Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Briefing de luxe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: Briefing de luxe   Lun 27 Mai - 16:50

Bienvenue à LA !

Ce fut la première chose qu'elle vit en entrant dans la ville : une formule d'accueil plutôt enthousiaste, avec des lumières, et une jolie image de gens souriants. En miroir, la rousse afficha également un large sourire aux canines pointues, manifestement amusée par ce panneau. Si la personne l'ayant dessiné puis placé savait à qui il venait d'indirectement souhaiter la bienvenue... Il le brûlerait sans hésitations.

Mais pour le moment, Chrissy se sentait bienvenue. C'était agréable, ça. Il était 23h30, la circulation était plutôt fluide, et elle pouvait du coup conduire sa Yaris hybride noire sans aucun problème. La musique du jour était Unexpect, résonnant à haut volume dans l'habitacle du véhicule, et la destination était l'Empire Hotel, en centre ville. Christina ne connaissait pas trop les hôtels de la ville, mais avec un nom pareil, ça devait être un endroit plutôt bien coté.

A Baltimore, on ne lui avait pas dit qui elle rencontrerait, simplement qu'elle devait se rendre là-bas dès son arrivée. La Gangrel n'était pas vraiment contrariante, de ce côté-là... On lui dit d'y aller elle y va, mais cela ne l'empêchait pas d'être curieuse. Qui, au juste, avait sa planque dans un hôtel de luxe, le genre d'endroit en général totalement miné par les Toréadors et les Ventrues ? Un ductus un peu habile en matière de politique camariste ? Une goule qui jouait double jeu avec un haut-placé de la praxis de Los Angeles ? Un ancien primogène qui, ayant perdu son poste suite à diverses intrigues, a décidé de trahir son camp par dépit et jalousie ?

Ah, tout ce suspense... Quoi de mieux pour stimuler une faim déjà bien présente ? Car faire Baltimore-Los Angeles par la voie rapide, ça ne laissait pas énormément de temps pour faire des pauses déjeuner. Presque 4.300 bornes, plus de 40 heures de trajet à faire en moins de trois jours, ça ne laissait pas le temps de profiter de la formule une nuit + petit déjeuner. Et le pire, c'était que ses frais n'étaient même pas couverts par le Sabbat ! Ils n'avaient même pas une carte de crédit d'entreprise, ou autre chose de ce type... Franchement, bonjour l'organisation. Enfin elle avait quand même gardé les notes de frais au cas où... Selon le tempérament de la personne qu'elle croiserait, peut-être que ce serait jouable...

Une fois en centre ville, en tout cas, elle se gara assez rapidement pour terminer le chemin vers l'Empire Hotel à pieds. L'endroit était... étrangement déprimant, de nuit. Ce vieil hôpital abandonné était creepy au possible, et plusieurs bâtiments avaient une allure suspecte au mieux, super chelou au pire. Elle était pourtant en plein dans un des centres financiers parmi les plus actifs au monde... Mais l'influence hautement corruptrice du Sabbat était là. Quoique pas seulement... Il y avait autre chose ici, qui n'inspirait que très peu Chrissy. Alors qu'elle était censée incarner une sorte de monstre cauchemardesque, la légende urbaine, la créature qui enlevait les enfants la nuit pour les dévorer... Elle n'était pas rassurée par ce quartier.

Arrivant finalement dans ce satané hôtel, elle se dirigea vers la réception mais se fit immédiatement arrêter par une sorte de type, un dénommé Alexander, qui lui indiqua qu'il allait la guider. Tiens donc... Elle le suivit, l'observant attentivement alors que l'ascenseur montait, pour finalement arriver à l'étage voulu. Il y avait peu de chambres, ici, et elles étaient espacées, ce qui voulait dire qu'elle était à l'étage des suites.

- Et si j'allais dans cette chambre à l'isolation sonore parfaite, isolée, où on ne m'entendrait éventuellement même pas crier ? lança-t-elle avec un large sourire à la goule.

La rousse se retrouva finalement seule devant la porte de la chambre.

- J'imagine qu'il faut que je frappe... marmonna-t-elle seule, avant de s'exécuter, toquant sur la porte de façon très sobre.

Pour une fois, elle n'avait pas joué de trombone ou dieu sait quoi d'autre d'étrange pour s'annoncer. Mieux valait la jouer discret pour le moment, elle aviserait après selon son interlocuteur...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Mar 28 Mai - 11:37

Ce soir était très particulier. Ce soir, Alexander allait devoir jouer à un jeu qu'il détestait au plus haut point. Il allait devoir agir et parler en lieu et place de son Maitre, et sous la surveillance de celui-ci. Ce soir, il serait jugé, et l'homme savait, par expérience que les Jugements de l’Archevêque étaient généralement impitoyables.

Pour le moment, il avait obéit aux ordres tout comme à son habitude, ayant réservé une suite dans l'Empire Hotel, avait fait venir une des calices du Maitre, au cas ou le besoin s'en fasse sentir, et s'était posté dans un des canapés du Hall de l'Hotêl, en attente de son Rendez Vous.

Oui, en cette belle nuit Alexander devait rencontrer un Vampire et réaliser, ni plus ni moins qu'un entretien d'embauche. Oh ce n'était pas la première fois, certes, qu'il se chargeait de ce genre de choses à la place du Maitre, car son temps était précieux, mais aujourd'hui, il y avait un caractère assez particulier à cet entretien.

Il n'eut aucune difficulté à reconnaitre la demoiselle, ayant certaines informations sur ses habitudes vestimentaires et de coiffure, il se leva donc lorsqu'elle arriva, la saluant d'un geste courtois du chef, et l'invitant à le suivre vers l'ascenseur après s'être présenté, sous le nom d'Alexander.

Une fois arrivé devant la porte de la Chambre, quand la rousse toqua à celle-ci, l'invita à entrer en passant un badge-clef devant le boitier de sécurité.

"Vous pouvez entrer, je vous en prie."

Alexander suivit son invitée tout en lui indiquant le salon, et deux fauteuils disposés de trois quart. Il l'invita à s'assoir, et en fit de même, non sans avoir récupéré sur la table une pochette plastique en en tirant quelques feuillets. La lumière était tamisée, un léger fond musical comblait le silence, mais malgré cela, Christina pouvait ressentir une impression oppressante, une présence gênante... Il y avait certainement un autre vampire à proximité...

"Christina Scarlett c'est bien cela? Du Clan Toréador?"

L'entrée en matière. Il l'avait réfléchi pendant toute la journée, pour ne pas la rater. Il savait que son Maitre l'observait, et voulait l'impressionner. La pauvre serait certainement en situation délicate face à ceci, mais après tout, si elle devait infiltrer la Camarilla, il fallait s'assurer de ses capacités... Diverses.

En temps normal, il lui aurait demandé si elle avait fait bon voyage, si elle avait déjà un endroit ou passer la journée, ou bien s'il pouvait lui rendre un quelconque service. Mais ce soir, ce n'était pas en temps normal...


"Votre dossier est très... Particulier. Certains points sont excellents, mais d'autres sont plus ennuyeux... J'ose espérer que vous ferez en sorte de n'y ajouter que des points positifs durant votre séjour à Los Angeles..."

Tout en observant les réactions de son invitée, Alexander se leva, et se dirigea vers le bar qui occupait un des angles du Salon, en sortit une petite bouteille, et versa le contenu dans un verre à whisky. Le liquide était rouge sombre, et pour un œil avertit, il ne laissait aucun doute sur sa nature. Du Sang.

Il revint vers Christina le verre à la main, tout en le lui tendant...

Les ordres du Maitre étaient on ne peut plus explicites. La future infiltrée DEVAIT être liée au sang. A Alexander de trouver une manière de présenter la chose. Et il avait son idée. Il comptait être l'amant de Christina, ce qui justifierais un lien de sang mutuel entre eux aux yeux de n'importe quel vampire Camariste... Et ce qui justifierais surement aussi qu'ils se rencontrent ou s'écrivent régulièrement. Cela lui paraissait être une excellente couverture pour l'infiltrée. Restait à ce qu'elle l'accepte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Mar 28 Mai - 17:26

La première chose qui surprit la rousse fut le fait que le type qui l'avait accueillie était bel et bien le type qui la recevrait, aussi. Pas une goule, ou quelque chose du genre. Ou était-ce une goule ? Pour le coup, elle regrettait de n'avoir pas approfondi ses connaissances dans l'autre don de sang des Toréadors... Elle aurait pu le détecter aisément. Mais cette petite surprise ne la perturba pas outre mesure, elle entra simplement et s'installa alors qu'on lui proposait.

