son soupçon. Elle avait en effet perçu le génie dans son esprit, et l’instabilité dans son caractère. A quel point Orphée avait-il connaissance de tout ceci , c’était là la vraie question.

« Orphée, j’ai des informations qui pourraient vous interesser, et vous en avez qui pourraient m’intéreser. Je n’avais pas prévu de faire des affaires, mais vous m’y poussez ce soir. Nous parlerons une autre fois de la Kabbale, si vous le voulez bien, je suis tout à fait profane en la matière, et curieuse de tout. Shiro Amakusa est un nom que je connais bien. Et Asao Watnabe est un nom auquel je m’intéresse beaucoup, mais sur lequel les informations sont trop rares. Que pensez-vous d’un … échange de bons procédés ? »

D’un coup, toute la pétillance de la Nosfératu s’était envolée. A nouveau, elle faisait son âge. Son esprit était tout occupé à réciter les décimales du nombre pi. Une vieille habitude lorsqu’elle traitait avec un sorcier. Le tout était d’occuper ses pensées d’un élément suffisamment dérisoire pour décourager toute fouille, toute observation extérieure, et l’apprentissage des décimales de pi avait été un rempart fort avisé pour peu que le Primogène n’eût aucune affinité avec les mathématiques.

Elle laissa quelques instants de réflexion à chacun des deux parties, puis elle se hasarda à une proposition.

« Je suis certaine, Orphée, que vous avez de nombreuses questions concernant cet Evêque, et je répondrai avec toute l'honnêteté qu'induit un échange de bon procédé à trois d'entre elles pourvu que vous acceptiez de me narrer par le détail ce dont vous avez connaissance sur votre régent. Un Evêque Lasombra contre un Régent, voici qui semble équitable, non?»

Secrètement, Flamina espérait qu'il ne ferait pas son difficile. Elle n'avait aucune envie de lui autoriser des questions supplémentaires, courant le risque qu'il choisisse de poser les bonnes.

Fiche par Narja
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Pomme d'amour et Barbe à Papa [pv notre petit Primogène Trem']   Mer 3 Juil - 13:33

Diantre j'avais déjà terminé ma barbe à papa ! J'aurais dut véritablement faire l'acquisition d'une deuxième sucrerie. Et dans mes derniers efforts à déguster ce sucre sanguin, c'est à ce moment que Flamina fut animée d'un étrange éclat. Enfin par mes mots j'avais réussis à ramener la Flamina d'il y-a peu. A vrai dire, ce n'était pas conscient de ma part, j'étais moi-même un peu déçu de la tournure de cette discussion. Je me disais finalement que c'était inévitable, nous étions tout les deux adeptes de jeu et de mystère. Sans le vouloir avec mon ton académique, le contenu de mon propos avait éveillé cette Flamina.

Constatant mon bâton dépouillé de sucre je pris initiative de le passer en ma bouche par partie de sa longueur. Il me fallait bien par gourmandise léchouiller les derniers morceaux de sucre survivant. L'action pouvait véritablement apparaitre peu raffiné, mais véritablement, je n'étais pas très raffiné. A vrai dire l'action me faisait fonctionner davantage mes petites cellules grises. Car ce que m'annonçait Flamina était un dilemme.

Dire oui, je voulais des informations sur cet évêque. Il était selon mes informations le seul ennemi dans cette ville en qui je pouvais avoir une certaine estime. Cela faisait par ailleurs de cet ennemi, le seul qui m'inspirait à cet égard de la crainte. Poser des questions sur cet être... Trois principales me venait en effet à l'esprit. Comment pourrait-on définir sa psychologie? Définition et description de la relation Flamina/Shiro Amakusa? Mais surtout, j'aurais voulu questionner Flamina sur le sujet des éventuels projets/envies de Shiro Amakusa. Mais cela semblait fort contrarié, car je devais céder moi aussi quelque chose, c'était un échange après tout. Et Flamina sembla bien au fait de mes petites passions en affichant une barrière mentale à renfort de calcul de décimales.

