Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Il était une fois dans une salle de cinéma [PV mon cher ennemi mortel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: Il était une fois dans une salle de cinéma [PV mon cher ennemi mortel]   Mer 22 Mai - 18:42

Amelia Quinn était une personne de bonne éducation, versée dans les arts, et notamment ceux qui émergeaient lentement sur Hollywood. En cette magnifique année 1914 avait lieu la première diffusion de The Squaw Man, tout premier film à avoir été tourné dans les studios fraîchement aménagés du quartier.

Le Prince de Los Angeles, qui n’était pas exactement étrangère au développement de l’endroit, avait eu également le plaisir d’assister de loin aux tournages de ce qui serait sans nul doute un petit bijou pour les générations à venir. Six bobines pour cette pépite, six ! Le film le plus long de ce temps, sans nul doute. Oh, certes, de ce qu’elle en savait le scénario était terriblement humain mais c’était là sans nul doute ce qui ferait son intérêt. Ça, et les innombrables péripéties qui avaient émaillées le tournage.

Entre les menaces de mort, les coupes budgétaires, les dégradations de pellicule, et les coups de feu qui a deux reprise avaient manqué d’envoyer le cinéaste par delà le Styx, le Prince ne pouvait qu’être fortement intriguée à l’idée de voir cette pièce qui serait, sans nul doute exceptionnelle.

Ainsi, Amelia Quinn sortir à la tombée du soir de sa résidence, drapée d’une élégante robe d’un bleu sombre, et, au bras d’un de ses infants. Ce dernier était un petit homme, bien fait de sa personne, tout aussi élégant que sa Dame, qui portait sur les gens et les choses un œil vif et perçant.

« Il me tarde, dit-elle en cheminant, de voir cette œuvre. Et vous-même, cher Edward ? »

L’autre s’inclina poliment – Dieu seul sait ce qui pouvait se tramer dans l’esprit du Toréador ainsi au bras de sa Dame en cet instant – et lui exprima son contentement d’un ton détaché.

« Il est toujours plaisant, Mon Prince, d’être en votre auguste compagnie, qui plus est pour une sortie de cette importance. Nous avons pris la liberté, mes frères et moi, d’errer sur le chemin qui nous sépare de notre destination. Votre sécurité est notre première préoccupation, naturellement. »

Amelia opina doucement de la tête, avec la majesté qui la caractérisait. Son infant était zélé, peut-être un peu trop pour se faire de vieux os dans les environs, mais elle ne l’avait pas attendu pour elle-même prendre ses précautions. Après tout, on n’était jamais trop prudent, et bien que l’on fût dans la part civilisée de la société vampirique, il était indéniable que les actes de coup d’état n’étaient sans nul doute pas impossible. Elle ne gardait pas cette position enviée de tous par la simple force de son sourire, quand bien même fût-il délicieux.

C’est ce même sourire aux lèvres que le duo parvint à la salle réservée à la projection. On s’y pressait de toutes parts, et il fut particulièrement malaisé de s’y faufiler au milieu de tous ces humains.

Enfin, Amelia et son infant s’installèrent côte à côte, aux meilleures places de la salle. Un siège vide à sa gauche, le Prince souriait béatement en voyant, tout à côté de l’écran de projection, les musiciens se préparer à entrer eux-mêmes en scène pour faire vivre l’aventure qui s’apprêtait à prendre forme sous leurs yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Il était une fois dans une salle de cinéma [PV mon cher ennemi mortel]   Mer 22 Mai - 20:09

Sacha Khitrik n'était pas particulièrement un grand fan du cinéma. Ce n'était comme qui dirait pas le genre de divertissement qui satisfaisait le mieux à ses attentes, malgré cela, l’événement qui se déroulait le 2 février 1914 promettait d'avoir une importance notable dans le développement de la ville, sous différents aspects. Et pour cette raison, Sacha se devait d'y assister. Mieux, il s'était promis d'y réaliser un joli coup.

Cela faisait parti de son Grand Dessein, pour Los Angeles, pour sa Secte, pour sa Meute, et surtout pour Lui. Depuis quelques décennies qu'il avait pris pieds à Los Angeles, il s'attachait à veiller à contribuer à la société humaine, conscient que c'était grâce à une progression importante et visible à l'international de cette société que son travail en tant que Meneur et sa position en tant qu’archevêque serait le plus visible et le plus reconnu.