Elle ne put s'empêcher néanmoins de parcourir la pièce du regard, alors qu'une sorte de malaise oppressant se révélait à elle. C'était différent de ce qu'elle avait ressenti dehors. Dehors, c'était une sensation de corruption, de décomposition inévitable, de voile de ténèbres recouvrant toute forme de vie. Ici... Il s'agissait plutôt d'un malaise latent, un peu comme celui que l'on ressentirait en sachant qu'un prédateur se dissimule mais sans parvenir à l'apercevoir.

L'étrange homme s'adressa finalement à elle, lui demandant si elle était bel et bien Christina Scarlett du clan Toréador. Tiens donc...? La première chose qu'elle pensa à ce moment fut "Mais qu'est-ce-que c'est que ce zigue, là ?". L’Évêque Nolan, le Lasombra qui l'avait envoyée ici, ne lui avait pas précisé avec qui elle aurait rendez-vous. Est-ce-qu'il l'avait envoyée directement parmi les Camaristes sans même passer par la case briefing ? La situation était sévèrement gênante, et pour parvenir à quelque chose, elle devrait tenter de clarifier la situation habilement.

Elle ne répondit donc pas immédiatement, préférant l'observer pour le moment et le laisser finir ce qu'il faisait, comme si elle attendait qu'il ne s'asseye pour discuter. En apparence une marque de politesse, en pratique un instant pour calculer.
Et lorsqu'il sortit le flacon pour verser le sang dans un verre, il n'y eut plus énormément de doute pour elle... Ce n'était pas du tout un type du Sabbat. En général, c'était surtout les Ventrues qui avaient leurs petites réserves de sang "spécial", à boire dans un beau verre en cristal. Dans les réunions de meute, le sang était en général pris "à la source". Il fallait donc être prudente. Les chances que ce type soit un Camariste étaient élevées, pour elle.

- Effectivement, répondit-elle en observant le verre avec une mine sceptique. Je n'imaginais pourtant pas avoir mon propre dossier. J'admets être une musicienne d'exception, mais de là à être enregistrée...

Tenant le verre du bout des doigts, elle inclina légèrement la tête tout en observant Alexander. Elle avait une bonne question à lui poser.

- Je vous prie de m'excuser de cette impolitesse, mais hélas, on m'a indiqué de venir ici sans me préciser quel serait le nom de mon interlocuteur. Je ne voudrais commettre d'impair en omettant votre titre... Vous avez été prévenu de mon arrivée par sa majesté Calebros, je présume ?

Le prince de New-York, c'était le dernier endroit où elle avait traîné et été vue, quelques mois plus tôt. Maintenant, il y avait deux options. Soit il était bien de la Camarilla... Auquel cas il prétendrait que Calebros l'a prévenue, ou alors il dirait que c'était une autre personne... Soit il était du Sabbat et il dirait alors que c'est l'Évêque Nolan qui a annoncé son arrivée.
Il y avait bien d'autres options, évidemment... Mais elle ne pouvait se préparer à toutes les éventualités systématiquement, et décida donc de se focaliser sur les plus probables.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Mer 29 Mai - 13:39

Alexander trouva le temps long, très long, face à la jolie Rousse, avant que celle-ci ne réponde à sa question. La demoiselle rendit bien son étonnement, face à l'emploi du terme dossier. Oui, il avait un dossier fourni sur sa personne, et ses aptitudes de musiciennes ne figuraient parmis les points les plus importants ou les plus notables. Même si elles étaient nécessaire à sa couverture de Toréador.

Sa question quand à son identité fut plus déroutante pour Alexander. Elle ne se laissait pas avoir, mais refusait aussi de se plier totalement au jeu. Avait elle besoin qu'il lui assène la vérité de but en blanc? Il décida donc de lui accorder une réponse en demi teinte, sans toutefois lui donner trop de facilité.

Il leva son bras, et le tendit dans la direction de Christina, pour attraper sa main avec douceur, dans un geste délicat et romantique. Son visage se parant d'un sourire aimant mais gêné...


"Christina, enfin... Vous ne vous souvenez pas de moi? Alexander, votre ami, votre amant..."

Comprendrait elle qu'il ne voulait pas briser la couverture, ou bien devrait il être plus explicite?

"Mais revenons à des considérations plus importantes. Vous souhaitez rejoindre la Cour de Son Altesse Amélia Quinn, et je peux vous y aider. Je suis même là pour cela. Entre autres..."

Attendant de voir les réactions de son interlocutrice, Alexander but une gorgée à son verre. Une gorgée de sang. Il avait appris à en apprécier le gout avec les années...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Mer 29 Mai - 21:37

Chrissy ne savait pas trop comment prendre ça. Cette histoire n'était... pas nette. C'était vraiment la première fois que quelqu'un se comportait de cette manière face à elle, et comme souvent, elle serait plus ou moins forcée d'improviser. Les options n'étaient pas si nombreuses que ça, au final. Soit il était du Sabbat et se donnait un genre, chose qu'elle n'avait jamais vu mais au fond il y a des Malkaves Anti-Tribu partout, soit il était de la Camarilla mais il avait carrément tourné la carte.

Son premier instinct aurait été de lui découper la gorge à coups de griffe pour avoir osé la gonfler. Parce qu'autant le dire, pour ce qui était des briefing, elle préférait amplement quelque chose de simple, de concret, de direct, d'efficace. Elle jouait le jeu à longueur de soirées lorsqu'elle était infiltrée au sein de la Camarilla... ce n'était pas pour faire des heures supplémentaires lors des réunions de meute. Mais à Rome, tout ça... Elle décida donc de jouer le jeu, pour le moment, même si elle avait un peu de mal à bien saisir l'intérêt.

La tester, peut-être ? Le responsable devait être bien tordu, pour inventer un "test" aussi bizarre... Elle n'avait pas hâte de partager un vinculum avec un type de ce genre, autant le dire. Mais de toutes façons, infiltrée ou non, elle serait obligée de prendre part à au moins une vaulderie avec l'une ou l'autre meute locale à laquelle elle serait indirectement assignée. Restait à savoir qui formerait cette meute... Le prêtre, notamment. Elle avait toujours eu un peu de mal avec les prêtres de meute. Trop... hautains, peut-être, comme s'ils avaient une sorte de pouvoir divin alors qu'ils ne faisaient qu'appliquer aveuglément des rituels du Sabbat, rien de plus.

- Bien entendu, Alexander, répondit-elle donc en levant les yeux au ciel, l'air de dire "quelle sotte d'avoir omis ce détail".

Bien entendu... Alexander... Si ça se trouvait, il s'appelait "Vieille prostate moisie" ou dieu sait quoi d'autre... Cette ambiance ne lui plaisait absolument pas. Elle avait suffisamment à faire avec les manipulations de la Camarilla au sien de la Camarilla elle-même, ce n'était pas pour s'en taper en cadeau derrière avec le Sabbat.

- Je souhaiterais en effet me présenter à sa majesté la reine de Los Angeles, mais malheureusement les personnes m'ayant conseillé cette amicale praxis n'ont pas pensé utile de m'indiquer l'emplacement de l'Elyseum, ou même le nom du gardien de celui-ci.

Elle fronça alors les sourcils, prenant un air intrigué, curieux, peut-être légèrement joueur.

- Cela étant mentionné... Ma venue aurait dû être une surprise. Qui vous a prévenu, mon cher amant ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Jeu 30 Mai - 15:58

Le temps du jeu et du test était terminé. Alexander sentait que la discussion allait durer indéfiniment s'il ne parvenait pas à poser les bases de la relation. Aussi décida-t-il de changer son fusil d'épaules. Il finit d'écouter Christina, la laissant poser ses questions sans se trahir, mais en essayant de sortir du jeu...

"Christina ma chère, je vous accueille ce soir parce que l'on vous a envoyé vers moi, parce que c'est à moi que vous rendrez vos comptes, et parce qu'hormis la Camarilla, vous ne connaitrez que moi. Comprenez que je formules les choses ainsi, à demi mots, de manière parfaitement voulue, pour nous protéger tous deux d'une éventuelle intrusion dans vos pensées ou de questions trop précises..."

Serait ce plus clair et compréhensible ainsi, ou faudrait-il qu'il soit encore plus explicite? Et elle n'avait toujours pas bu...

"J'espère que j'ai répondu à vos interrogations quand à mon identité, notre collaboration et notre amour réciproque... Auquel je souhaite porter un toast."