En d'autres occasions j'aurais bien sur ris, je l'aurais même accompagnée dans sa tache, j'étais curieux de comparer nos limites à ce petit jeu. Mais le ton bien grave, je répondis à la question. Évidemment il fallait préciser que le bâton de sucrerie était sorti de ma bouche. J'avais terminé cela.


"Flamina, je ne saurai accepter tel échange. Il ne s'agit pas de loyauté Tremere, ni de secret défense autour d'un savoir si bien gardé. Non... Il s'agit de principe et de sentiment, je me suis quelque peu attaché à cet individu et ce serait offense faite à Asao que de divulguer ces informations. Sachez bien que j'ai confiance en vous, mais encore une fois, c'est un principe auquel je saurais être intransigeant."


En dire plus sur le sujet serait une erreur. Flamina n'était pas née de la dernière pluie, tout savoir d'Asao Watnabe était dangereux, dangereux pour ce fou. Il avait bien trop d'amis farfelus et un esprit peu protégé pour encore rajouter quelqu'un dans cette confidence. Je ne pouvais pas lui faire courir ce risque. A courir ainsi Asao risquait de perdre sa non-vie, et cela était inacceptable. Alors il me fallait bien changer de sujet.


"Mais dite moi, n'aviez vous point d'informations juteuses à me proposer? J'ose croire qu'il ne s'agissait pas de Shiro Amakusa."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Pomme d'amour et Barbe à Papa [pv notre petit Primogène Trem']   Mer 3 Juil - 15:21

Retrouvailles


Visiblement, le petit primogène était à la fois un adepte des sucreries, et un jeune vampire plein de ressources. Lorsqu’il fit son petit laïus sur ses principes, Flamina tenta de réprimer un fou rire joyeux, mais il s’éleva bientôt, irrésistible. Oui, à la vérité, les choses avaient prises une tournure extrêmement intéressante, extrêmement drôle, et surtout particulièrement ironique. Les affaires juteuses que lui proposait la Nosfératu touchaient justement à cette dette, aussi allait-il être possible, peut-être de réserver quelques surprises au jeune Primogène.

Il semblait bien renseigné, semblait également fichtrement brillant. Il avait sans doute tenté de pénétrer son esprit, et plus probablement encore réussi à y pénétrer.

Elle calma son fou rire dans une dernière note cristalline.

« Mes excuses, Orphée, cette réponse est tout à fait digne de vous, j’aurai à la vérité été déçue que vous acceptiez le marché. Vous êtes un homme de principe, la chose est extrêmement plaisante, je vais donc vous répondre également, avec grand plaisir qui plus est. Votre petit protégé est l’objet de mes informations, Asao Watnabe m’est redevable pour un menu emprunt. L’objet du larcin, je me suis laissée dire que vous l’aviez en votre possession, aussi ne vous parlerai-je pas du journal de jeunesse de Goratrix. »

Elle laissa une pause pour ménager son petit effet tout en achevant sa délicieuse sucrerie. Oh, s’il n’était pas stupide, il devait bien entendu être au courant de la chose, le contraire s’avérerait extrêmement peinant à la vérité.

« Vous m’avez également demandé à quelles fins je souhaite vous faire l’emprunt des services de votre Régent, et cela, je puis bien vous le dire également, Il est dans mes connaissances un traitre, qui souhaite quitter son camp pour l’autre. Je pense que votre Régent pourra nous aider à y voir plus claire en cette affaire, et nous assister dans le jugement qu’il sera opportun de rendre. »

Un sourire aux lèvres, elle contempla l’extérieur. Le monde était petit, vraiment petit, mais heureusement, le nombre de décimales de pi était infini lui.