Le seul point négatif, c'était que la Camarilla avait eu la même idée que lui, et avait aussi commencé à s'implanter en ville. Les opérations de sabotages et de destructions avaient donc commencées, ainsi que le renseignement. Et le renseignement avait payé. Il semblait que le Prince de Los Angeles, quel pompeux titre pour une secte qui n'ose même pas affronter le bétail en face, il semblait donc que le Prince était une femme, du Clan Toréador qui plus est...

Encore une bonne raison d'assister à cette soirée. L'occasion de rencontrer, et de tester cette opposante. Car il ne faisait aucun doute que cette Dame serait présente durant la projection. Sacha avait arrangé son plan, il avait ordonné à ses subordonnés, et à ses goules de lui assurer une bonne place. Quelques jours auparavant, sa goule avait signé en son nom le rachat du cinéma ou était projeté le film, en profitant au passage pour lui réserver la meilleure place. Au nom d'Andrei Khitrik.

Le jour J, Sacha, sous le nom d'Andrei, se mit sur son trente et un, il avait acheté un costume de la dernière mode, y avait ajouté un chapeau haut de forme, ainsi qu'une canne ouvragée, dont la tête de dragon qui orne le pommeau ne fait qu'annoncer le tranchant de la lame cachée à l'intérieur de la canne. Il était fin prêt pour aller rencontrer Son Altesse du Clan Toréador.

Il se fit déposer devant l'entrée du bâtiment, prit son temps pour faire son entrée, salué par les gens sur son passage. Il arrivait triomphal, en tant que propriétaire du luxueux cinéma. Il monta les escaliers, suivant l'ouvreur qui le guidait jusqu'à la place qui lui était réservée, lui ouvrit la porte de la Salle, et le guida jusqu'à sa Place.

Tout en s'approchant, il scruta la femme qui était dors et déjà assise à la place d'à côté, ainsi que son compagnon, il ne pouvait pas se tromper. La beauté, selon les critères humains, et l'accoutrement ne laissaient aucun doute quand à l'identité de celle qui serait sa voisine pour cette soirée.

Parfait.

Il s'approcha, salua poliment en retirant son couvre-chef, un sourire ravi accroché aux lèvres. Tout se déroulait au mieux.

"Madame, Monsieur..."

Que la fête commence!
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Il était une fois dans une salle de cinéma [PV mon cher ennemi mortel]   Jeu 23 Mai - 13:12

A peine le Prince et Edward, son fidèle infant se fussent-ils installé qu’on vint les rejoindre. C’était un grand homme dont l’aura ne faisait pas le moindre doute. Un vampire.

Vêtu avec un certain goût il eût pu être bel homme s’il n’avait eu au fond de l’œil cette déplaisante lueur. A son côté, Amelia perçut son infant se raidir, sans toutefois oser piper mot. Il devint dès lors évident que ce personnage n’était probablement pas parmi les siens, ni même animé des meilleures intentions.

En d’autres circonstances, le tout se serait probablement réglé dans un champ voisin au cours d’une discussion que les gens de bonne éducation auraient qualifiée de musclée, mais… ce soir il n’était pas question de cela. L’art devait primer, et peut importait le moyen. Après tout une discussion civilisée pouvait être elle-même une forme d’art.

« Monsieur, fit-elle en inclinant la tête, je pense que nous n’avons pas été présentés, Amelia Quinn, j’ai participé au financement de ce qui promets d’être ce soir un petit bijou. A qui ai-je l’honneur ? »

Son infant à côté avait sorti un livre retraçant leur dernière partie d’échec. Le Prince aimait particulièrement s’adonner à ce jeu en compagnie des esprits les plus brillants de sa cour. Et ce jeune vampire avait un esprit particulièrement affûté. Il lui arrivait même que parfois leur partie lui donnât quelques fils à retordre.

Parcourant négligemment le livre, il leva la tête.

« Ma Chère, je pense avoir trouvé le coup à vous répondre finalement. »

« Et quel est-il ? »

« Reine en E4. »

« Un coup intéressant qui expose néanmoins bien trop votre propre camp. Fit-elle sans même jeter un œil à l’échiquier représenté sur la page et dont elle avait le souvenir très clair. Veillez toutefois à cette tour en B6 qui pourrait bien vous surprendre. »

Il avait joué la reine. L’ennemi était tout proche. Vraisemblablement assis à côté d’elle, affublé d’un haut de forme, et la main posée sur une canne d’excellente facture, peut-être un peu trop large pour être une simple canne.