Dit il avant de porter le verre à ses lèvres, dégustant ainsi le Sang délicieux de son Maitre, tout en observant Christina et ses réactions. L'atmosphère dans la salle était toujours tendue, oppressante, mais moins terrifiante. Pour changer de sujet, il décida de parler des informations qu'il avait...

"Je ne puis vous renseigner sur l'identité du Gardien, mais je peux bien sur vous indiquer le lieu : Il s'agit du Manoir Little Dove, sur Hollywood, il est relativement bien gardé. De plus, je peux vous dire que le Prévot est un jeune Malkavian... Je ne sais pas qui s'occupe des autres "affaires" de la Camarilla... Hormis le Prince, Amélia Quinn, bien entendu."

[HRP : Désolé, j'ai eu beaucoup de mal à répondre...]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Jeu 30 Mai - 18:20

La gangrel haussa un sourcil, l'air peu convaincue. Il n'était donc pas au courant de sa "formation" auprès de son ancienne prêtresse. Les intrusions dans ses pensées... Oui, la rousse savait que c'était possible, mais elle savait également que c'était en grande partie pour cette raison qu'elle avait été torturée et manipulée pendant des années entières... Pour pouvoir se convaincre totalement de dire la vérité, lorsqu'elle mentait. S'intégrer totalement dans son rôle, à tel point que même ses pensées -du moins les moins profondes- étaient "propres".

- Je peux comprendre cette précaution... même si elle ne m'enthousiasme absolument pas.

Lorsqu'il proposa le toast, elle leva les yeux au ciel avec un air exaspéré. Elle avait l'impression d'être tombé sur le pire des amateurs imaginables... Boire du sang dans un verre lui semblait parfaitement ridicule, dans de telles circonstances. Lorsqu'elle devait faire bonne figure au sein de la Camarilla, encore... Admettons. Mais ici...

- Sans rire, un verre ? Vous allez bientôt me dire qu'il vient d'une poche de sang issue de la banque de l'hôpital le plus proche, histoire de ne pas blesser quiconque ?

Elle but malgré une partie du verre, sans quitter cette mine très peu convaincue. Elle avait faim, et son dernier repas remontait à plusieurs jours... Cela ferait office d'apéritif, qui sait. Peut-être son hôte avait-il prévu quelque chose de plus adapté à ce genre de situation... Elle aurait apprécié un calice féminin, tiens. Milieu de trentaine, venant d'un milieu un peu aisé, avec une alimentation équilibrée... Le sang était de meilleure qualité chez les personnes qui se nourrissaient convenablement.

Maintenant, ces considérations alimentaires mises à part, les conditions présentées par le type en face d'elle paraissaient... au mieux fantaisistes. Déjà parce que n'importe quel agent du sabbat devait se soumettre aux rituels de meute tels que la vaulderie, au moins pour empêcher ledit agent de trahir et retourner sa veste. Ne pas le faire semblait au minimum stupide, au maximum suicidaire à la gangrel.

- Concernant l'identité du gardien, je suis sûre que vous pourrez me renseigner, car vous êtes de la Camarilla, déclara-t-elle alors. D'abord, parce que vous ne connaissez rien au Sabbat. On ne boit pas "un verre", on boit à la source. Vous avez été incapable de donner le nom de l'évêque qui m'a envoyée. Un nouveau membre, même infiltré, est soumis au rite de vaulderie afin de s'assurer de sa fidélité et le rendre insensible aux liens de sang. La Camarilla connaît peu ce rite, rares sont ceux qui connaissent bien nos rituels, en fait. Ensuite, parce que votre attitude est incohérente. Votre façon d'agir sonne faux. Lorsqu'on est restée cachée au sein du clan Toréador pendant des dizaines d'années, c'est quelque chose qu'on apprend très vite à ressentir. De plus, une "relation amoureuse", ça n'existe pas dans la Camarilla, c'est même vu comme un signe de faiblesse. Avoir une relation amoureuse est un suicide politique, car cette relation sera exploitée et utilisée pour faire pression. Vous n'êtes donc pas un membre du Sabbat. Vous êtes... Je sais pas, un blaireau.

Chrissy observa longuement son interlocuteur, finissant par en arriver à ce qu'elle voulait dire.

- Se faire passer pour une Toréador est un exercice difficile... Il faut remodeler sa personnalité en profondeur, croire à tout ce que l'on dit à chaque instant pour ne pas se faire trahir par une personne indélicate qui lirait les auras. Être persuadée de sa propre bonne foi alors que l'on ment ouvertement. Abandonner tous ses traits de caractère, toutes ses envies... Je vais devoir abandonner la chasseuse que je suis pour me fondre dans la masse. Mais avant de le faire, je vais vous chasser. J'aime ça, chasser. Je vais en profiter tant que je peux encore le faire. C'est pour ça que je vais vous laisser deux secondes d'avance, pour le plaisir de vous courir après.

La rousse termina alors le verre d'un trait, avant de revenir à Alexander, sortant dans un bruit d'os qui craque des griffes de ses doigts.

- Une fois que je vous aurai attrapé, je vous ouvrirai de haut en bas dans la baignoire, je boirai tout ce qu'il y a à boire dans votre corps lamentable jusqu'à ce que vous finissiez desséché, et je planquerai votre corps désincarné et vide dans l'hôpital abandonné qui se trouve quelques rues plus loin. Je me ferai ensuite passer pour vous en changeant d'apparence, pour faire croire que vous avez quitté l'hôtel, en très bonne santé.

L'excitation était intense. Elle n'avait pas fait ça depuis longtemps, le fait de dire à sa proie tout ce qui allait lui arriver augmentait encore cette exaltation qu'elle ressentait quand elle chassait.

- A vos marques...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Ven 31 Mai - 7:37

Alexander écouta attentivement les propos du Gangrel, son visage et son moral se dégradant au fur et à mesure qu'il comprenait ou elle voulait en venir. Il n'avait pas été pris au sérieux, et c'était fort dommage. Elle pensait qu'il était de la Camarilla, mais était elle complètement idiote pour ne pas être capable de saisir un sous-entendu.

Elle but le sang, tout en critiquant sa manière de présenter les choses. Elle s'était persuadée qu'il n'était pas du Sabbat, et peut être était-ce une bonne chose, mais de quoi parlait elle... Une chasseuse, une animale, Gangrel, cela paraissait logique. Le visage d'Alexander exprima un mouvement de recul à la mention de la Chasse qu'elle entendait lui mener... Il ne menait plus du tout la conversation. Il devait se reprendre... Il répondit, se levant de son siège, parlant plus fort, hurlant presque après que Christina ait parlé des deux secondes d'avances.


"Christina. Cessez de raconter n'importe quoi! Vous n'avez rien compris à ce que je souhaitais pour cette entrevue."


Il n'allait pas fuir. Elle n'était pas sérieuse. Elle ne pouvait pas le tuer ainsi. Elle ne ferait pas cela... Alexander essayait de s'en persuader, mais son instinct de survie obligeait malgré tout son corps à se reculer de quelques pas. Il ne pouvait pas fuir, cela ne le sauverait pas, mais... Il fallait la raisonner...


"Je pensais pouvoir éviter les platitudes... Je vais vous expliquer..."


Mais il était trop tard, les deux secondes étaient passées. Des gouttes de sueurs perlaient sur le visage d'Alexander. Il n'allait pas mourir maintenant. Comment ne pouvait elle pas avoir compris. Non, Sacha l'empêcherait de le tuer. Sacha le protègerais, il l'avait servit loyalement et parfaitement pendant tant d'années... Allez... Sors. Par pitié...

...

Sacha écoutait la conversation. Il avait été étonné de la manière de procéder qu'avait choisit sa Goule, mais si elle fonctionnait, il n'était pas du genre à blâmer les bonnes initiatives. Seulement, manque de bol pour la Goule en question, son idée avait l'air de fonctionner moins bien que prévu. Il n'avait pas encore entendu de bruit de course, Alexander n'avait donc pas fuit, ou pas encore. A quoi pensait il? Imaginait il qu'il le sauverait, après une telle erreur? Pauvre homme, idéaliste et naif pour croire que son Maitre le sauverait après avoir entendu son jeu minable. Non. Une chasse allait commencer, et Sacha en ressentait l'excitation.

Christina, la Gangrel pouvait bien se faire plaisir, Alexander ne quitterait pas l'Empire Hotel vivant cette nuit.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Sam 1 Juin - 14:27

"Christina. Cessez de raconter n'importe quoi! Vous n'avez rien compris à ce que je souhaitais pour cette entrevue."