Fiche par Narja
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Pomme d'amour et Barbe à Papa [pv notre petit Primogène Trem']   Lun 8 Juil - 21:45

Diantre, tout cela était contraignant, très embêtant. Le sucre avait décidément déserté toute surface de ce bâton. Plus aucune parcelle de glucose, rien que du bois sans saveur, quel malheur! J'aurais dut prévoir cette pénurie, acheter des réserves, penser à un plan de secours. Car j'avais encore envie de sucre et la politesse m'indiquait qu'il n'était guère bon de prendre quelques nuages de sucre en la friandise de mon interlocutrice. La prochaine fois je ferais donc plus attention et tenterait de proportionné le sucre par rapport à mes besoins en envie. Pour le moment donc, il me fallait écouter les propos de Flamina. Aussi je déposa d'un air dépité le bâtonnet vierge de glucose à mon coté droit. Puis je fis balancer mes jambes en rythme, comme un gamin qui s'ennuyait. Mais je n'étais guère ennuyé, j'étais captivé par les mots de la dame aux masques. Plus besoin de glucose, mon cerveau était en ébullition. Que répondre... C'était simple et j'avais toujours cet air malicieux quand les choses me plaisaient. J'adorais converser avec Flamina.

"Flamina, vous êtes au fait que j'aurais put passer directement ce livre à Asao. Mais je n'en ferai rien, au contraire je garderais le silence, je ne voudrais pas interférer dans la lettre de votre marché. Néanmoins, au vue du contenu du livre, ce qui ne me surprend guère de la part d'Asao je vous demanderai une faveur. Dite lui après que le marché soit conclus que ce livre vient de moi et que je souhaiterai si possible le récupérer en bon état. Je connais la propension d'Asao à vouloir conserver ses emprunts, mais je tiens particulièrement à ce journal."

Ensuite nous pouvions passer à la deuxième malice.

"Concernant le marché en lui-même. Dans la mesure du crime j'accepte. Je dis dans la mesure, parce qu'une petite frappe sabbatique n'a guère généralement le privilège d'avoir droit à procès. Aussi comme nous avions parlé de Shiro Amakusa récemment, je serais tenté de faire l'amalgame, mais je ne le ferais pas. Cependant, j'aimerais que vous preniez conscience de la chose. Asao est assez bête pour avoir des amis peu recommandables, mais si en son titre il venait à protéger un traitre il ne le ferait pas en son nom, mais au nom de sa maison. Et comme l'exemple de Shiro Amakusa fut donné, ce dernier à éliminé un Tremere récemment et un autre manque à l'appel, le sire du Tremere assassiné. Je n'aimerai pas que par dette, Asao vienne à commettre une erreur bête. Car si Meerlinda est connue pour sa tolérance envers les éléments rebelles. Il y-a des fautes qui ne passeront plus, surtout au niveau de hiérarchie d'Asao. Bien sur c'était le scénario catastrophe, celui ou Shiro Amakusa serait le traitre, une probabilité faible non?"

A travers mon petit air amusé, mes mots ne trompaient pas, je ne pouvais pas illusionner Flamina. Je voulais protéger ce garçon. Il n'y avait qu'une manière d'adapter la dette à cette situation, que je porte moi-même la responsabilité de la décision. Mais le ce devait être à Flamina d'en faire la demande? Aurais-je la fantaisie d'en exiger une dette? Cela avait l'air d'être a la mode ces temps-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Pomme d'amour et Barbe à Papa [pv notre petit Primogène Trem']   Lun 8 Juil - 22:36

Retrouvailles


Tout en achevant sa propre barbe à papa, Flamina écouta avec la plus grande attention les déductions du petit Primogène. Une chose était certaine, son rôle n’était pas usurpé, loin de là, il avait de la suite dans les idées, de la logique, une solide argumentation, et une bonne dose d’humour. Décidément, il lui plaisait bien, et l’amusait en tous les cas, tout autant qu’il contrariait ses ébauches de plans. La chose en était infiniment plus agréable. Flamina fit une chose dont elle avait peu l’habitude, sinon en compagnie d’Elwin, elle se mit à rire, ouvertement et franchement. Un rire sincèrement amusé. Le deuxième rire de la soirée. Orphée avait vraiment un effet très étrange sur elle.

C’était dans ces moments là que Flamina regrettait de n’avoir jamais suffisamment étudié la Cour pour se cacher derrière un vernis de verve bien placée. Mais pour la soirée, il n’était pas question de combat et de rivalité, et l’Ancienne s’avoua bien volontiers vaincue.