Désignant d’un revers de main le livre, elle s’enquit auprès de son voisin.

« Vous arrive-t-il de jouer ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Il était une fois dans une salle de cinéma [PV mon cher ennemi mortel]   Jeu 23 Mai - 14:47

Après avoir pris place dans son confortable fauteuil, Sacha fit mine d'observer la salle, son regard était vif et précis, et il cherchait à découvrir chaque détail ce ce qui lui appartenait désormais. Mais durant ce temps d'observation, ses autres sens étaient aux aguets, focalisés uniquement sur deux personnes assises à son côté. La première devait être le Prince, sans aucun doute, mais l'identité de la seconde laissait planer un certain doute.

Le petit manège continua jusqu'à ce qu'Amélia se présente, confirmant à Sacha ce dont il se doutait depuis plusieurs minutes. Il passerait donc vraisemblablement la soirée juste à côté du Prince, ou plutôt de la Princesse, ravissante qui plus est.


"C'est un honneur de vous rencontrer, Dame Quinn. Je suis Andrei Khitrik, propriétaire du Bijou d'Architecture qu'est ce cinéma, et ravi de pouvoir partager cette soirée en compagnie d'une sublime Princesse telle que vous..."

Sacha tendit la main, invitant Amélia à lui confier la sienne pour effectuer dans les règles de l'art un baise-main, si du moins elle avait suffisamment confiance en lui; Ce qui n'était pas forcément gagné. Puis le plus jeune des deux aborda un nouveau sujet, apparemment sans rapport aucun avec le précédent, mais dont les sous entendus laissaient entendre une conversation codée. Une partie d'échecs, très intéressant.

En se figurant l'identité de la Dame Blanche - Car oui, le terme correct dans la littérature des Echecs est la Dame et non la Reine - il devenait aisé d'imaginer que le plus jeune avait ressenti le danger qu'apportait Sacha, et souhaitait prévenir son Prince, en avançant un coup volontairement dangereux... Mais alors quelle était l'identité de la Tour?

Sacha fut tiré de ses réflexions par la question d'Amélia, à laquelle il répondit sourire aux lèvres :


"Cela m'arrive de temps à autres oui..."


Avant qu'il ne puisse poursuivre, la salle s'était rempli, et le maitre de cérémonie, sur la scène, devant l'écran commença son discours d'ouverture. Il présenta le déroulement de la soirée, parla du film, puis en vint aux remerciements d'usage. Comme prévu. Et lorsqu'il s'adressa à lui, Andrei se leva.

"Et je tiens à remercier Monsieur Khitrik, qui a su aider l'industrie cinématographique en investissant fortement dans ce lieu, et en soutenant les acteurs et les producteurs. Un mot monsieur Khitrik?"

"Je vous remercie, et je souhaite dédier cette projection à Madame Amélia Quinn, dont les financements ont permit à cette œuvre de voir le jour!"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Il était une fois dans une salle de cinéma [PV mon cher ennemi mortel]   Lun 27 Mai - 14:40

Alors que la salle s’emplissait lentement et que montait un certain brouhaha, le Prince de la petite ville de Los Angeles continuait ses intenses réflexions. Son voisin lui avait livré son identité, ou du moins une de ses identités, car Amelia était à peu près certaine qu’elle fût probablement fausse ou imparfaite, Andrei Khitrik. Le nom de famille en premier lieu ne lui était pas exactement étranger, puisqu’il revenait plusieurs fois dans divers dossiers liés aux activités Sabbatiques montantes dans la ville. Quant à l’assurance du personnage, et son évidente prestance, il ne pouvait clairement que s’agit d’une tête pensante.

Il était dans tous les cas hors de question qu’elle se torturât l’esprit pour savoir si oui ou non ce vampire était LA tête couronnée du Sabbat de la ville. Cela, elle le décèlerait bien assez tôt, à n’en pas douter, après tout, se trahir était une des habitudes de tout être vivant ou non vivant à un moment ou à un autre, et ma foi… les Princes et les Archevêques ne faisaient jamais exception.

Tout bon jeu contentait son lot de pertes et d’erreurs, de mauvaises lectures, et de surprises. Il fallait juste que ce ne fût pas elle qui la fît en premier, voila tout. Se prêtant au jeu, elle lui laissa sa main ainsi que l’exigeait la bienséance. Et lui répondit avec son éternel sourire aux canines un rien pointues. Puisqu’il savait sans nul doute qui elle était, autant s’amuser de cette partie là.