- Prêt...

"Je pensais pouvoir éviter les platitudes... Je vais vous expliquer..."

- Partez.

La rousse disparut alors, instantanément. En fait, c'était même comme si elle n'avait jamais été là, comme si la goule avait passé cinq minutes à parler toute seule dans une chambre, situation déprimante mettant en scène un homme dont la psyché, altérée et mutilée par la solitude, était en train de s'écrouler. Quelle tristesse...

Mais d'un coup, il ne fut plus seul. Sortant de nulle part, il put voir une griffe, au bout d'un doigt, au bout d'une main, au bout d'un bras, au bout d'une femme à l'allure parfaitement maléfique. Les yeux luisant de rouge, les crocs sortis, une expression effrayante au visage, cette sorte de monstre de cauchemar venait de planter ladite griffe dans la gorge du pauvre homme solitaire, l'empêchant ainsi de crier sans pour autant mettre de sang partout.

Alors qu'il étouffait, cherchant une bouffée d'air sans pouvoir en récupérer à cause du trou dans son larynx, il se fit traîner par la rousse enragée jusqu'à la salle de bains, se faisant brutalement jeter dans la baignoire.
Enragée... Ce n'était pas vraiment le terme. Elle avait l'air totalement surexcitée, comme un chaton qui jouerait avec une souris et qui la frappe, lui mettant coup de griffes après coup de griffes, sans la tuer, pour jouer.

Et d'ailleurs, le premier coup de griffes tomba, lui déchirant une partie du visage. Puis le deuxième, le troisième, dévisageant le pauvre homme qui ne pouvait produire le moindre son. La gangrel planta alors ses crocs dans la gorge de sa victime du soir, mais au lieu de boire le sang, elle décida de tirer en arrière, arrachant un morceau de chair et faisant couler une grande quantité de sang à l'intérieur du bassin. Elle finit par se jeter sur cette plaie béante de la taille d'une main, suçant et buvant le sang qui s'écoulait de manière chaotique avec des grognements de satisfaction.

La course n'avait pas vraiment eu lieu comme elle l'avait espéré... C'était donc un petit peu décevant, mais le plaisir étant pourtant plus que présent chez elle. Peut-être aurait-elle l'occasion de s'adonner à une "vraie" chasse, plus tard... Mais pour le moment, elle avait préféré s'amuser, créant ainsi cette scène d'horreur absolument écœurante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Lun 3 Juin - 11:59

Rien à faire. La sotte refusait de comprendre ce qu'il tentait en vain de lui expliquer. Elle n'avait véritablement pas envie de faire des efforts, elle refusait de réagir comme elle l'aurait du. Alexander commençait à être véritablement effrayé, et sa peur devint terreur lorsqu'il entendit l'avant dernier mot. "Prêt..." Ce n'était pas bon. Le Maitre aurait déjà du intervenir, se faire connaitre, se signaler, crier, agir, faire quelque chose... Mais rien.

Rien d'autre que le signal de sa mort prochaine. "Partez." Et si Sacha n'était plus dans l'appartement, connaissant le larron, c'était envisageable. Un instant, Alexander se prit à réfléchir à la possibilité qu'il ait commis une erreur de jugement. Il se croyait protégé, mais, peut être était il réellement seul face à cette Gangrel folle, peut être qu'il était réellement à sa merci désormais...

D'ailleurs, ou était elle? Qui? Que? Rien. Il était seul. Mais pourquoi avait il si peur, sortait il d'un cauchemar. Peut être, surement. L'entretien devait ne pas avoir commencé, mais pourquoi était il déjà dans le salon de réunion et pas en bas en train de l'attendre? Alexander se retourna, fit un pas vers la porte, et s'arrêta net.

Douleur.

Il baissa la tête vers la source de la douleur. Son cou. Un bras, une main, une griffe, plantée dans son cou. Le démon était devant elle, yeux rouges, griffes longues et tranchantes, air furieux. Frénésie? Il fallait essayer, crier, prévenir quelqu'un. Si Sacha n'était pas là, peut être que des gens dans l'hôtel l'entendraient. Arriveraient ils à temps?


"..."

Pas un son. Le silence le plus total, il ne parvenait pas à parler, encore moins à crier. Son regard se fit suppliant, il n'avait que cela. Ses bras s'accrochèrent, ou du moins essayèrent de s'accrocher aux griffes, comme s'il parviendrait à les enlever, ou les bloquer. Il le savait, il n'avait aucune chance, mais son instinct de survie avait pris le dessus, la raison n'entrait plus en ligne de compte.

Et les coups affluèrent, la douleur submergeait son esprit, accrue par la terreur qui le parcourait. Il sentit sa peau s'ouvrir. Que lui arrivait il? Douleur, c'était la seule réponse compréhensible à son esprit. Plus de douleur, plus forte.

...

La chasse avait commencé. Au son, le corps d'Alexander était déplacé, trainé jusqu'à une salle plus petite, plus intimiste. Sacha s'y rendit à son tour. Alexander ne méritait pas d'être sauvé, mais il méritait une explication.

Sacha ressentait aisément l'excitation qui ressortait de cette chasse, il suivit l'odeur délicieuse du Sang jusqu'à arriver au lieu du Carnage. Sa Goule trempait dans un bain de son propre Sang, et la fameuse Christina était en train de s'en repaitre. Elle allait finir par le tuer elle même, à moins qu'il ne l'en empêche...

Sacha attrapa donc la Gangrel par le cou, et la repoussa à l'écart de son Serviteur, ou plutôt de ce qu'il en restait. Il s'adressa à elle d'un air gêné...


"Permettez que je m'entretienne avec Alexander..."

Puis, s'adressant au futur cadavre, affichant une expression de profonde déception sur son visage, feignant d'être ennuyé par la perte...

"Tu as échoué Alexander, je suis désolé. Tu savais pourtant que je suis profondément allergique à l'échec et aux erreurs."

Se baissant vers son Serviteur, Sacha plongea sa main dans ses entrailles, allant saisir son coeur, alors qu'Alexander cherchait à attraper ledit bras de sa main libre, désespérément. Sacha usa alors de vicissitude pour en augmenter le volume par trois, et augmenter la puissance des muscles, ce qui allait immanquablement provoquer un reflux sanguin beaucoup plus fort, plus intense. Il avait simplement ouvert les robinets au maximum en quelque sorte, plus qu'au maximum en réalité...

Puis, se tournant vers Christina, son visage parfaitement sérieux, avant d'aller s'installer au salon :


"Il est à vous. Rejoignez moi au Salon quand vous aurez terminé."

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Lun 3 Juin - 17:57

Ce n'était pas vraiment la frénésie. En fait, jusque là, Chrissy était parvenue à y résister de manière tout à fait admirable : en plus de 60 ans elle n'avait récupéré aucun trait animal. La musique l'avait pas mal aidée, dans ce domaine... Les yeux rouges venaient en fait de ses dons de métamorphose, qui lui permettaient entre autres choses de voir parfaitement dans la nuit, ce qui avait pour effet secondaire de transformer ses yeux en globes luisants et rouges. Ce n'était d'ailleurs pas très discret dans la rue, et elle ne s'en servait en général qu'avec la certitude que les lieux étaient vides, en général pour intimider une proie et mieux suivre ses mouvements.

Par contre, oui, en effet il y avait un niveau d'exaltation immense. Cette proie déchiquetée qui se débattait avec faiblesse en agonisant, alors qu'elle buvait son sang avec avidité, lui faisait bouillir les veines. C'était un plaisir parfaitement malsain à mi-chemin entre une forme d'excitation sexuelle intense et un sadisme total, couplé avec une forte dose d'instinct de chasseuse. Pas le genre de personne que l'on inviterait aux réunions de l'ambassadeur, clairement.

Elle fut néanmoins interrompue dans son orgie -quasi-littéralement- par une main qui la jeta en arrière avec une étonnante facilité. Relevant la tête vers celui qui avait osé l'arrêter, elle commença à laisser entendre un grognement énervé, mais réalisa rapidement qu'il s'agissait sûrement d'un autre vampire... Et pas quelqu'un de la Camarilla, qui aurait sûrement tenté de lui coller un pieu dans le cœur ou quelque chose de ce goût-là. Ce type n'avait pas l'air d'une proie, pour elle... Il valait donc mieux être méfiante.

La rousse recula donc comme on lui avait instruit, attendant que l'homme ne fasse ce qu'il avait à faire... Et ce qui arriva confirma ses premières impressions... C'était bien un vampire, un Tzimisce manifestement, et vu ce qu'il faisait, ça n'avait pas l'air d'un petit jeunot qui bricole les os pour se faire des piercings trop à la mode qui font rebelle.