« A la vérité, votre protégé ignorait que vous aviez cet ouvrage en votre possession, et ce ne sont que mes … sources internes à la Fondation qui m’ont mises au courant du contenu de votre bibliothèque. D’ailleurs, vous devriez éviter de laisser ces alarmes sur la porte de votre bureau, un jour quelqu’un finira par vraiment se blesser faute d’avoir réussi à les désactiver ! Il ne faut pas jouer avec des enchantements si dangereux, il pourrait y avoir des séquelles pour les pilleurs de votre bureau ! »

C’est non sans un certain amusement que Flamina songea à ces deux petits nouveaux-nés qui avaient osé forcer le bureau de leur primogène sur demande, tout cela pour quelques informations… Ah que les nouveaux nés étaient influençables ! A n’en pas douter, il avaient déjà dû se faire prendre, ces jeunes…

La suite était plus délicate à traiter. Si délicate que Flamina mélangea la mille-deux-cent-vingt-troisième décimale de pi avec la suivante. Dès lors, elle cessa de protéger son esprit un bref instant, et scruta le visage du petit primogène. Cet enfant… non, en cet instant, il n’était pas un enfant mais son égal. Elle le considérait sincèrement ainsi, et elle se devait donc de répondre à sa question implicite, et de prendre en considération ces paroles toutes aussi avisées qu’amusantes.

« Je reconnais votre valeur, Orphée, peu de vampires aussi jeunes que vous se sont montrés aussi clairvoyants. L’Evêque Shiro-Amakusa-chan est un ami. Oh, il est inutile de me menacer d’une quelconque dénonciation, les membres du clan des Masques statuent à l’heure actuelle sur mon sort, en même temps que Messire Christophe, primogène du clan de la Lune me juge dans le silence de sa crypte. Je suis donc navrée de vous ôter ce petit plaisir. Le Scénario Catastrophe est donc parfaitement envisageable, et même tout à fait conforme à la réalité. Puisque votre Régent ne peut bien évidemment pas prendre un tel risque, pour une dette mineure, ce serait bien évidemment disproportionné. Vous attendez certainement que je vous demande votre aide, mettant en échange mes services à votre disposition, et sans doute le ferai-je d’ici quelques temps. Mais envisagez la chose sous cet angle également. Si Shiro-Amakusa-chan est reconnu coupable d’infiltration et détruit, je le serai probablement également. Et un mort ne rembourse ses dettes que chez les Giovanni, n’est-ce pas ? »

Ce petit trait d’humour satisfit Flamina. Elle avait énoncé une vérité, une simple vérité.


Fiche par Narja
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Pomme d'amour et Barbe à Papa [pv notre petit Primogène Trem']   Lun 8 Juil - 23:16

La partie continuait ainsi, dans mon jeu et mes prévisions, sans que rien augure un quelconque changement d'orientation. J'aimais la surprendre, j'adorais la faire rire, je n'aurais jamais imaginer escompté une nuit avoir tant de plaisir à simplement conversé. Flamina avait un esprit fluide et prolifique, une verve qui ne tarissait point en bons mots et humour raffiné. Je pouvais faire l'éloge de cet esprit des nuits entières, mais quel gâchis en pensant que ces nuits je pourrais les user à la voir et la revoir. Le troisième tour, venait de s'achever et le manège venait de se mettre en branle pour la quatrième et dernière fois. Mais nous touchions au coeur du sujet et par mes mots bien placés je venais de créer une faille dans l'esprit de Flam. Le rire et l'amusement avaient déclenchées cela. Même si j'avais prévu cela, il n'était pas question d'entrer, non certainement pas. Tout d'abord je n'en voyais point l'utilité, deuxièmement je n'en avais aucunement envie, comme si la curiosité de recherche ne m'effleurait point l'esprit. Chose étrange...