« Une princesse ne serait sans nul doute pas grand-chose en cette ville si elle n’avait de lieu où régner, ni de prince avec qui le faire. Je suis ravie également de cette soirée en votre compagnie. Permettez que je vous présente mon frère cadet, Edward Quinn, il est peu loquace, mais un ami fort fidèle. »

… tellement fidèle qu’elle ne lui avait pas confié la secrète présence qui hantait ces lieux pour elle. Après tout, quel Prince ferait-elle si elle ne se méfiait pas de tous ?

Son voisin lui avoua avoir quelque habitude de jouer aux échecs. Voici qui était un excellent point, ils auraient surement l’occasion de s’y affronter… Sur échiquier ou d’une façon un peu plus… violente dirions nous. Après tout, qu’était une ville sinon un luxueux plateau de jeu.

Il lui dédia la projection du jour. Un geste tout à fait galant à n’en pas douter. Elle se leva, s’inclina avec grâce, et l’en remercia.

« Mais rien n’aurait été possible sans lieu où nous nous tenons, n’est-ce pas ? L’art a besoin d’une place qui lui soit dédiée, cher Monsieur Khitrik. »

Se rasseyant, elle surprit le regard à demi angoissé de son infant. Fichtre, il n’allait pas falloir qu’il cédât à la pression celui-là. Le tranquillisant, elle reprit cette métaphore qui avait sans doute été percée à jour. Mais rien ne valait la confiance pour endormir l’ennemi.

« Allons, allons, ne vous émouvez point pour si peu, votre pièce était condamnée ici par ce fou, et là-même par ce cavalier. N’auriez-vous pas un autre coup à jouer ? »

C’est alors qu’on annonça l’imminence de la projection.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Il était une fois dans une salle de cinéma [PV mon cher ennemi mortel]   Lun 3 Juin - 14:19

Sacha avait envisagé la possibilité qu'Amélia, qui avait prouvé qu'elle était bien la cible qu'il recherchait, le Prince de Los Angeles, n'ait rien à répondre au moment ou il la présenterait au Grand Public, à la mode et au gratin de Los Angeles, lui donnant ainsi une importance dans la société humaine. Cadeau empoisonné pour quelqu'un qui est appelé à vivre plus ou moins éternellement.

Mais la belle ne se démonta pas, et lui renvoya même l'ascensceur, devant le public. C'était de bonne guerre. Mais la famille Khitrik était prospère, et Andréi, fils d'Alexander Khitrik, et petit fils de Sergei Khitrik était le troisième du nom à Los Angeles, ou du moins à la connaissance de la mondanité humaine... Car ceux du Sabbat savait qu'il n'y avait derrière ces diverses générations qu'une seule et même personne. Un seul Tsimisce...

Et le second personnage, le larron, était présenté comme son frère cadet. Pourquoi pas, mais il semblait bien peu loquace pour le frère d'un prince. D'autant qu'il aurait certainement eut main mise sur le trône... Non, Edward n'était pas son frère... Ou alors pas au sens humain... Son infant alors? Oh, que ce serait drôle alors de l'éjecter gentiment, de le renvoyer dans ses pénates, de jouer avec les nerfs de la Princesse en remuant les tripes de son infant.

La salle s'assombrissait déjà, la projection allait démarrer, mais Sacha se permit un dernier coup. Comme pour donner un os à ronger à la Princesse et son Infant durant la projection. Il chuchota à l'oreille de sa voisine, s'assurant qu'Edward puisse entendre malgré lui :


"Je vous laisse apprécier la projection, et j'espère que vous vous joindrez à moi pour aller féliciter les acteurs dans leurs loges, à l'écart de la foule et du manant. Je pense pouvoir trouver une bonne bouteille à ouvrir pour fêter ce grand évènement..."

Et la projection démarra.

Le film était agréable à regarder, le scénario était plaisant, pour un humain s'entend. Certains auraient versé une larme, à divers moments tragiques de l'oeuvre, mais pas Sacha. Lui examina l'oeuvre en tant que tout. Il trouva fort intéressant certains effets de la caméra, qui produisaient un rendu tout à fait singulier à l'oeuvre, fort différent de ce qui aurait été si le film avait été simplement joué au théatre par exemple.

Une fois la projection terminé, alors que la troupe des acteurs et producteurs montaient sur la scène, il fut le premier à applaudir chaleureusement, attendant d'entendre les commentaires de ses voisins.