Une fois la goule morte, Chrissy observa sa proie avec un air déçu. Alors que le Tzimisce quittait la pièce, elle déclara alors simplement :

- Je vais nettoyer un peu.

Retirant ses vêtements souillés de sang, elle rentra dans la douche pour nettoyer le liquide, prenant soin de vider le corps et de laver la baignoire ainsi que le sol. Une fois cela fait, elle sortit de la pièce, nue, pour se diriger vers un placard et passer un des peignoirs mis à disposition par l'hôtel.

- Il me faudra des produits de nettoyage pour éviter la détection au luminol, mais je verrai ça après.

Elle observa alors son interlocuteur pendant de longues secondes, avec curiosité. Qui était-ce au juste ?

- J'imagine que vous êtes celui que j'étais censée rencontrer ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Lun 10 Juin - 8:50

Sacha s'installa confortablement dans un des fauteuils grand luxe du Salon, attendant que la femme termine ce qu'elle avait à faire. Qu'elle tue Alexander, le boive, ou en fasse ce qu'elle voulait. L'homme, la goule, avait perdu tout intérêt aux yeux du Tsimisce. Elle avait échoué, et pire, elle avait échoué DEVANT lui. Réfléchissant aux moyens qu'il devrait mettre en oeuvre pour trouver une nouvelle goule, efficace et futée, il ne vit pas le temps passer, jusqu'à ce que Christina ne ressorte de la salle de bain, dans le plus simple apparat, et ne passe devant lui pour aller chercher et enfiler une robe de chambre...

Quelle allure. Sacha n'avait plus aucun doute quand à sa capacité à se faire passer pour une toréador, elle en avait les charmes. En bon vivant qu'il était, Sacha ne perdit pas une goutte du spectacle qui s'offrait à lui, sourire aux lèvres. Il attendait que la future infiltrée ne se décide à reprendre la conversation. Et quand elle le fit, il reprit son sérieux.

"Plus ou moins.

Vous étiez censé rencontrer Alexander, qui fut ma goule. J'étais dans une autre pièce, pour intervenir si besoin était... Si Alexander n'avait pas échoué dans sa mission, vous ne m'auriez pas rencontré, et vous auriez commencé votre Travail sans jamais avoir vu l'Archevêque de Los Angeles... Ce qui aurait été un plus certain pour nos affaires."


Sacha se tut. Son regard était toujours rivé sur son interlocutrice, et il songeait que le peignoirs ne mettait pas véritablement en valeur le corps de l'infiltrée. Il y remédierait. Après.

"Bon. Reprenons donc cet entretien comme il aurait dut se dérouler. Je suis Sacha Khitrik, Archevêque de Los Angeles, Tsimisce par mon sang, et ravi de vous compter parmi mes pions dans la lutte contre Amélia Quinn et sa Camarilla...

Je sais que vous êtes douée, sinon vous ne seriez pas là, et je sais que avez le sang chaud... Sinon Alexander serait encore là...

Alors j'ai une question pour vous. Comment me transmettrez vous les précieuses informations que vous allez glaner?"

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Lun 10 Juin - 11:09

Un archevêque. Autant dire que malgré son tempérament plutôt calme en règle générale, Christina ne put retenir une mine surprise, sidérée même. Elle n'avait jusque là jamais vraiment rencontré un archevêque du Sabbat, au mieux elle en avait aperçu plusieurs mais de loin pendant des festins de sang de grande envergure, ou des jeux de guerre dans lesquels des membres de la Camarilla étaient la proie. Sa position d'infiltrée ne lui avait pas permis de participer à beaucoup de ces rituels très appréciés, d'ailleurs...

Mais dans l'immédiat, le fait était qu'elle se retrouvait en face d'un personnage particulièrement puissant du Sabbat, et qu'il valait mieux choisir chaque mot avec le plus immense soin pour éviter de se faire massacrer. Des infiltrés, ce serait facile à trouver. Peut-être pas avec autant de relations et de statut que Chrissy, mais un quelconque Brujah anti-tribu pourrait très facilement se faire intégrer dans le clan chaotique des "sages guerriers"... Il suffirait de hausser suffisamment la voix pendant une braillerie pour se faire accepter.

La rousse savait donc très bien qu'elle avait des atouts utiles, mais qu'elle n'était tout de même pas indispensable... Et que par conséquent l'Archevêque pourrait décider de la descendre si l'envie lui prenait.
Elle commença donc par s'incliner en signe de respect, utilisant le titre approprié pour les archevêques :

- Monseigneur... Je n'imaginais pas vous rencontrer... J'imaginais plutôt un ductus ou un évêque... Navrée de mon inconvenance.

Il ne lui semblait toutefois pas être le genre d'archevêque qui s'intéresse énormément à l'étiquette... Surtout qu'il était Tzimisce, en règle générale c'était plutôt le truc des Lasombras et Ventrues Antitribu, l'étiquette. De ce qu'elle avait vu des Tzimisces, ils étaient plutôt du genre... "pratiques". D'ailleurs, l'exécution sommaire de la goule avait bien montré ce trait de caractère. Elle reprit donc immédiatement pour répondre à sa question :

- Si vous n'avez pas établi de protocole, nous pouvons en utiliser un similaire à celui que j'utilisais à Baltimore. Lors de mes concerts, un par semaine, mon ductus conditionnait mentalement une personne du public, par domination. Cette personne venait ensuite me donner des fleurs dans les coulisses, en même temps que d'autres "fans", et je prenais le temps de discuter avec eux un instant. L'humain conditionné rapportait ensuite ce que je lui avais dit à mon ductus, il s'agissait en fait d'une sorte de code à base de références musicales. "Je dois avouer que tenter de faire un arrangement de Paganini à la guitare électrique est complexe" voulait dire qu'un grand nombre de camaristes se préparaient à reprendre le nord-est de la ville. "Tenter de faire un arrangement" signifie que la Camarilla prépare quelque chose, "Paganini" correspond au nord-est de la ville, la guitare électrique signifie une attaque, et complexe veut dire qu'ils seront un grand nombre. Les souvenirs de la victime étaient ensuite effacés et il reprenait sa vie comme si de rien n'était.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Lun 10 Juin - 14:40

Sacha observa la réaction tempérée et l'attitude polie de la Gangrel après l'évocation de son titre, et ne put s'empêcher d'éclater d'un rire gras et fort. Elle pensait rencontrer un Ductus, oui, et bien non. Elle ne connaitrait pas tout de suite les divers pions de ses meutes. Elle le connaitrait lui, puisque de toute manière, son ennemie intime le connaissait déjà, ainsi que sa position. Ils étaient comme deux adversaires, Amélia jouait les blancs, Sacha jouait les noirs, et durant chaque partie, ils s'observaient, discutaient, et échangeaient...

Alors qu'entre les pièces et les pions, la guerre faisait rage, violente et meurtrière...


"Navré de vous décevoir, Christina... Vous ne verrez que moi cette nuit, et cela, je le souhaite. Parce qu'en infiltrant la Camarilla, non seulement vous me direz ce qu'ils font, ce qu'ils prévoient, mais vous veillerez aussi à ce qu'il n'y ait pas de taupe chez moi. J'ai horreur de ces bestioles... Et dès que je sens la présence de l'une d'elles sur mon territoire, je les attrapes, et je les déchiquette.

Mes Ductus ne seront pas au courant de votre affiliation au Sabbat, ni mes Evêques dans un premier temps au moins..."


Concernant le mode de transmission des informations, Sacha réfléchit suite à l'évocation de la méthode que proposait la femme aux cheveux roux. Utiliser un humain comme mode de transmission durant une représentation. C'était valable, cela l'obligeait à se rendre à un lieu public de manière régulière, mais cela restait valable. D'autant plus s'il s'arrangeait pour avoir un humain de confiance. Cela pouvait convenir...

"Bien, cette méthode est effectivement valable, et je saurais trouver quelqu'un pour venir vous voir chaque semaine. Reste la question de savoir comment vous identifierez mon messager das vos loges? Par ailleurs, n'étant qu'amateur en matière musicale, il me faudra votre dictionnaire."


Puis, attendant la réponse de la Gangrel, Sacha prit le téléphone de la chambre, et composa le standard. Il était temps de s'occuper du ménage, le cadavre ne devait pas rester dans la salle de bain trop longtemps...