Et puis de ses mots j'apprenais quantité de donnée, des informations dont je me doutai de leurs existences, et d'autres moins visibles. Comme je le pensais précédemment tout allait en un sens qui me convenait, apprendre en amusant ma chère Flamina. Mais les derniers mots, ce n'était pas une fourberie pour ma part, il s'agissait d'un éclair frappant ma conscience. Si j'avais été au courant de l'instruction de cette affaire par les masques, évidemment que je n'aurais pas traité la question sous cet angle. Mon air amusé disparut, mon sourire également, Flamina avait mis le doigt sur un sujet épineux. Un sujet si douloureux que l'évocation provoqua un bond de ma personne vers Flamina. J'étais debout en cette minuscule cabine, la main droite posée sur la sienne. L'air sonné, perdu et confus, ces mots finalement naquirent.


"Vous ne pouvez mourir ! Je ferais en sorte d'en porter la responsabilité, Asao agira en mon nom, il ne vous sera point besoin de me le demander."

Comprenant l'étrange de la situation je me rassois donc, l'air un peu penaud. Ne comprenant guère le pourquoi de cette réaction virulente. Mais souhaitant échapper à cette question je pensais qu'il s'agit d'une certaine rechute de mon expérience enfantine au studio de cinéma. Néanmoins je tremblais encore à l'évocation de cette possible mort, non cela ne pouvait arriver.

Et déjà le manège approchait de sa fin.


"Un Pontifex tel que moi sera pardonné d'une telle décision. J'inventerai bien quelconque raison politique à ce choix, ne vous inquiétez pas."

Diantre, bientôt la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Pomme d'amour et Barbe à Papa [pv notre petit Primogène Trem']   Lun 8 Juil - 23:46

Retrouvailles


Orphée prit avec beaucoup de plaisir, visiblement, la nouvelle de la défaite en cette joute verbale de la Nosfératu. Il l’amusait, elle lui parlait. Un échange de bons procédés comme un autre. Ce qui était pourtant une boutade concernant les Giovanni sembla soudainement prendre au dépourvu le petit Primogène, et provoquer chez lui une réaction tout à la fois intéressante et disproportionnée. Il se leva, clama qu’elle ne pouvait mourir, et lui promit d’agir en conséquence. Flamina resta stupéfaite un moment, incapable de comprendre ce qui avait pu se passer dans l’esprit du jeune primogène.

Son aura était troublée, agité de feux contraires. Elle y lisait un désespoir si grand, une surprise toute aussi grande. Une surprise douloureuse, une peine et une peur toutes deux profondes. Tous ces sentiments se cristallisaient en un pâle halo changeant autour de la petite main posée sur la sienne. Une petite main froide et morte, figée éternellement dans cette posture. Une fois encore le cœur de l’ancienne Nosfératu se serra. Il était toujours des moments comme celui-là pour se rappeler ce qu’était véritablement leur existence. Une suite de douleurs.

Le petit primogène cru bon d’essayer de se défendre, mais c’était un peu tard. Flamina avait involontairement mesuré l’attachement qu’il lui portait, un attachement sans doute aussi grand que celui qu’elle lui vouait. Pour quelle raison se sentait-elle cette sympathie pour l'enfant? Elle l'ignorait. Cette affection semblait inexplicable, restes peut-être des émotions fortes qu'ils avaient tous deux vécu? Restes peut-être d'une impression fugace de voir en ce petit un fils? Restes peut-être de l'impression étrange de se sentir une proximité d'âme avec ce Tremere? Assurément, malgré son jeune âge il était déjà brillant, et pourtant bien plaisant à côtoyer. Une énigme.

Elle avait obtenu ce soir ce qu’elle était venue chercher, mais elle n’en tirait aucune gloire. Un sourire triste traversa ses lèvres. Une douceur résignée, peut-être, ou bien un sursaut de lassitude qui refaisait surface dans sa non-vie.

« Une victoire aura rarement été plus amère que celle-ci en mon vieux cœur, Orphée. J’obtiens de vous ce soir, sans contrepartie, ce que j’étais venue vous demander, et pourtant je ne parviens pas à me réjouir. Je dois être trop vieille pour ce genre de batailles. »

Un moment, Flamina resta songeuse, contemplant du haut de la nacelle le panorama de la ville. Un tapis de lumières qui lui serra le cœur. Comme les choses avaient changées en six siècles, comme la terre avait changée. Parfois, il lui semblait qu’elle vivait seulement un long, un très long rêve éveillé, mais tel n’était visiblement pas le cas.