Assez rapidement ensuite, il se leva, et offrit son bras à la Princesse, dans l'espoir qu'elle accepte son offre. Il décida qu'il avait plus de chance en vérifiant, aussi il vérifia, croisant son regard.


"Dame Quinn, me ferez vous l'honneur?"


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Il était une fois dans une salle de cinéma [PV mon cher ennemi mortel]   Lun 10 Juin - 20:17


La projection du film commençait lorsque son probablement Sabbatique de voisin glissait à Amelia cette délicieuse invitation. Allait-elle décliner ? Elle avait tout le film pour y songer. Tout en suivant attentivement l’œuvre cinématographique – oh, le scénario était extrêmement plat, mais le procédé était novateur et le musicien qui accompagnait l’œuvre brillant – la vampire réfléchissait. Si elle avait été humaine, elle n’aurait sans nul doute pas été capable d’avoir une telle maîtrise d’elle-même et aurait sans doute laissé transparaître l’ensemble des pensées contradictoires qui agitaient son esprit.

Il était évident que son voisin cherchait à avoir sa seule compagnie, et à se débarrasser dans tous les cas d’Edward. Fichtre comme elle le comprenait, ce petit était fidèle, mais il n’avait que cela à son actif, elle en avait bien peur. Enfin, enfin, là n’était pas vraiment la question. Si elle avait déjà deviné qu’il devait probablement être dans le cercle des hautes autorités du Sabbat – il allait falloir qu’elle commandât une enquête – ses agissements étaient en revanche une énigme. Que cherchait-il en l’attirant seule à l’écart ? Voulait-il la jauger ? Voulait-il s’amuser ? Voulait-il la détruire ? Il n’avait pas l’air homme à user d’actions inconsidérées, aussi se refusa-t-elle à envisager la dernière possibilité. Après tout, il n’était pas le seul à avoir quelques cartes en sa manche.

D’avoir découvert que le lieu était sous domination de son voisin contrariait Amelia Quinn, elle aimait peu s’aventurer sur les terrains de chasse d’autrui, et surtout pas lorsqu’il était question d’hérétiques. Mais il allait sans doute falloir s’accoutumer à cette regrettable contrainte géographique et en tirer parti du mieux qu’elle le pouvait et avec toute la distinction qui s’imposait naturellement.

Malgré elle, le Prince de Los Angeles, finit par laisser ses pensées de côté pour se concentrer sur le film. Elle avait conscience qu’être aux aguets serait sans nul doute une meilleure option, mais enfin, c’était de l’art !

Lorsque la projection s’acheva, elle avait encore quelques étoiles dans les yeux. Véritablement, le cinéma était une invention magnifique, elle ne le dirait jamais assez, et cette œuvre était sans nul doute un excellent investissement. Il faudrait qu’elle en parle d’ailleurs aux membres de son clan.

On applaudit chaleureusement les acteurs et l’équipe du film, la vampire remarqua d’ailleurs que son voisin Sabbatique semblait plutôt enthousiaste aussi. Puis il l’invita au choix décisif, lui tendant le bras.

« Dame Quinn, me ferez vous l'honneur ? »

Il eut été impoli de refuser, bien entendu, et même si l’idée de décliner cette offre était tentante, celle de savoir à quoi s’en tenir l’était plus encore. Ne lui proposait-il après tout pas de rencontrer une équipe qu’elle connaissait bien pour avoir été son mécène principal ? Il devait y avoir autre chose que la raison invoquée à n’en pas douter. Elégamment – comme il seyait aux Roses – Amelia Quinn posa sa main sur le bras qu’on lui tendait.

« Fort volontiers, monsieur Khitrik, à la condition que vous me disiez ce que vous avez pensé de cette projection. »

Le dénommé Edward comprit visiblement le message puisqu’il ne chercha pas à imposer sa présence.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il était une fois dans une salle de cinéma [PV mon cher ennemi mortel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il était une fois dans une salle de cinéma [PV mon cher ennemi mortel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lidia Faith Columbus - J'suis le genre de personne qui va s'enfermer dans la salle de bain, qui va pleurer toutes les larmes de son corps, et en ressortir comme si rien n'était.
» Il était une fois... Carrefour!
» Il était une fois Sophie la girafe
» Il était une fois, dans une contrée lointaine... [Endolion]
» Il était une fois la légion [DVDRiP]Guerre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire la Mascarade :: Hors Jeu :: Archives :: RP avortés-