"Bonsoir. La chambre est dans un état pitoyable... Je suis particulièrement déçu de vos prestations... Oui... Faites monter la la femme de chambre... Au plus vite.

Après avoir raccroché le combiné, Sacha se retourna vers Christina, la toisant d'un regard vaguement trouble.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Lun 10 Juin - 16:04

Déçue ? Non, du tout, en fait elle était toujours un peu surprise. En bien, évidemment, car le fait que l'Archevêque lui-même s'occupe de la situation pouvait vouloir dire plusieurs choses assez positives... Soit son travail était reconnu et elle avait attiré son attention, ce qui était possible quoi qu’improbable, soit il avait des projets bien précis pour la ville ce qui voulait dire qu'il n'était pas là en touriste avec une paire de sandales et son parasol.

Lorsqu'il déclara que la gangrel serait chargée de repérer d'éventuelles taupes, la seconde option se confirma. S'infiltrer au Sabbat était plutôt compliqué, pour un camariste, ceci dit... Même si la trahison d'un néonatif un peu trop sensible était toujours possible. C'était arrivé. Pour cela il faudrait qu'elle tente de se rapprocher autant que possible du prévôt de la ville, du coup... Elle prit un air pensif, alors qu'elle réfléchissait aux diverses manières de le faire.

Quand il eut terminé de parler des moyens de communication, la rousse finit par donner plus de précisions.

- A vrai dire, depuis le temps que je tiens ce rôle de musicienne populaire, j'ai pris l'habitude de discuter avec certains membres choisis de mon public à la fin de chaque concert. Tout le monde, humains et caïnites, sait que je le fais souvent. Pour la Camarilla, c'est juste une façon pour moi d'entretenir mes influences sur la haute société.

Elle l'observa alors qu'il téléphonait au standard, avec une mine plutôt surprise. Peut-être avait-il un plan... Soit.

- Le fait est que du coup, personne ne fait vraiment attention aux gens qui viennent me parler en fin de concert. Je n'aurai pas besoin de savoir qui est votre agent : je dirai la même chose à tous les présents. Pour la majorité d'entre eux, ça sera du blabla musical et culturel, mais votre agent viendra vous répéter les parties intéressantes que vous pourrez alors décoder convenablement. Je suis en train de préparer un code neuf, pour limiter les chances que quiconque ait des doutes, je peux vous le donner sans difficultés.

Elle ajouta alors :

- J'imagine que vous vous en doutez évidemment, mais il faudra utiliser un humain différent à chaque fois. Pas la peine de vous rendre sur place toutefois, il est possible de savoir qui a réservé une place grâce à internet. Il suffit alors de conditionner la personne de votre choix à l'avance. Vous pourrez même voir qui aura accès aux coulisses à la fin du spectacle et choisir votre cible. Dans le pire des cas, si un problème devait arriver et si vous ne pouvez pas conditionner à temps une personne ayant un accès au backstage, donnez à votre agent un bouquet de roses blanches. Je prétends que ce sont mes fleurs favorites et les gardes le laisseront entrer s'il prétend vouloir me les offrir.

Chrissy jeta alors un oeil au téléphone, mais ne semblait pas oser faire de commentaires. Il y avait quand même un cadavre dans la baignoire, mais le signaler serait sûrement envoyer un mauvais signal à l'Archevêque... Il savait pertinemment qu'il y avait un corps vidé de son sang dans la salle de bains, et il avait donc un plan ou quelque chose de ce type, mais la gangrel ne savait pas trop ce qu'il voulait faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Mar 11 Juin - 9:20

Christina faisait preuve de maturité et d'expertise dans ses explications, elle montrait par la même occasion qu'elle maitrisait son sujet, ce qui expliquait certainement qu'elle ait survécut jusqu'ici. Le sourire revint sur le visage du Tsimisce, l'entrevue se déroulait mieux qu'elle n'avait débuté. C'était peut être un bon pari finalement que de faire venir cet électron libre à Los Angeles. Encore un bon point résultant de la Réunion des Hautes Instances du Sabbat il y a un peu plus d'une semaine...

"Bien. Vos explications et votre méthode me convient, vous m'avez convaincu sur ce point. Nous procéderons donc ainsi. Je n'attends donc plus que le lieux de vos représentations hebdomadaires ainsi que le "lexique" pour décoder les informations..."

Par ailleurs, il y avait autre chose qui avait été mentionné dans le dossier de l'infiltrée, et qui étonnait particulièrement Sacha. Il s'agissait de sa soit disant "résistance" aux agressions mentales. Sacha avait du mal à croire à ce genre d'exploits, et maintenant qu'elle l'avait vu, il préférait vérifier ce genre de détails avant de la laisser repartir. Aussi il la questionna, préférant demander son avis, au moins par politesse, avant d'agir.

"D'autre part, il est fait mention dans votre dossier d'un entrainement particulier pour résister aux agressions mentales. Je suis tout à fait impressionné par un tel exploit... Bien que j'ai du mal à y croire, sans remettre en cause la parole de vos supérieurs, comprenez bien. Aussi j'aimerai procéder à une vérification par moi même. J'espère que vous ne m'en voudrez pas de procéder ainsi... Vous êtes prévenue. Je vous laisse 5 minutes, et ensuite je fouillerais votre esprit, et tâcherais d'obtenir certaines informations... Prouvez moi que vous êtes capables de résister... Si vous l'êtes effectivement."

A peine Sacha finissait il sa phrase que la femme de ménage sonnait à la porte. Il se détourna de Christina pour aller lui ouvrir, et, sur le seuil, la fixant dans les yeux, donna ses ordres :


"Vous allez me chercher des vêtements féminins, ainsi qu'une grosse valise. Ensuite, je chargerais la valise et vous l'amènerez à mon chauffeur sans vous intéresser au contenu. Vous reviendrez ici, nettoierez la chambre, et oublierez tout ce que vous aurez fait cette nuit."

Alors que la femme de ménage s'executait, Sacha se retournait vers Christina, l'interrogeant d'un regard qui signifiait : "Est tu prêtes?". Son visage avait véritablement changé en moins de deux minutes, ce n'était plus un sourire satisfait, mais une grimace sadique et effrayante...

Sacha chercha et trouva le regard de la Gangrel, quelque soit sa réponse, il n'avait pas l'intention d'en tenir compte... Il allait faire ce qui devait être fait.


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Mar 11 Juin - 10:54

La méthode de la rousse semblait convenir à l'archevêque. Bien, c'était plutôt bon signe, au moins il n'y aurait pas de gros problèmes. Elle semblait à vrai dire plutôt contente de n'avoir pas commis d'impair, car la gangrel ignorait tout de cet archevêque-là. Ses préférences, ses manières, ses façons de faire, de s'exprimer, tous ces détails pouvaient se révéler capitaux. Chrissy avait pris garde à bien faire attention à ce genre de choses, lors de son infiltration, pour ne pas s'attirer d'ennuis avec des personnages haut placés ou dangereux de la praxis de Baltimore...

Mais il évoqua alors le fait de fouiller dans son esprit pour voir s'il serait possible d'en tirer des informations. Autant dire que la chasseuse fut un peu surprise, même si elle n'était pas choquée. Dans un sens il était logique qu'il veuille s'assurer de l'imperméabilité de ses agents, mais elle ne s'attendait pas à ce qu'il décide de le faire là, tout de suite, immédiatement... Mais dans un sens c'était assez logique. Il était Tzimisce, il avait des capacités de vision supérieures, tout comme le prince de la ville d'ailleurs.

La rousse se contenta donc d'acquiescer, avant de laisser l'archevêque se lancer dans sa discussion avec la femme de chambre. Pendant ce temps, elle s'installa dans le fauteuil, et mit son esprit en ébullition... Elle devait instantanément se remettre dans la peau du personnage, Chrissy Scarlett, musicienne classique, toréador respectable et membre de la Camarilla. Pour ce faire, elle créa de toutes pièces des situations, des détails importants. Son trajet, par exemple. Le fait qu'elle se prépare à aller à l'Elyseum. La raison de sa venue : une série de concerts à donner dans cette ville.

Alors qu'elle inventait ces situations, elle se les implantait dans le crâne, en revivant presque chaque instant avec précision, se convaincant elle-même qu'elle avait vraiment vécu ces instants pourtant totalement artificiels. Lorsque Sacha se retourna, elle était devenue celle qu'il fallait.

La rousse rouvrit alors les yeux, l'air inquiète. Se relevant, elle prit une position légèrement sur la défensive avant de parler d'une voix bien moins assurée que quelques minutes plus tôt.