« La soirée fut bonne Orphée, je vous demande pardon de soudainement lester de plomb l’ambiance. Merci pour la sucrerie, cela faisait bien longtemps que ce goût sucré m’était devenu étranger, un simple souvenir. Comme quoi l’alchimie a du bon ! »

Elle sourit, un peu plus lasse qu’au début de la soirée.

« Je tiens à vous offrir une contrepartie. Revoyons-nous, Orphée. Ces rencontres me font beaucoup de bien, et j’ai la faiblesse d’espérer que la réciproque est vraie. Vous êtes une personne extrêmement plaisante à côtoyer, petit Primogène ! »

Ses lèvres s’étiraient encore un peu, alors que la roue continuait son tour, inexorablement, pressant la fin de cet entretien de manière bien désagréable.

Fiche par Narja
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Pomme d'amour et Barbe à Papa [pv notre petit Primogène Trem']   Mar 9 Juil - 20:40

Il s'agissait bien d'une victoire, mais je ne l'entendais guère de cet oreille, car gagner ne signifiait plus rien. En tout cas toute envie à obtenir cela paraissait bien dérisoire. Quand la non-vie d'une personne si chère au coeur était ainsi risquée, je me résigna à l'abdication complète. Plus de calcule, ma reddition était totale, sans conditions. J'avais eu peur de la perdre, c'était évident. Une crainte qui ne trouvait point son origine, il s'agissait seulement d'une amitié, une simple amitié. Je ferais sans doute la même chose pour mon cher Régent, ma bonté me perdra, c'était bien ce que me répétait Meerlinda. Aux propos de Flamina mon sang se calmai, maintenant j'avais repris pleine possession de mes moyens. J'étais même désolé d'avoir infligé si amère victoire à mon interlocutrice, à vrai dire je ne perdais pas grand chose, je ne perdais juste un petit temps de justification auprès de Meerlinda. J'étais déjà certain de sa réponse...

Asao et Flamina serait donc couvert, c'était bien le principal. Et concernant Shiro Amakusa, ma foi je n'avais aucun griefs à son encontre. Il résidait bien le meurtre de monsieur Anton, mais comment défendre l'indéfendable, la bêtise et ensuite une frénésie meurtrière, j'aurais fait de même si la situation l'exigeait. Ainsi donc nos affaires étaient réglées, demeurait encore notre histoire, comment allait se finir notre tour de manège.

Ce dernier était arrêté, implicitement nous étions invités à descendre évidemment. J'avouais ne pas trop savoir conclure surtout après tel débordement de caractère. J'étais un peu honteux de ce dénouement, quel regret. Un peu triste je prononça ses mots à la descente de ma petite silhouette.


"Ce fut un excellent passé en votre compagnie, j'aurais aimé que ce moment dure encore un peu mais malheureusement on dirait que mon père me demande."

La fin fut signé d'un sourire, pointant du doigt je désignai un géant dans la foule, les bras levés et agités mon cher Lester apparemment signalait sa présence. Étais-ce véritablement utile... Ainsi donc j'allais partir ainsi, non je ne pouvais pas, sur une note aussi terne, c'était impossible. Je n'avais à vrai dire plus rien à faire des apparences et dans un mouvement solennel alors que Flamina sortait à peine de notre cabine, je lui pris doucement la main. En bon français je ne put résister à la pratique du baise-main.


"Moi aussi il me plairait de vous revoir. Disons que la victoire ne fut pas si amère que cela. Refaisons le match, vous m'avez demandé de protéger en mon nom votre ami ce que je vais faire. En échange acceptez ma proposition, accompagnez moi au bal donné par notre chère Prince. Je vous en prie ne me laissez pas y aller avec Lester."