- Écoutez... Je ne sais pas ce que vous voulez savoir... mais encore hier, j'étais à Barstow, dans une espèce de quartier... miteux au possible. Je suis une musicienne moi, pas un héros, si je savais des choses sur la Camarilla de Los Angeles je vous le dirais mais j'en sais autant sinon moins que vous...

Elle était parfaitement convaincue de ce qu'elle disait. Elle était en fait convaincue d'avoir fait un arrêt dans la ville de Barstow le soir précédent. Dans son scénario, elle avait trouvé et séduit un type pour se nourrir sur lui dans la salle de bains. Après l'avoir fait, elle était sortie chercher un peignoir mais un bruit horrible la surprit... Et lorsqu'elle ouvrit la porte de la salle de bains, elle tomba face à Sacha, qui avait massacré sa proie.

Qui était-il au juste ? Anarch ? Sabbat ? Que lui voulait-il ? La tuer parce qu'elle avait combattu le Sabat à Baltimore, sa réputation était-elle aussi étendue ? Non, cela lui semblait improbable. Avait-elle été repérée lors de son arrête à Barstow ? Possible... L'endroit n'était pas bien famé, et le Sabbat comme les Anarchs ont tendance à traîner dans ces lieux peu recommandables. Son esprit turbinait à toute vitesse, cherchant à trouver une réponse à cette question qui dominait son esprit : que me veut ce type ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Mar 11 Juin - 12:41

Lorsque Sacha se retourna, il fut étonné par les réflexions de la jeune femme. Elle avait perdu semblait il toute l'assurance qu'elle avait quelques minutes auparavant, toute la détermination aussi. Elle était... Différente. Sacha parvint à capter son regard tout en s'approchant d'elle, et commença par lui ordonner de se présenter. Il fallait s'assurer que le plus simple des artifices ne révèlerait pas le pot aux roses...
Spoiler:
 
.

"Je VEUX savoir qui tu es, ton nom, ton clan, ta génération, ton sire, le lieu ou tu as été étreint, et qui t'a envoyé à Los Angeles! Je veux savoir qui tu as servi auparavant, et ou va ton allégeance cette nuit!"

Sacha laissa la Gangrel répondre sous l'influence de sa domination, tout en s'approchant de plus en plus d'elle. Il finit par arriver face à la Rousse, l'attrapant par le menton et la relevant devant lui. Il ne restait que quelques centimètres entre les deux visages, il fixait ses yeux, et plongea plus profond dans ses souvenirs, essayant de remonter aussi loin qu'il le pouvait, sondant les pensées superficielles d'abord, puis allant vers les profondeurs de son esprit.
Spoiler:
 


"Racontes moi comment tu es arrivé à Los Angeles..."

"Racontes moi ce que tu as vécut à Baltimore..."

"Racontes moi ton étreinte..."


C'est maintenant qu'il allait savoir à quel point il pouvait avoir ou non confiance en elle, et quelles chances elle avait de réussir dans sa mission. Tout dépendait en grande partie de ce qu'elle répondrait...

Les secondes parurent des minutes...

L'attente...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Mar 11 Juin - 14:00

La rousse avait volontairement cherché à fuir le regard de son opposant ; elle ne voulait pas lui donner l'occasion de lui faire cracher des informations quelconques. Mais un croisement durant moins d'une seconde fut suffisant pour qu'il ne fasse usage de ses capacités sur elle. Elle eut immédiatement l'attitude de quelqu'un affecté par ce pouvoir de sang : le regard fixe et légèrement vide, elle finit par répondre de façon machinale et un peu intimidée.

- Je... Je m'appelle Christina Scarlett du clan Toréador... Je suis de... de neuvième génération. Mon sire est Madame Clarissa Rose, elle m'a étreinte à Baltimore à la sortie du Shriver Hall. Personne ne m'a envoyée à Los Angeles... J'ai fui Baltimore quand le Sabbat a pris la ville, personne ne m'a envoyé ici... Je servais mon sire, mais elle a connu la mort finale quand le Sabbat a attaqué... J'ai... Je cherche à trouver le prince de Los Angeles pour me présenter à lui et prendre part à la praxis de Californie...

Quand elle prononça ces derniers mots, une vague de terreur l'envahit. Dans son esprit, elle se disait que cette révélation risquait fort de la faire tuer, mais elle ne pouvait rien faire d'autre que répondre. Malgré ses efforts pour ne rien dire, elle ne pouvait tout simplement pas se contenter de ne rien dire.

Alors qu'il la saisissait et continuait de la fixer, elle adopta un bref instant une mine plus défiante... Qu'elle fut forcée d'abandonner quand le Tzimisce reprit les questions. La gangrel, ou plutôt la Toréador, répondit donc aux questions de celui qui la contrôlait.

- Je... Elle tentait clairement de résister, mais sans succès. Je suis arrivée en voiture par l'Interstate 15.

- J'ai été intégrée à la praxis de Baltimore par Madame Rose... J'y suis devenue harpie après une trentaine d'années... Mais la ville a été attaquée et prise par le Sabbat... J'ai dû me cacher car ils contrôlaient les entrées et sorties de la ville, je ne pouvais pas partir. Ils avaient envoyé des... des sortes... d'amas de chair informe... La simple idée de ces créatures semblait l’écœurer. Des monstres qui n'ont ni queue ni tête, qui n'ont pas de sens... En pleine rue... j'ai réussi à partir en passant par un site industriel.

- Mon étreinte...? Elle semblait surprise par la question mais y répondit pourtant, forcée par le vampire en face d'elle. Madame Rose m'attendait à la sortie de la salle, après un concert dédié à Scarlatti. Elle a fait une sorte... de discours. Objectivement le discours était ridicule, mais elle était pourtant fascinante. Elle avait le sens du spectacle... Je n'ai même pas réfléchi et je l'ai suivie jusqu'à l'Hotel Monaco. C'était un cinq étoiles de la ville. C'est là qu'elle m'a mordu l'intérieur de la cuisse, mais ça ne m'a pas fait mal, c'était différent, c'était...

Dans les faits, elle avait répondu à la question. Un effort de maîtrise lui permit donc de revenir un peu à elle, et elle se mit à réfléchir à un moyen de se désengager de cette situation, qui était en sa défaveur. C'était une question d'instinct de survie. Elle doutait fort de pouvoir se libérer de son étreinte, se battre ne serait pas à son avantage... Néanmoins, elle avait d'autres atouts. Peut-être ne seraient-ils pas efficaces contre un vampire aussi puissant, mais elle devait tenter le tout pour le tout. Elle n'avait pas d'autre option.

Spoiler:
 

- Vous voyez que je n'ai rien d'intéressant à vous dire. M'interroger ou me tuer ne vous amènerait aucun atout tactique. Elle le fixait du regard, son expression changeant pour mettre en avant ce côté animal et sensuel des vampires, cherchant à exacerber cette séduction surnaturelle déployée par les toréadors pour convaincre les plus récalcitrants, pour inspirer confiance. Vous voulez quelque chose c'est évident. Laissez-moi savoir quoi...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Jeu 13 Juin - 12:24

La première réponse fut convaincante, Sacha était incapable de déterminer comment elle était parvenue à lui mentir, ou du moins à répondre autre chose que ce qu'il savait être véridique sur son Clan. Etait elle soumise à son pouvoir, mais persuadée d'une vérité différente, ou bien simulait elle parfaitement cette soumission à la domination? Sacha n'était pas capable de répondre à cette question à l'heure actuelle, mais il souhaitait savoir. Et il saurait.

La suite fut tout aussi étrange. La future infiltrée répondait à chaque question, avec plus ou moins de brio, mais toujours en restant dans une logique de cohérence et de vraisemblable, sauf au moment ou elle parla de créatures informes de chairs. Sacha connaissait très peu de membres de son Clan qui s'amusait à ce genre de créations, et cela rendait la chose encore plus intéressante.

Une fois qu'elle eut répondu à toutes les questions, la rousse, prise au jeu de sa fausse identité chercha à le convaincre de la laisser s'enfuir, de la laisser partir. L'option était intéressante, et l'idée avait du concret : Sacha laisserait partir la rousse à un moment ou à un autre, puisqu'elle devait aller infiltrer la Secte d'Amélia, mais elle avait tué Alexander, et tentait d'user de certains charmes discrets mais bien réels pour l'amadouer. Elle voulait jouer...

Alors Sacha se prit au jeu, usant des mêmes charmes que Christina, et pour toute réponse, posa ses lèvres sur les siennes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Jeu 13 Juin - 19:24

Voilà un événement auquel la rousse ne s'attendait absolument pas. Elle pensait que ce charme lui permettrait d'amadouer un peu le Tzimisce, mais le résultat fut... Clairement inattendu. 

D'abord, premier constat... Il était bien plus doué qu'elle dans ce domaine, il n'y avait rien à dire à ce sujet. Malheureusement pour Chrissy, l'ancien était bien plus habile quand il s'agissait d'exalter cette présence surnaturelle vampirique, cette sorte de magnétisme animal qu'avaient les caïnites. Plus d'habitude, plus de talents dans ce domaine, l'âge et la puissance du sang devaient probablement beaucoup jouer également... 

Le fait était que pour le moment, Chrissy était plutôt partagée. Sa "personnalité Camarilla" était encore active, et du coup, la Toréador se demandait quoi faire. Résister, ou se laisser aller ? Résister ne serait de toutes façons pas très utile, elle ne pouvait pas s'échapper, mais d'un autre côté, elle ne comprenait pas ce que lui voulait cet intrus. A quel jeu jouait-il ? Était-il vraiment un anarch ? Sûrement pas... Les anciens anarchs, il devait y en avoir moins d'une dizaine à tout casser. Non, il était du Sabbat...

Mais la question ne se posa finalement plus. Cette attraction surnaturelle qu'il émettait était suffisante pour la rendre plus réceptive. Pas hypnotisée, mais en tout cas beaucoup moins méfiante. C'était une sensation difficile à décrire, le Tzimisce était en fait devenu... fascinant. Elle ne rendit pas vraiment ce baiser totalement incongru, mais ne le refusa néanmoins pas non plus...

La question restait pourtant au fond de son esprit... Jusqu'où l'archevêque allait-il aller ? La trace de Chrissy la Gangrel anti-tribu qui était encore allumée au fin fond de son esprit se posait la question. Quel genre de jeu son "supérieur hiérarchique" jouait-il exactement ? Elle était sûre qu'il s'agissait d'un test, mais elle avait beau tourner et retourner les possibilités, elle voyait assez mal quelles étaient les règles. Afin de le savoir elle n'avait aucun autre choix que de jouer aussi, pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Mer 10 Juil - 12:36

Contrairement à ce que pouvait penser ou imaginer Christina, Sacha n'avait pas véritablement d'objectif précis en agissant de la sorte. Il avait des objectifs en la rencontrant, en laissant sa goule mener la rencontre, en laissant la Gangrel chasser sa Goule...

Mais en l'embrassant, aucun. Ou si, un seul. S'amuser, essayer. Pour voir.

Oui. Sacha était archevêque.

Oui, Sacha était Tsimisce.

Oui, Sacha avait presque 500 ans.

Mais, la curiosité maladive qu'il avait étant enfant, le besoin de jouer souvent, pour ne pas dire tout le temps, la joie de la tentative, l'exaltation de ne pas savoir ce qui va se dérouler dans la seconde suivante... Tout cela ne l'avait jamais quitté depuis plus de quatre cent ans... C'en devenait même malsain...

Une fois le baiser terminé, voyant que son interlocutrice ne savait pas comment réagir, Sacha hésita sur la marche à suivre. Poursuivre? Laisser parler un peu la Bête, ou bien la calmer véritablement et continuer sur la froideur de son Rôle d'archevêque? Ou bien jouer avec elle?

Non. Le plus important, restait l'infiltration. Et il ne fallait pas dévier de cet objectif là. Alors il l'observa encore quelques instant, le visage très proche du sien, avant de lui souffler au creux de l'oreille :


"Je vais être bon Prince... Vu que tu embrasses bien, je te laisse la vie sauve, si tu parviens à éviter les balles. La sortie est par là."

Dit-il tout en désignant la fenêtre de l'Hôtel de la main. Un saut du 5 ème étage, ce n'était pas un gros danger pour un Gangrel, même sous un tir ennemi. Non? Sacha se trouvait consciencieusement entre la porte et la Gangrel, et alors qu'il finissait sa phrase, il ouvrit un tiroir, pour en sortir un revolver.

Par galanterie, il laissa deux secondes d'avance à la Gangrel, avant d'ouvrir le feu dans sa direction. Finalement, certaines méthodes Anarches avaient du bon... En tout cas, c'était très drôle...

Éviterait elle les balles? Sacha n'était pas un sniper, ni un tireur d'élite, mais il savait viser une cible mouvante, pour peu qu'elle n'aille pas trop vite. Et, alors qu'il ouvrait le feu, il se permit une citation...


"Hasta la vista, Baby!"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Briefing de luxe   Mer 10 Juil - 17:37

L'influence de la présence surnaturelle diminua... Sacha cessait d'utiliser ses dons vampiriques. Cela permit un peu à la gangrel de reprendre ses esprits, fronçant légèrement les sourcils... Un Tzimisce sachant faire cela, elle n'en avait pas vu beaucoup. C'était justement ce qui rendait ce type de talents si précieux : ils sont inattendus.

Par contre, en matière d'inattendu, l'archevêque s'illustra une nouvelle fois. Il déclara qu'étant bon prince et vu qu'elle embrassait bien, il allait lui laisser la vie sauve... Mais pourquoi déciderait-elle de la tuer exactement ? Qu'est-ce-que c'était encore que cette histoire ? Son raisonnement devait avoir une logique, mais clairement pas celle à laquelle la rousse était habituée... Elle observa la fenêtre et haussa un sourcil en voyant le Tzimisce sortir une arme à feu, l'air paniquée.

- Mais... Mais vous êtes marteau !? C'est le meilleur moyen de me faire repérer de foutre le bordel avec une arme à feu !

Il ne semblait pas bluffer, en tout cas... Et quand Chrissy s'en rendit compte, le sang commença à couler dans ses veines mortes, augmentant autant que possible sa résistance, alimentant ses membres desséchés pour leur donner une vigueur et une rapidité surnaturelles. Oh, en matière de vitesse il fallait avouer qu'elle n'était pas l'élève la plus douée du monde, elle avait préféré développer une autre série d'atouts... Notamment la discrétion.

Ce fut ainsi... Qu'elle disparut totalement.
Ou pas.

Le Tzimisce put sentir l'effet de ses dons vampiriques, mais ceux-ci étaient malheureusement insuffisants pour disparaître de la vue d'un ancien aussi puissant. Chris ne s'en rendit compte que quand l'homme en face d'elle tendit le flingue, lançant alors un "Hasta la vista baby" qui semblait plus que déplacé à l'infiltrée. Elle ne parvenait pas à comprendre ses raisons.

La première balle la rata, vu qu'elle avait poussé au maximum sa rapidité. Il y avait néanmoins des limites à ses talents en matière d'esquive de balles à courte portée, et alors qu'elle sautait au travers de la fenêtre, la deuxième balle se ficha dans sa cuisse gauche. Les armes à feu ne faisaient pas d'immenses dégâts aux vampires, mais ce fut suffisant pour lui arracher un grognement de douleur.

La suite ne serait pas tellement mieux en tout cas... Cinq étages, et elle était d'une lignée de Gangrels n'ayant aucun don surnaturel de résistance. Malgré le fait qu'elle se soit dopée en utilisant une bonne quantité de vitae, l'atterrissage fut... rude, pour ne pas dire autre chose. Elle chuta sur son épaule droite, un craquement écœurant se faisant entendre alors celle-ci se délogea et qu'un des os de son bras se brisa en deux, net. Elle allait devoir se nourrir... Et rapidement, car elle ne pouvait sûrement pas se présenter au prince de la ville dans un tel état.

Ne demandant pas son reste, elle observa autour d'elle pour s'assurer qu'aucun humain (ou vampire indiscret) ne l'avait aperçue, avant de finalement courir à toute vitesse, partant par l'arrière de cet hôtel où elle commençait à regretter d'être allée...
Ce fut en filant qu'elle réalisa quelque chose... Elle n'avait pas eu le temps de lui donner le code. En fait, il ne lui avait pas laissé le temps de le faire. Hé bien... Tant pis pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Briefing de luxe   

Revenir en haut Aller en bas
 

Briefing de luxe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite!
» Fabuleux voyage du Sultan - Royal de Luxe au Havre
» Dans un hôtel de luxe, nuit de noce ![Délire, PV ELISE xD]
» La solitude est un luxe. (06/06/10 à 21h03)
» Briefing d’avant match [EQUIPE SERDY]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire la Mascarade :: Hors Jeu :: Archives :: RP avortés-