J'avais repris mes couleurs enfantines et ma mine signifiais que j'étais bien trop mignon pour refuser ma demande. Sur ces mots je m’apprêtais à quitter la dame aux masques, mais je voulais juste l'entendre prononcer sa réponse. Diantre que Lester pouvait être insistant !

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Pomme d'amour et Barbe à Papa [pv notre petit Primogène Trem']   Mar 9 Juil - 21:14

Retrouvailles


Voici que le tour de manège touchait à sa fin. Flamina Adams en était un rien peinée de savoir qu’ainsi s’achèverait une rencontre, une très belle rencontre. Mais il y en aurait d’autres, sans doute, surement, d’autres retrouvailles, en un lieu ou en un autre. Celle-ci avait été extrêmement plaisante, peut-être même l’une des plus belles de sa longue existence, et Dieu savait que Flamina jouissait d’une excellente mémoire. Ces instants et les paroles de l’enfant qu’elle en venait à considérer comme son égal se gravaient dans ses pensées.

Elle accepta avec un sourire les mots qu’il prononçait lorsque, une fois le manège arrêté, il descendait de la cabine. Elle le suivit, avisant du coin de l’œil un haut vampire. Son père… il semblait bien jeune pour cela, son aura avait encore certaines traces d’instabilité. Un Tremere, bien entendu, son infant peut-être ? Elle ne put résister à l’envie de glisser une petite pique, et pas seulement parce que le nom de Lester était connu de ses services.

« Qui est le père, qui est le fils, je me le demande Orphée. »

Flamina Adams avait retrouvé son grand sourire, toute heureuse de se trouver là, en si aimable compagnie. Le petit lui prit la main en douceur, et y appliqua ses lèvres en un mouvement solennel. Un souvenir s’agita dans l’esprit de Flamina. Un enfant, un petit prince qui venait la saluer alors qu’elle sortait de la chambre de l’empereur, son père. Le Prince, le fils légitime salua la concubine de son père en une révérence courtoise et de bon goût. La jeune femme qu’elle était alors s’en était trouvée extrêmement surprise, extrêmement touchée. De la même façon, l’agissement d’Orphée la toucha doublement au cœur. En premier lieu, elle se sentit comme cette courtisane, cette pute royale qu’on traitait avec la déférence et l’humanité due à une Dame, un honneur qu’elle avait oublié, et qu’on lui rappelait. En second lieu, le geste de l’enfant provoqua en elle un contentement joyeux, un sentiment qu’elle ne parvenait pas à identifier, mais qui l’emplissait de bonheur. Avoir l’estime d’une âme à qui elle-même prêtait une grande attention et pour qui elle éprouvait une révérence plus grande encore la portait vers un bonheur bien singulier.

Sa prière… Comment aurait-elle pu refuser une si charmante invitation ? Le simple fait qu’il acceptât de la revoir suffisait à combler de joie la vieille Nosfératu. La compagnie du petit Primogène était extrêmement plaisante, et la joute verbale plus encore. Il rivalisait de stratagèmes et de clairvoyance. Deux qualités que Flamina aimait lorsque l’usage qui en était fait n’était point malveillant. Et cela... l'Usage... elle déterminerait s'il était ou non malveillant lors d'un soir prochain.

« Je vous accompagnerai très volontiers, cher Orphée. Nous poursuivrons donc cette joute sous le couvert de l’Elyséum, derrière nos masques. »

Elle resta là, souriante, attendant de voir la réaction de l’enfant, de le voir retourner auprès des siens. A ce moment là, alors, seulement, elle pourrait retrouver la douceur de son foyer, un souvenir bien agréable à méditer.

Fiche par Narja
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pomme d'amour et Barbe à Papa [pv notre petit Primogène Trem']   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pomme d'amour et Barbe à Papa [pv notre petit Primogène Trem']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fantômes et... pomme d'amour (pv) (terminé)
» Barbe à papa et pomme d'amour | ft. JAYTHER
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» Evenement 002 ; Fête foraine
» MAD ⟡ Je suis là pour manger de la barbe à papa et te voler ta copine.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire la Mascarade :: Hors Jeu :: Archives :: RP avortés-